#196 – Lyonniais #022 – Dans désespoir, il y a presque « poire ». Vous en faites ce que vous voulez. Moi, les poires, ça me fait chier.

J’aurais pu appeler cet article le Top 10 des conseils pour ne pas désespérer. Je l’ai pas fait. Bon. Désespérer à quel sujet, vous allez me demander ? Eh, vous pensez que si j’en suis à faire un Top 10 de quoi que ce soit c’est pour me casser le fion en entrer dans les nuances ? On s’amusera à remboîter le paquet de clopes dans son emballage plastique une prochaine fois (j’ai choisi ça pour remplacer « enculer les mouches » mais j’étais pas sûr que ce soit bien compréhensible alors j’essplique). Donc, Top 10 et après je pars en vacances (et voilà les vacances de merde en perspective…). Je reprendrai le blog dans une semaine à peu près. En fait, demain je pourrais encore poster si je le voulais, mais faut-il vraiment vous faire un dessin pour tout ? Je fais un Top 10. Un TOP TEN ! (Vous lisiez top « dix » depuis le début ? Pah, la ringardise ! Les autres vous avez gagné.) Ça veut dire que n’ai rien à dire, rien envie de dire. Bon, allez, plus vite on se lance…

TOP 10 DES CONSEILS POUR NE PAS DÉSESPÉRER :

  1. Ne jamais avoir eu d’espoir en quoi que ce soit en premier lieu. C’est trop tard pour vous ? Dommage, alors, c’est foutu.
  2. Puisque c’est raté pour le 1., essayons au moins de limiter la casse : n’ayez à partir de ce jour plus aucun espoir en quoi que ce soit.
  3. Ne cherchez pas à découvrir ce que sont devenues vos idoles qui avaient trente ans quand vous en aviez quinze lorsque vous aurez vous-même trente ans. Vous auriez trop de peine pour elles et pour vous.
  4. D’une manière générale, évitez de vous souvenir de ce que vous étiez ne serait-ce que dix auparavant. C’est la dépression assurée.
  5. Si par accident vous jetez tout de même un regard en arrière et vous trouvez votre vie plus belle aujourd’hui qu’il y a dix ou quinze ans, profitez-en, mais dites vous bien que vous êtes en haut des montagnes russes.
  6. Ne suivez pas les act… Oh et puis zut. Même ça j’ai pas envie de le faire.

Quoi, z’êtes déçues·s ? Alors définitivement vous n’étiez pas mûrs·es pour apprendre mes techniques secrètes anti-désespoir. La base c’est de ne jamais être déçu·e quoi qu’il arrive ! C’est pas compliqué quand même…

Bon, sur ce, j’ai pas de valises à faire mais je vais prétendre en avoir. Ciao.

Moi aussi j’aurai préféré être ivre, mais je suis désespérément sobre et ça risque de durer un moment…

6 réflexions sur « #196 – Lyonniais #022 – Dans désespoir, il y a presque « poire ». Vous en faites ce que vous voulez. Moi, les poires, ça me fait chier. »

  1. Depuis bien longtemps, ma vie est résumable en une gestion de « crises futures » émaillée de gestion de « crises présentes », le tout quelque peu influencé bien sûr par la gestion de « crises passées ».
    En gros, je me garde de la marge et des trucs cools à faire pour plus tard en vue de compenser les inévitables effets de ce naufrage qu’est la vieillesse. Je sais pas si je me mettrai un jour au saut à l’élastique ceci dit.

    PS : je lisais « top dix » et je vous merde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *