#238 – Lyonniais #064 – Travail, passion = pièges à cons

Vous êtes nombreux et nombreuses à me demander si j’aurais préféré être écrivain, musicien ou dessinateur… Enfin non, personne ne me le demande, mais il faut bien que je fasse semblant d’avoir un lectorat. C’est paraît-il ainsi qu’on fait venir des gens. Faut faire croire que vous êtes lu, comme ça on se dit « mince alors, tout le monde le lit et pas moi », et l’humain étant moutonnier (ou le mouton étant humanier, ça marche dans les deux sens du coup), on se met à vous lire. Vous êtes donc extrêmement nombreux et nombreuses —oh la la ! si vous saviez, des dizaines de milliers chaque jour, peut-être plus—, à me demander si j’aurais préféré être écrivain, musicien ou dessinateur. Je vous réponds, donc.

En fait, j’ai d’abord voulu être paléontologue, ou au pire archéologue si ce premier choix de carrière n’aboutissait pas. Enfin, pas au tout tout début, au tout tout début je voulais être policier-kinésithérapeute, mais on m’a fait comprendre que c’était bouché comme secteur. Donc paléontologue ou archéologue. Seulement j’étais allergique à la poussière, ce qui me fit rapidement changer d’avis, ça et le fait que c’était bouché aussi. Ensuite, j’ai voulu ne jamais travailler. Ce que je réussis assez bien jusqu’à aujourd’hui finalement, comme quoi parfois les vœux de jeunesse se réalisent…

Oui mais voilà, je sentais bien qu’on attendait de moi une quelconque envie de participer à la société, alors je me suis dit qu’artiste, c’était pas mal. À eux on leur foutait la paix. Quand un·e artiste rêvasse le nez en l’air au lieu de travailler, on dit : « ah la la, c’est un·e artiste ! » et tout le monde rigole. Alors, pas con, je me suis dit que j’allais être dessinateur. Je dessinais depuis tout petit, bien que très mal, et l’un de mes meilleurs amis dessinait lui aussi. Lui disait vouloir être chara-designer. Ça voulait dire créateur de personnages dans le milieu du jeu vidéo japonais de l’époque. C’était un terme un peu compliqué, ça faisait sérieux, ou du moins ça faisait personne qui sait ce qu’elle veut. À ces gens-là aussi on leur fout la paix en général. Donc j’ai dit : moi aussi, pareil, je veux faire chara-designer. Mais ça m’avait l’air un peu trop rigoureux à la vérité.

À la même époque, le prenais des cours de bande dessinée. C’est donc tout naturellement que j’en suis venu à me dire : oh dessiner des histoires, c’est pas mal non plus, Akira Toriyama dit qu’il dessine en regardant la télé, franchement peinard ! En plus on dessine les personnages qu’on veut, y a pas de patron pour te dire mets des gros muscles ici, ou rajoute-moi des nichons là. Ma B.D., mes personnages ! C’est ça que je veux faire. Malheureusement, je n’étais pas assez persévérant pour ça. On m’appelait le Prince du Brouillon parce que je ne dépassais jamais cette étape. Une fois le crayonné vaguement terminé, je passais à autre chose. Je ne savais pas encore que ce serait un bon résumé de tout ce que j’entreprendrai dans ma vie par la suite. Au bout d’un moment, j’ai dû me résoudre à l’idée qu’étant incapable de terminer le moindre dessin il valait mieux me tourner vers une carrière de scénariste. C’est toujours de la BD, mais c’est quand même moins chiant que le dessin. Alors j’inventais des histoires, mais j’avais du mal à faire dans l’original. C’était nul. À treize-quatorze ans, rien de moins normal.

Puis j’ai eu ma première guitare. J’allais être rock star, cette fois c’était sûr. Enfin, peut-être reggae star, le rock ça avait l’air fatiguant, même si c’était le genre qui me plaisait le plus et que je n’avais jamais écouté de reggae. Mais les groupes de musique c’était dur à monter, surtout pour moi qui n’aime pas jouer en public. Un peu plus tard, heureusement, j’ai eu un ordinateur sur lequel je faisais de la musique d’ambiance électronique à base de samples tout seul dans mon coin. Je me disais que mouais, ça pouvait marcher mais j’y croyais pas fort. Entre temps, j’avais pris l’habitude d’écrire des paroles de chansons et des poèmes. Au bout de quelques années, voyant que ce que je faisais n’intéressait pas grand monde, même si moi j’aimais vraiment ça, j’ai décidé que ce ne serait qu’un hobby de plus. Et puis, de ne rien avoir à vendre, c’est toujours plus pratique pour expérimenter des machins tranquillou plutôt que de devoir se contraindre à faire quelque chose qui marche et se détester pour ça.

Pour finir est donc venue l’écriture, mais bon, pareil. Je ne suis pas un énorme lecteur, j’écris donc assez mal. De plus je manque de sujets. Je n’ai sans doute pas été assez maltraité par la vie pour qu’il me semble essentiel de parler longuement de ceci, inévitable de traiter de cela. Et puis c’est long et ça fait mal aux yeux d’écrire. Déjà que je suis hyper myope…

Tout ça est donc bien compromis. C’était quoi la question que vous ne m’aviez pas posée déjà ? Ah oui, musicien, dessinateur ou écrivain ? Ben aucun des trois. Je préfèrerai ne rien glander et que ça me suffise, mais comme la pression sociale est toujours là, très forte, il se peut qu’un jour je sois malheureusement obligé de me résoudre à devenir l’un des trois.

#237 – Lyonniais #063 – Encore un dimanche ? C’est que ça deviendrait une habitude…

Aujourd’hui, contrairement à hier, je n’ai pas passé plus de dix minutes sur l’ordinateur, et c’était très bien. Le soleil est revenu depuis mercredi dernier et il paraît qu’il restera là jusqu’à mercredi prochain. Une semaine de printemps. De vrai printemps. Grand ciel bleu, pigeons et canards en rut, températures élevées. Je suppose que ce n’est qu’une trêve au cœur de l’hiver, mais ça fait vraiment du bien.

Avec mon amie, nous en avons donc profité pour nous rendre au parc de la Tête d’Or, où je n’avais pas encore foutu les pieds depuis notre arrivée à Lyon il y a bientôt six mois. Comme on me l’avait dit c’est immense. On n’en a pas vu la moitié. Il y a des îlots mystérieux et des animaux partout… Enfin, des animaux partout… On a vu des canards et des oies qui n’attaquaient même pas les enfants. Des animaux donc. Il y a un zoo aussi paraît-il, mais on n’y est pas allés. J’ai également vu un panneau poney et senti une odeur qui à eux deux me laissaient comprendre que quelque part non loin de là de pauvres animaux trimbalaient des mômes à longueur de journées sur leur dos fatigué.

On s’est assis sur un banc un moment et on s’est demandés ce qu’on pourrait bien faire de nos vies avec mon amie. Je crois que mon idée de vendeurs de falafels au Japon ne l’a pas convaincue, alors en attendant de trouver mieux je pense que je vais prolonger mon RSA encore un peu. Puis nous avons repris notre marche et nous sommes rentrés bien tranquillement.

Aujourd’hui, je n’ai pas bu un seul café, j’ai fumé seulement trois cigarettes (même pas entières), je n’ai pas travaillé à un quelconque projet, j’ai bien mangé, j’ai même fait une sieste, bref ! c’était une journée complètement différente de celle d’hier, pourtant rien de tout ça ne vous intéresse, je le sais bien. Vous voyez que vous êtes vraiment difficiles.

#236 – Lyonniais #062 – La curiosité n’est pas le défaut qui vous perdra à ce que je vois.

J’avais presque oublié que je devais poster ici moi, c’est mon amie qui vient de me le rappeler. Vous avez de la chance, il est 22h passé, j’étais bien parti pour zapper totalement ce coup-ci. Alors alors, quelque chose d’intéressant… Quelque chose d’intéressant… Je n’ai pas foutu le nez dehors aujourd’hui. C’est intéressant ? Non. J’ai encore fait des clips toute la journée. C’est intéressant ? Non. Enfin, ça aurait pu l’être, mais puisque je ne peux pas vous les montrer ni vous expliquer le comment du pourquoi, disons non. Hmm… J’ai bu du café. C’est intéressant ? Non. J’ai fumé des clopes, c’est intéressant ? Non. J’ai bossé mon japonais. C’est intéressant ? Non. Enfin, si, pareil, ça pourrait l’être, mais vous n’en avez rien à faire du japonais, et de toute façon vous n’y biteriez rien pour la plupart d’entre vous. Donc, pareil, non. J’ai fait des patates au four avec du brocoli. C’est intéressant ? Non. Je les ai mangées avec un peu de poivre, de sel et un filet d’huile d’olive, et mon amie les a mangées avec du beurre. C’est intéressant ? Non. Vous êtes un peu difficiles à contenter aussi. Si rien ne vous intéresse comment voulez-vous que je fasse. J’ai interagi avec des gens sur internet. C’est intéressant ? Non. J’ai enlevé le linge de l’étendoir. C’est intéressant ? Non. Bon, franchement, je ne sais pas ce que vous avez aujourd’hui mais vous n’y mettez vraiment pas du votre. Moi j’abandonne. On verra demain si vous avez envie d’entendre ce que j’ai à vous dire parce que là c’est pas possible.

À demain.

#234 – Lyonniais #060 – Hé, psst, tu cherches pas du sirop par hasard ?

La semaine dernière, mon amie était malade. Vraiment malade. Trois jours à tenir le lit. À cette occasion, on lui a prescrit tout un tas de produits divers à s’avaler chaque jour. Évidemment, dans ces cas-là, on achète le tout, au cas où, et on n’utilise que ce qui est vraiment nécessaire. Les antibiotiques, on les prend bien tout comme il faut sur la durée prescrite, le reste on jauge. On va pas se cortisonner la gueule pour rien pendant des semaines, sinon faut s’empêcher de bouffer sulé et sacré, et ça c’est vraiment trop. Bon, mais voilà, dans le tas des produits prescrits, il y avait un sirop. Un sirop pour calmer la toux. C’est qu’avec les bronchites non seulement vos poumons vous font mal, mais à force de tousser votre pharynx finit par prendre cher également, et du coup vous toussez de plus belle, et c’est le cercle vicieux. Hein ? Est-ce que j’ai fait médecine ? Pas du tout, je vous conseille même de mettre tout à fait en doute ma parole lorsque je cause anatomie ou pathologies. Mais revenons en à ce sirop. Ce sirop pour la toux. Ce sirop contenant de la codéine…

La codéine, ça faisait un moment que j’en entendais causer. Le genre de trucs qu’est, dit-on, censé vous plonger vite fait bien fait dans le sommeil. Mais aussi le genre de machins qui rend facilement accro, toujours selon les ouï-dire. Bon. Ben j’ai voulu tester. Je voulais pas mourir bête, j’aurais eu l’air bête. Moi j’étais pas malade, évidemment, mais j’ai respecté la posologie quand même. Une cuillère à soupe avant de dormir.

Alors, comment vous dire… Je n’avais pas bu depuis un an (d’ailleurs il y a un peu d’alcool dans le sirop, mais très peu), je n’avais pas fumé de cannabis depuis un mois, j’étais donc assez sobre —si on ne compte pas toutes les cochonneries dans la cigarette que je m’enfile une dizaine de fois par jour— et donc disposé à ressentir pleinement les effets de toute drogue ingérée. J’ai donc pris ma cuillère à soupe de sirop et je me suis allongé dans le lit, attentif à ce qui allait se passer dans mon organisme. Il n’a pas fallu longtemps, dix à vingt minutes, et c’est monté tout doucement. Une sensation de chaleur agréable m’a envahie, pas trop forte mais clairement discernable, par petites vagues. Puis une certaine décontraction a suivie, une très très légère euphorie —mais peut-être était-ce seulement dû à la petite voix dans ma tête qui me disait : « eh ben mon cochon, toi t’es irrécupérable », tout en sachant qu’en vérité ce n’était pas grave—, et finalement un engourdissement des membres, léger aussi. Il y avait définitivement un cousinage avec la défonce procurée par le cannabis, mais moins intense, sans que ça perturbe autant la concentration, sans cette espèce de petite excitation, ce petit stress qui accompagne toujours la fumette pour moi. Comme avec le cannabis, quelques émotions m’ont traversé fugacement, semblables en intensité et en durée à celles que je ressentais durant l’enfance quand j’étais frappé par certaines luminosités, certaines ambiances. Très agréables également. Bref, j’étais serein et je me suis endormi. Le lendemain, je me suis réveillé deux heures plus tard que d’habitude, et je suis resté dans le brouillard jusqu’à assez tard. Comme un lendemain de soirée fumette, mais sans que ne se fasse sentir l’envie d’en reprendre tout de suite. Cette descente un peu chiante, un peu tristounette, qui donne envie de s’en refumer un pour faire passer tout ça, vous savez ? Ben là non, pas d’envie de recommencer dans l’après-midi. Pour ça, il a fallut attendre le soir.

Ouais, le soir même, je me tâtais, j’avais envie. J’étais un peu stressé. Hmm, oui, non, oui, non… J’avais quand même en tête le côté dépendance rapide que ce genre de produits entraîne et le fait que, moi-même, j’ai une tendance à être vite dépendant. J’en ai pas repris. J’ai bien fait. Le lendemain soir, j’en avais encore envie. Le surlendemain aussi. Le sur-surlendemain, toujours. Puis c’est enfin passé. Pfiou. C’était il y a une semaine. J’ai attendu hier soir pour en reprendre.

La journée avait été agréable, je n’étais pas stressé, pas angoissé, il était deux heures du matin, j’allais me coucher, sans y penser le moins du monde. Et puis j’ai vu la boîte et je me suis dit, tiens, c’est maintenant que tu n’en as pas envie qu’il faut en reprendre pour voir si tu ressens les mêmes effets ou pas. Oui, parce que mon amie m’avait mis le doute. Elle, ça la fait dormir et ça l’empêche de tousser, point. Elle dit ne ressentir aucun des symptômes que j’ai décrit plus haut. J’en étais venu à me demander si du coup, la dernière fois ce n’était pas une petite fièvre dû à la proximité des bactéries dans mon lit qui m’avait fait me sentir comme ça.

Non non, je vous assure, c’était bien la codéine. Cette fois, j’en ai pris deux cuillères à soupe. Mêmes effets, un poil plus intense, mais vraiment la même chose. Une très grande décontraction, une chaleur agréable, des sentiments agréables… Pendant quelques secondes, par exemple, j’ai eu l’image d’un enfant Japonais qui traçait un kanji avec un grand pinceau, et j’ai ressenti moi-même une intense joie que j’ai analysée comme venant de la satisfaction de l’enfant à voir son trait apparaître d’un noir extrêmement dense. C’était très rapide, très intense. Ça m’a laissé une forte impression jusqu’à maintenant. Quelques pensées, impressions comme ça, donc, et puis je me suis endormi. J’ai encore dormi plus longtemps que d’habitude ce matin, et je me suis senti très détendu toute la journée d’aujourd’hui également, c’était bien agréable. Voilà, et maintenant, la codéine, c’est terminé.

Je ne ressens pas l’envie d’en reprendre, mais ce soir au moment d’aller au lit, demain soir si je suis un peu stressé, ou après-demain soir… Mais stop, faut pas rigoler avec ça. Je vais pas m’accrocher une mauvaise habitude de plus. Je vous l’ai dit, c’est sérieux. La codéine, ça passe par le foie où 10% de la substance est transformée en morphine. Ah, là ça rigole moins hein ? Ben ouais. Sérieux, je vous dis. J’ai fait ma petite expérience, j’ai réitéré une semaine plus tard alors que ça ne me taraudait plus pour vérifier, c’est bon, j’ai eu mon compte. Je sais ce que ça fait, je sais que je pourrais facilement en abuser si je m’en laissais l’occasion. Heureusement, si aujourd’hui j’ai une histoire personnelle de la dépendance, j’ai aussi une histoire personnelle de vigilance envers la dépendance. Je sais quand il ne faut pas pousser plus loin.

« Le processus de dépendance à la codéine est plus discret, moins rapide que celui de la morphine. La codéine provoque néanmoins, quand son usage est détourné à des fins récréatives, ou dans un usage thérapeutique à long terme, une dépendance psychique et physique forte. Les symptômes de sevrage les plus fréquents sont : diarrhée, sudation, tremblements, douleurs musculaires, anxiété, insomnie, dépression. Les symptômes physiques de sevrage durent, comme pour les autres opiacés, en moyenne une semaine à 10 jours. L’addiction psychologique, néanmoins, perdure dans la plupart des cas de dépendance à la codéine pendant un à plusieurs mois. » nous dit Wikipédia.

Je sais donc à quoi m’en tenir. Si jamais je sens que c’est un peu chaud, que l’envie est un peu trop forte, je me ferais plutôt des space cakes. C’est ma bonne résolution de cette année, ne plus fumer le cannabis. Enfin, moi je la trouve bonne, vous je sais pas.

#232 – Lyonniais #058 – Demain est un autre jour, du moins on l’espère, sinon y a quelques horlogers qui vont faire un peu la gueule

Aujourd’hui je suis au ralenti. C’est bâillement sur bâillement. Je n’ai pas quitté le pantalon de jogging qui me sert de pyjama, puisque je ne fais pas de jogging. J’ai traîné sur l’internet japonophone, ça m’a grillé le cerveau. Hein ? Non, vous ne me ferez pas dire que c’est parce qu’ils et elles sont foufou et fofolles ces Japonais·es, le sont pas plus que les Français·es ou que d’autres. Je me suis grillé le cerveau parce que je dois aller chercher chaque mot dans le dictionnaire, chaque tournure de phrase sur un site de grammaire. C’est épuisant. À lire déjà, c’est épuisant, mais à écrire… Une toute autre logique que les langues indo-européennes. Après des journées comme ça, je fais généralement des rêves peu agréables remplis de caractères japonais et chinois que je ne comprends même pas. Je les vois, et je me vois tenter de les déchiffrer. C’est pas les rêves les plus reposants. Mais enfin, c’est sans doute signe que quelque chose se passe là haut dans le cerveau, et on ne progresse pas sans se faire un peu violence dans ce genre de domaines.

