#406 – Prier

C’était à prévoir, je l’avais prévu, je n’ai quasiment pas eu le temps de participer à la Partim 500 édition 2022 qu’organise notre cher Feldo.

Mais je n’ai pas absolument rien fait non plus. J’ai bidouillé quelque chose en deux heures ce matin. Entre le départ de mon frère et la visite de ma grand-mère. Ne vous attendez donc à rien. Le thème de l’année était : dévotion. La contrainte, comme chaque année, ne pas dépasser les 500 mots. Ça a donné :

Prier

(ou cliquez ici pour y jouer sur itch.io)

Je ne qualifierai pas ça de jeu. C’est plutôt… je ne sais pas. Une mini-réflexion presque interactive sur la prière. J’en laisse l’interprétation libre, bien que j’aie moi-même une idée assez arrêtée sur je sujet pour avoir vécu plusieurs années avec une personne qui priait plusieurs fois par jour, de longues minutes durant, comme l’y enjoignait sa religion.

Image réalisée par une IA – Est-ce éthique ? Je n’en sais rien, mais comme tout le monde je n’ai pas pu m’empêcher de faire mumuse avec cet outil quand je l’ai découvert. L’image n’a aucune sorte de lien avec le jeu et je ne compte pas faire illustrer ce blog par une IA.

#405 – Ce soir…

…on bouffe des huîtres.

Enfin, elle bouffe des huîtres, ma famille. Moi j’aime pas ça.

Ça fait trois ans que je n’ai pas fêté le réveillon avec elle. Piégé par le travail à l’étranger que j’étais. Je n’aime pas fêter Noël. Je n’aime pas… je n’aime plus. Je suis content de voir la famille, ce sont des gens que j’aime. Mais je ne sais pas comment me comporter avec 20 personnes autour de moi, surtout des gens qui comptent. Je repartirai en ayant eu l’impression coupable de n’avoir pas assez parlé à untel, de ne pas avoir su quoi dire à unetelle.

Et puis cette année s’ajoute à ça la honte de mon état. Cette dépression qui me colle, qui ne me laisse pas une journée sans être plusieurs fois à ça de fondre en larmes. Le décalage entre ceux qui sont heureux de faire la fête et moi qui suis malheureux quoi qu’il se passe autour de moi promet d’être marqué. Je déteste faire semblant. J’aime répondre honnêtement aux questions posées. Mais ce n’est pas le genre de soirées pendant lequel on peut dire qu’on préfèrerait ne jamais avoir vécu. Pas le genre de soirées pendant lequel on peut répondre « bof » quand on nous demande si ça va, ou même « ça va » mais sur le ton qui laisse entendre que bof. Alors je me prépare à mentir. À rire forcé. À me surveiller, ne pas avoir le regard qui va se perdre de la vide en suivant la pente naturelle de mon humeur. Et puis plus je vois des gens qui m’aiment s’inquiéter pour moi et plus je me déteste. D’un autre côté, si je veux m’en sortir, je suis supposé ne surtout pas m’isoler. Parler de mes soucis… Mais pas ce soir.

Ce soir, on mange des huîtres. Enfin, pas moi. Moi j’aime pas ça.

#404 – Les pinceaux

Me suis mis un peu à l’acrylique il y a environ un mois. À renfort de matos d’Action pour pas avoir peur de gâcher.

Pour l’instant rien de bien fameux, à part celle-ci. Je l’ai peinte et scannée, puis j’ai inversé ses couleurs et enfin je l’ai passée en noir et blanc. Et j’aime bien.

Plus flippante que l’originale.

#402 – Le discours

Pour me remettre en condition avant le début de la partim500 à venir (lien vers itch.io), je me suis motivé à faire un mini-jeu sur Twine en 500 mots.

Vous pouvez le tester ici, sur le site :

LE DISCOURS

ou sur itch.io.

Je vais partir voir ma famille au moment où la jam se déroulera, alors même si je n’ai pas la possibilité d’y participer au final, j’aurais au moins pratiqué un peu mon Harlowe.

En ne tout cas n’attendez pas que j’arrête de râler. 500 mots, c’est trop court. J’en ferai peut-être une version un poil plus étoffée un de ces jours.

#401 – Ire

Je ne sais pas si c’est de m’être séparé de la femme qui me rendait heureux, ou d’être au chômage, ou d’être tellement allergique aux moisissures de mon appartement insalubre que mes yeux et ma gorge me brûlent constamment et que j’en perds le sommeil seulement il fait trop froid pour sortir prendre l’air, mais je ne supporte plus rien ni presque personne.

Le moindre mot de travers, le moindre regard en coin, le moindre des non-rires, la moindre des non-réponses et j’ai envie de cogner avant de me flinguer.

Je n’arrive pas à prendre de plaisir. A rien. Pourtant je me suis fait une installation aux petits oignons. Je me suis acheté une imprimante-scanner, deux tréteaux et une planche en bois sur laquelle je peux dessiner et peindre, j’ai de quoi faire de la musique à loisir… Mais rien. Je fixe mon écran. Je regarde mon plafond. Quelqu’un entame une discussion sur internet ? Vite vite, j’y cours ! Enfin il se passe quelque chose, une interaction humaine ! Mais à peine ai-je lu ce qui s’y disait que j’ai envie d’atomiser l’humanité entière.

Ne vous en faites pas, j’ai peut-être l’envie de cogner, mais je n’ai jamais frappé personne. Peut-être ai-je pincé une fois dans mon enfance, mais même ça je ne m’en souviens pas. Je ne suis pas dangereux. Je ne me trompe pas de cible. Bien vite, une fois l’énervement passé, c’est moi que je déteste d’être comme ça. Les autres n’y sont pour rien. Moi non plus je n’y suis pour rien, mais quoi, il faut bien que je me défoule sur quelqu’un, alors je me dévoue.

Il y a des gens qui, lorsqu’ils font des enfants, disent qu’ils donnent la vie. Ah qu’ils se pensent généreux ! Mais ils se leurrent, ce ne sont que de grands égoïstes, car ils ne donnent rien du tout. Ils imposent la vie. Qu’ils aillent bien se faire foutre.

#400 – L’un et l’autre #01

Je vais essayer de recommencer à dessiner un peu mais je n’ai plus de scanner, et on m’a volé mon téléphone il y a une semaine, celui qui avait un bon appareil photo intégré. Alors je prends en photo avec ma tablette dégueu et j’essaie d’arranger un peu ça à l’ordi. Ça rend moche. Ça s’améliorera peut-être avec le temps.

#399 – Interdiction de faire demi-tour

En me connectant au blog aujourd’hui, j’étais parti pour faire quelque chose que je n’avais jamais fait jusque là : effacer ma dernière note de blog.

Trop tard, Feldo avait déjà commenté dessus. Ça s’est joué à quelques heures. Je peux pas faire demi-tour. Je l’aurais supprimé en douce en espérant que personne n’ait lu ce tas de crottes, mais c’est trop tard, ça a été lu.

J’en ai pourtant posté, des messages absolument inintéressants, mal écrits. Un paquet, même. Mais celui-là, je ne sais pas. J’avais envie de le voir disparaître. Cela dit je le sais bien, si je commence, si je l’efface, le site tout entier risque d’y passer derrière. Je suis dans une phase comme ça. Plus que l’envie de disparaître, l’envie de n’avoir jamais existé. De n’avoir pas déplacé le moindre atome dans cet univers plutôt que de l’avoir déplacé mal. Là encore, trop tard.

J’avais fait ce blog pour m’occuper et pour me marrer. J’y ai réuni toutes ces choses un peu nulles que j’ai faites dans divers domaines pour apprendre à assumer cette nullité. Me dire que ce n’est pas grave. Que c’est normal. Des fois ça fonctionne, mais pas ces derniers temps.

Je ne vais pas vous mentir en ce moment ça ne va pas du tout. J’avance et je recule sur tout. Il va falloir que j’aille voir un psy. Chologue ou Chiatre, je n’en sais rien. La déprime et la solitude sont en train de me bouffer. Je ne veux pas bassiner mes proches avec mon mal être, mais je ne sais plus comment m’en sortir tout seul. J’ai vraiment besoin d’aide et besoin d’humains, en chair et en os, autour de moi. D’un peu de tendresse. Seulement vu mon état, je ne laisse personne m’approcher, convaincu de ne pouvoir être qu’une force négative dans leur vie. Je ne sais plus comment m’en sortir seul, ce que j’avais pourtant fait jusqu’à aujourd’hui, avec plus ou moins de succès selon les périodes. La déprime entraine l’isolement qui entraîne la déprime qui… J’aimerais qu’on me sauve. Mais personne ne sauve personne dans ce monde. Ceux qui ne savent pas se sauver tout seuls crèvent. C’est comme ça.

Je sais qu’il faudrait que je me démène, que je soulève encore des montagnes pour m’inscrire dans des associations où je m’aide en aidant les autres (regardez comme je parle, des montagnes pour m’inscrire dans une association, des montagnes !! j’ai envie de me mettre des tartes), que je trouve un travail pour voir des gens et me rendre utile à la société en même temps. Que je dédramatise tout, que je rie de tout. Mais là j’ai plus la force, et le cynisme j’en ai eu ma dose.

Donc, ben… à ce texte précédent qui me fait honte, j’ajoute celui-ci qui ne fera qu’aggraver la chose. Rien ne m’y oblige et pourtant je le fais. C’est vraiment la merde dans ma tête.

#398 – Autobiographie super superficielle – partie 1

Je ne sais pas pourquoi j’écris ça ici. C’est plutôt pour moi. Peut-être pour les copains. Si je continue ensuite, avec le collège, le lycée, la fac, le rien, le travail… ils comprendront sans doute deux trois trucs sur moi, surtout quand ils verront des motifs se répéter. Est-ce que c’est important d’être compris ? Je ne pense pas. Peut-être que ça me servira juste de base pour écrire une autobiographie un peu plus détaillée et surtout plus intéressante. Là je vais juste balancer des éléments comme ça. Ce qui me vient. Je n’ai toujours pas retrouvé la concentration nécessaire à écrire correctement un paragraphe depuis ce burnout. Je suis toujours dans un flou étrange presque constamment.

En vrai j’aime beaucoup lire des autobiographies, et pas seulement de gens célèbres. J’aime les blogs très personnels qui ne parlent que du quotidien et du rapport de chacun au monde. Comme d’habitude, quand j’aime bien quelque chose, j’essaie de le faire moi aussi, pour voir ce que c’est. Si ce n’est pas votre truc par contre, ne vous embêtez pas à lire ce qui suit.