Vous le sentez ce qui arrive, hein ? C’est que je vais arrêter ma note de blog là. Je n’ai aucune énergie. Je serais même peut-être un peu malade. Au minimum un chouïa déprimé. J’étais bien à fond depuis une semaine et demie, ce doit être le contrecoup. Ce blog me permet d’ailleurs de m’apercevoir de ces phases qui alternent sur des périodes très courtes. Il y a peut-être des périodes plus longues, mais je ne relis en général pas les articles datant de plus d’une semaine, je me fais à l’idée qu’il restera des fautes et que c’est comme ça. Et oui, si vous lisez le blog au jour le jour, vous vous tapez plus de fautes que ceux et celles qui lisent les articles tous les deux trois jours, c’est comme ça. Allez, j’ai dit que j’arrêtais là, j’arrête là avant de me répandre plus en phrases aussi alambiquées qu’inintéressantes.

#229 – Lyonniais #055 – De quoi vous me parlez ?

Le blog ? Quel blog ? Ah oui ! Le blog… Ben ouais. Hier, z’avez vu, j’étais pas franchement inspiré. Pareil aujourd’hui. Cette photo d’hier, je ne sais pas comment je l’ai prise. Et j’en ai peut-être une centaine des comme ça. J’en ai sans doute plus que des photos prises volontairement. Je ne sais pas comment je me débrouille. iTéléphone, Robotdapparencehumaine, même merde. Flash. Je prends mes bottes pendant que je marche. Schkling. Je prends une capture d’écran pendant que je téléphone. Quand ce n’est pas une image complètement noire.

Bon, allez, je vais pas m’éterniser, il est 21h30, je n’ai pas encore fait la moitié des choses que je comptais faire aujourd’hui et la note de blog n’en était pas une. J’apprends à l’accepter, y a des jours c’est comme ça.

Cela dit, je n’ai pas rien foutu pour le blog aujourd’hui. Je suis en train de regarder pour le faire héberger ailleurs que chez wordpress, parce que sérieux ça devient relou. Tu veux modifier le CSS ? Prends l’offre à 8€ par mois ! Tu veux customiser ton site sans passer par le CSS ? C’est aussi l’offre à 8€ par mois ! Tu veux installer des plug-ins gratuits ? Prends l’offre à 25€ par mois ! Ça commence à me faire grave chier. Je banque actuellement 4€ par mois. Le seul bénéfice ? Vous ne voyez pas de pub. C’est un minimum à offrir à ses lecteurs. Mais quand même, c’est vraiment du foutage de gueule. Donc bientôt le site changera d’hébergeur et de nom de domaine, et pourquoi pas de nom tout court, et peut-être bien de concept aussi. Ce qui sera le plus facile puisqu’il n’y a pas de concept. Le nouveau concept sera-t-il de toujours refuser de suivre une quelconque ligne éditoriale ? Surprise. On saura ça dans quelques jours. Combien ? J’en sais rien. Je vous l’ai dit, je me renseigne. J’ai envoyé des e-mails à droite à gauche, j’attends qu’on me réponde.

C’est bien la peine de changer d’hébergeur si c’est pour pondre des articles comme ceux-là, que vous dites. Je suis bien d’accord, et je vous embrasse.

À demain.

#61 – Montpelliérien #061 – Ça va bieux

Fini la sensation d’avoir la tête comme une pastèque, je retrouve peu à peu mon melon habituel. J’avais oublié cette sensation de vivre à l’intérieur de soi comme à l’extérieur. Quand les oreilles sont tellement bouchées que les seuls sons audibles sont les battements du cœur. Quand on a des ziguigui presque invisibles qui gigotent devant les yeux tels le plancton des profondeurs qui s’irise mais pas trop, et qu’on a beau cligner mais rien n’y fait, et qu’on regarde dans l’autre coin de la pièce, mais non, c’est toujours là. Quand on sent ce qui passe où ça passe, et si ça file plutôt droit dans les tuyaux ou si les angles touchent le bord. Je parle de boire et de manger, bande de sales. À mesure que je progresse en tâtonnant dans mes sensations internes qui s’imposent à ma conscience comme de réels stimulus extérieurs, alors que d’habitude je les ignore tout simplement, je sens qu’autour de moi les parois sont de moins en moins gluantes, que ça renifle moins au bout du couloir, que les oursins fichés dans le secteur du larynx commencent à tomber leurs piquants, ça doit être le printemps. Enfin bref, je le sens, je commence à voir la lumière de derrière le rideau de mucus, le bout du tunnel quoi. J’en suis sûr, la sortie c’est par là.

Photo par Gwlad (rue Cité Benoit)

Si j’avais le temps d’aller voir un concert ce soir, ce serait les Gramophone Stomp au Broc’ Café, 2 boulevard Henri IV. C’est gratuit, ce qui en soit pourrait suffire, mais surtout le dernier concert que j’ai vu là-bas, celui des Canibal Dandies, ma donné envie d’y retourner histoire de confirmer s’ils avaient toujours autant de goût pour choisir les artistes qui passent chez eux. En plus, on aura peut-être droit à une coupure de courant, et laissez-moi vous dire que si vous n’avez jamais vécu une coupure de courant au Broc’ Café, c’est que vous n’êtes jamais allés au Broc’ Café. Moi j’aime bien les coupures de courant, je trouve que ça met l’ambiance.

Mais je n’en aurais pas le temps, vous me direz comment c’était. Ce soir, c’est la soirée bouclage de Numéro 0. Si vous savez pas de quoi je cause, vous pouvez vous mettre à jour en lisant cet article d’avant la Grande Crève : Connaissez-vous Numéro 0 ?

Je vous rappelle également que les bouquinistes sont installés, comme chaque samedi, aux Arceaux et sur l’esplanade Charles du Gaulle, qu’ils ont des livres à pas cher du tout, à trop chers pour moi, à juste le bon prix pour qu’on hésite une bonne demi-heure avant de céder.

Allez, à demain, en espérant avoir retrouvé toutes mes facultés d’ici là, parce que je vous raconte pas comment je rame pour écrire trois mots ces derniers jours…

#59 – Montpelliérien #059 – Badhébadigues

Connaissez-vous le célèbre conte de « Celui qui voulait fermer les yeux vingt petites minutes, c’est tout, et qui se réveilla à 22h » ? Là d’où je viens, tout le monde le connaît, mais peu savent qu’il y a une fin alternative. Laissez-moi vous raconter.

Dans une ville lambda d’un pays mu sur le continent nu d’une planète xi dans un système omicron d’une galaxie pi d’un univers rhô, on considère un homme iota dans un appartement kappa qui se sentait fatigouse depuis plusieurs jours. Bien décidé à faire une petite sieste pour rattraper un sommeil qui lui avait manqué ces derniers temps, et faisant fi des avertissements de ses amis et mies qui lui disaient « le sommeil en retard ne se rattrape pas » car ils l’avaient lu sur internet, il s’allongea sur un canapé, lança 平成狸合戦ぽんぽこ dans une langue epsilon ou Pompoko dans une langue zêta, et ferma les yeux à t = 0. Lorsqu’il les rouvrit il était t = 18000 secondes. Je vous laisse un peu de temps pour calculer combien ça fait en minutes et en heures. Bref, il était maintenant 22h au système standardisé de fragmentation de la durée d’une rotation complète de la planète xi. Notre homme iota se dit qu’il n’arriverait jamais à se rendormir. Mais il le put, quelques heures plus tard à peine, après n’avoir véritablement prêté attention ni à 平成狸合戦ぽんぽこ ni à 進撃の巨人.

  • La première fin possible à cette histoire, et la plus courante, est celle-ci : iota se rendormit à t = 25200s et se réveilla à nouveau à t = 39600s sans plus être capable de refermer l’œil de la nuit. Dépité, il se leva et se maudit d’avoir voulu dormir vingt petites minutes, c’est tout. Le reste de sa vie fut un enfer car, non-seulement il était plus fatigué encore qu’avant cette mésaventure étant donné que le sommeil, non vraiment, ça ne se rattrape pas, et en plus il était tout décalé, et c’est vachement difficile de reprendre le rythme quand on est tout·e décalé·e. Mais, aujourd’hui, on va essayer d’être un peu originaux :
  • La seconde fin, c’est celle ou en fait, en se réveillant à t = 99999s, notre homme se rendit compte qu’on avait remplacé sa gorge par un brasero au dessus duquel quelque virus ou bactérie sans domicile fixe était en train de se chauffer les mitaines, qu’on lui avait coulé de la pâte à crêpe dans les sinus, et remplacé le cerveau par des touffes de coton imbibées d’éther.  Il décida que tous ses plans pour la journée étaient annulés, qu’il allait, comme il le pouvait, remplir un blog thêta et retourner au plus vite se coucher.

Moralité : vous n’êtes décidément pas très fort·e quand il s’agit de convertir des secondes en heures.

Photo par Gwlad (rue du Guesclin)

Cet article manque sans doute un peu de rigueur scientifique, mais comme je ne suis pas en état de me rappeler ni de relire ce que je viens tout juste d’écrire, je compte sur vous pour relever les erreurs et incohérences qui s’y seront glissées avant que je l’envoie pour être publié dans Folklores algébriques.

Ce soir moi je serai au chaud dans mon lit, comme cet aprem, mais je suis sûr que vous trouverez tout un tas de choses à faire à Montpellier.

#55 – Montpelliérien #055 – Dormir jusqu’à pas d’heure

Aujourd’hui, je n’ai pas mis le réveil.

Je me suis lâché la grappe, comme on dit. J’avais accumulé pas mal de sommeil en retard ces dernières semaines. Évidemment, j’ai quand même pensé au blog, je me suis dit c’est pas sérieux. Mais en vérité, même quand je me dépêche pour sortir un article à 9h30, je remarque que la plupart d’entre vous ne commence à débouler que vers midi environ, et puis je n’ai jamais promis de publier les articles à une heure précise, en fait. Hier, j’ai donc décidé de ne pas mettre le réveil pour ce matin.

Ce matin, parlons-en. Je suis dans mon lit, en train de me sortir du sommeil tout seul comme un grand, les idées encore un peu embrumées, et je sens bien qu’il est exactement la même heure que d’habitude, que quand je le mets, mon réveil. Je me dis tiens, je vais leur raconter ça sur mon blog. Bien sûr ça n’intéressera personne, mais il faut bien que je leur raconte quelque chose à ces braves gens. Là, à ma grande surprise, le réveil sonne. Tout en décidant de ne pas le programmer, je l’avais quand même fait. Sans doute par réflexe. Je l’arrête et je jette un bref coup d’œil à mon écran : il est effectivement exactement la même heure que d’habitude. Sur ce, je me lève un peu déçu, j’enfile un froc, me ramène dans le salon, je dis bonjour à mon ami qui a dormi là et qui en est déjà à son second café. Je lui dis aussi putain, même quand je mets pas le réveil (ce n’était qu’un demi-mensonge) je me lève à la même heure ! Et il me dit, mais non, on est passé à l’heure d’été.

Des dimanches qui commencent comme ça…

C’était la rubrique « Si t’as rien à dire, te force pas ! Enfin… maintenant qu’on est là… »

Photo par Gwlad (rue de la Méditerranée)

De nos jours, tous les appareils se mettent à l’heure automatiquement, on peut plus savoir. La dernière fois, ma mère m’a appris à l’occasion d’un de nos appels presque mensuels qu’on avait changé d’heure deux semaines auparavant, je ne m’en étais toujours pas aperçu.

Bon, passons à autre chose. En ce dimanche 25 mars se déroule toujours le festival des jeux de rôle Au-delà du Dragon, salle Pagezy, de 9h à 20h, entrée gratuite. Sinon, avec le printemps, c’est le retour des vide-greniers. Aujourd’hui, vous en avez un de 7h à 17h, allée Artémesia Gentileschi et allée Donatello. Voilà un très bon sites pour savoir où et quand trouver ces marchés de l’occasion : https://vide-greniers.org/. Il y a aussi les antiquaires et brocanteurs d’objets inutiles et trop chers pour moi au Peyrou, jusqu’à 14h environ. Et ce soir, Neil Conti & the Lazy Sundaze à la Pleine Lune, je vous en avais déjà causé ici : Neil Conti & Paul & Valerie & The Lazy Sundaze. C’est de 18h à 22h à la louche, et c’est gratos aussi. Ou alors vous avez soirée open mic à l’O.D.B. à partir de 21h. Alors venez pas me dire que vous avez larvé parce qu’il n’y avait rien à faire.

Sur ce bon dimanche grisailleux et à demain !

#53 – Montpelliérien #053 – Le Grand Ménage

Je n’ai jamais bien compris d’où ça venait, ce grand ménage de printemps. Pourquoi là, maintenant ? Pourquoi pas le grand ménage d’automne, après l’été poussiéreux ? La raison en est-elle qu’on sort du coma dépressif hivernal et qu’on retrouve assez d’énergie pour s’y mettre, à ce ménage qu’on repoussait depuis des mois ? Mouais, y a de l’idée. Est-ce parce qu’à partir du printemps on a tendance à inviter plus souvent ses amis·es chez soi et qu’on a honte de l’état de l’appartement ? Ça me ressemble assez. Aurais-je le courage de dénicher sur internet les origines de ce rituel ? La réponse est non, mais vous le saviez déjà. Et surtout : a-t-on une date précise de l’évènement ? Évidemment que non. Sinon tout le monde ferait semblant d’avoir autre chose à faire ce jour-là, et personne ne ferait jamais son grand ménage de printemps. Remarquez, moi, j’ai dû le faire deux fois dans ma vie, et encore, on m’a forcé.

Je dois vous avouer que j’étais parti pour vous écrire que j’allais faire mon grand ménage aujourd’hui, mais ça n’aurait pas été très honnête. En fait c’est juste mon ménage bimestriel classique, et il se trouve que c’est le printemps. Pur hasard. Tout ça parce que je me demandais a) comment j’allais vous expliquer que l’article serait court car je dois faire le sol ? b) quel titre pas trop naze lui trouver ? C’est dangereux, un titre. Pour peu que vous le trouviez avant d’avoir terminé de rédiger votre texte, vous allez vous sentir inévitablement attiré·e par le désir d’en rajouter un peu là, d’en rogner par ici, juste pour renforcer l’aspect thématique du texte, ou pour combler les attentes créées. Ça n’aide pas à donner dans l’authentique. Donc voilà, aujourd’hui je vais faire le ménage, mais en vérité, ce n’est pas parce que c’est le printemps. C’est parce que des amis et de la famille viennent passer le week-end à la colocation, que je n’ai pas participé à la dernière séance de nettoyage, et que ma chambre ressemble à une décharge.

Photo par Gwlad (rue du Guesclin)

Décidément sur ce blog on passe du concert underground au repareillage de mes chaussettes, il n’y a aucun fil conducteur. Mais je sais que vous êtes des lectrices et des lecteurs bienveillantes·s. Vous vous dites sans doute simplement : « en voilà un qui n’a pas peur de se mettre en danger, qui ne craint pas de perdre ses vingt lecteurs en changeant de genre d’une billet à l’autre. » Et c’est vrai que je suis courageux, c’est gentil à vous de le remarquer. Ou alors vous vous dites : « quel écrivain versatile ! » Et on ne pourra pas vous donner tort. En tout cas pas si vous pensez au versatile anglais, synonyme de polyvalent, et non au versatile français qui signifie personne en qui on ne peut avoir confiance tant elle change souvent d’avis. Heureusement, la signification anglaise tend à remplacer la française peu à peu, grâce aux mauvais sous-titrages des films sur internet. À quelque chose amateursime est bon. Ou bien encore vous pensez : « c’est vrai que ce type est un génie, mais pourquoi tient-il toujours à nous montrer l’arrière-boutique ? Ça devient obscène. » Euh… merci ?

Sinon, ce soir, il y a vernissage de l’exposition Balade Poétique, qui réunit les œuvres des trois artistes : Débit de Beau, Big Pin’Up et Miladream. C’est à 18h30 à l’AteLiées, 8 rue André Michel. On avait déjà évoqué Débit de Beau dans l’article Street Art à Montpellier, la conf, mais les deux autres je ne les connais pas. Il n’est malheureusement pas sûr que je puisse m’y rendre, alors vous serez gentilles·s d’y aller et de me dire comment c’était.

Et quoi d’autre à faire ? Oh, pas grand chose, simplement une vingtaine de concerts pour une quarantaine d’artistes, je ne sais pas si vous allez réussir à trouver quelque chose qui vous convienne avec si peu de choix. Allez voir le site du Mama Sound quand même, sait-on jamais.

Un autre grand ménage, c’est celui qui semble s’être produit à la faculté de droit au cours de la nuit. Le doyen de la faculté aurait ouvert la porte à un groupe de personnes cagoulées qui, armées de matraques et tasers, se seraient chargées de foutre à la porte, manu militari, ceux et celles qui se trouvaient dans l’amphi occupé. Le tout sous les yeux de la sécurité. On prend l’info avec précaution, mais c’est quand même assez inquiétant : https://twitter.com/SolidairesEtu34/status/976996510134087680.

À demain.