  • Décembre 1987, notre héros naît quelque part dans le sud de la France, près de Béziers. Dehors c’est l’orage et les inondations.
  • Il passe une enfance heureuse en bord de mer, du moins tant qu’il est baladé dans une poussette et n’a qu’à observer le paysage en mangeant des quignons de pain. Il regarde les lumières et la texture des choses plus que les choses elles-mêmes. Ça lui plaît. Il aime les couleurs dans le soir ou le matin, il aime aussi l’odeur des lauriers-roses, les bancs et les cailloux, les animaux et les visages. Il a peur de la nuit, des motos qui font du bruit, mais pas encore des araignées.
  • Au bout de quelques années, on commence à lui demander de marcher par lui-même, et de faire des choses. Ça va si on ne lui demande pas de changer d’activité quand il en a finalement trouvé une qui le fait se sentir bien. Par exemple regarder des images, faire des puzzles ou colorier. Et surtout parler ou rester blotti contre quelqu’un.
  • Il n’aime pas trop être à l’école maternelle et se faire gronder parce qu’il dépasse en coloriant. Il ne comprend pas pourquoi on l’oblige à faire des choses qui ont l’air tellement étranges, même s’il aime beaucoup les maîtresses et les assistantes qui sont très gentilles (sauf une).
  • Dans la cour et à la garderie il est souvent triste, surtout s’il fait sombre. Si par exemple sa maman lui donne un petit bonbon, il garde le papier toute la journée pour respirer l’odeur et penser à elle. S’il perd le papier, il a envie de pleurer mais il se retient. Un jour il voit un de ses copains qui est très gros se faire pousser par terre et se faire donner des coups de pieds au sol en se faisant traiter de gros patapouf par tous ses autres copains et il a très mal au cœur. Souvent des enfants vomissent sur le tourniquet et il ne comprend pas pourquoi, jusqu’au jour où il vomit sur le tourniquet après avoir mangé une pomme. Il adore le tourniquet et les balançoires, ça lui procure une sorte d’ivresse dont il a du mal à se sortir.
  • A l’extérieur de l’école, il aime beaucoup aller chez des copains et des copines. Ça tombe bien, il en a beaucoup car sa maman a elle-même beaucoup de copines dans le village. Des fois ils jouent au docteur, des fois à d’autres choses. Les mamans acceptent qu’on joue au docteur, car elles ont bien lu tout Dolto, elles font comme si elles ne savaient pas mais rigolent quand on leur demande de frapper avant d’entrer. Le plus souvent il joue quand même à autre chose, surtout tout ce qui fait rigoler. Il aime beaucoup rigoler. Il pourrait rigoler toute la journée avec ses copines et ses copains. On pourrait même dire que son seul objectif depuis qu’il a eu son premier, c’est d’attraper le fou-rire. Il ne veut jamais rentrer à la maison à la fin de l’après-midi. Quand il rentre il est triste pendant de longues heures, alors il regarde par la fenêtre ou il reste sur son lit, sans rien faire.
  • Son papa est kiné dans le village, alors des fois il va avec lui dans les maisons de retraite quand personne ne peut le garder. Ça sent un peu le pipi, mais les vieilles personnes sont toujours très gentilles avec lui, et son papa s’occupe bien d’elles alors elles sont contentes. Il y a une maison tenue par des bonnes sœurs avec un accent bizarre, elles sont gentilles mais elles lui demandent toujours quand il viendra au catéchisme et il ne veut pas y aller, même s’il ne sait pas ce que c’est.
  • Il n’aime pas du tout qu’on lui demande ce qu’il voudra faire plus tard. Car plus tard, il ne veut rien faire d’autre que ce qu’il aime déjà faire. Sa maman lui lit souvent un livre qui se termine par cette question, il aime beaucoup le livre mais refuse catégoriquement qu’on lui lise la dernière page, ça peut déclencher de grosses crises.
  • Quand il entre à l’école primaire, il a beaucoup de copains et de copines. Il rigole beaucoup dans la cour. En classe, il comprend vite les choses et retient tout sans jamais se concentrer. Il est très fort pour le langage, la maîtresse l’appelle le dictionnaire ambulant. Il passe des heures à penser à autre chose qu’à ce qu’il écrit parce qu’écrire ne l’intéresse pas du tout. Il retient tout ce qu’il entend, et n’arrive pas à dessiner les formes des lettres de manière régulière, c’est une corvée. Alors il écrit lentement. Très lentement. C’est toujours le dernier à sortir. Des fois il rate la récréation à cause de ça. Il pense beaucoup aux autres qui jouent dehors et du coup il écrit encore plus lentement. Il aime bien le maître qui fume dans la classe.
  • Des fois il s’invente des histoires, qu’il est Superman ou le monsieur de K2000, par exemple. Quand les autres se rendent compte qu’il joue tout seul dans sa tête, ils se moquent un peu de lui, mais pas trop, parce qu’en vrai ils l’aiment bien. Souvent il joue quand même avec les autres. Sauf au foot et à courir, ça ne l’intéresse pas parce qu’on n’a rien à s’imaginer et il faut se servir de son corps. Il va souvent voir ceux qui sont tout seuls pour leur demander pourquoi ils sont tout seuls et si ils veulent venir jouer avec les autres à S.O.S Fantômes ou à Retour vers le futur. C’est souvent les nouveaux, ou ceux qui ont des problèmes parce qu’ils sont timides ou handicapés. Ça lui fait trop de peine quand il les voit seuls et tristes, et quand les autres se moquent d’eux. Il y en a que vraiment personne n’aime, parce qu’ils sont sourds par exemple, et les moqueries sont très méchantes.
  • Il n’aime pas trop les anniversaires, parce qu’il y a des jeux obligatoires et des danses, ça lui provoque une honte immense quand il doit participer. Mais il y va quand même parce qu’il adore rigoler avec les copains. Chez les gens il n’ose pas demander à aller au toilettes quand il veut faire pipi, mais il arrive toujours à se retenir jusqu’à ce que quelqu’un le remarque se dandiner et le lui propose. Il regarde les jouets des autres et ils ont toujours l’air tellement mieux que les siens, dont il se fout un peu s’il est seul. Un jour il voit ses copains s’amuser à brûler des escargots avec des cierges magiques et c’est le dernier anniversaire auquel il va.

#397 – Prenez des notes

Dans le bloc note de mon téléphone, le 26 juillet j’écrivais :

– Excusez-moi, monsieur, en quelle époque est-on ?
– Pas une à vous faire dresser le téton.
– Pardonnez-moi madame, à quoi rêvent le jeunes ?
– À mourir sans douleur, à éviter le jeûne.
– Ah, je ne vous crois pas, il doit bien y en avoir
Pour inventer leur vie et cultiver l’espoir
De voir leurs enfants naître, et rire, et faire, et vivre
Et d’idées de progrès souvent se trouver ivres.
– Oh, si peu, vous savez.

Bon, évidemment c’était pas fini, la métrique n’est pas bonne, mais jamais je le reprendrai. Le 1er août j’écrivais :

Les rêves sont taris. Les espoirs sont des leurres. Les minutes en plomb passent comme des heures.

Le 5 août je notais :

Mentir
Le moins possible
Dire la vérité
À votre gré
Vous taire
Serait le mieux
Mais en êtes-vous capable ?

Le 1er septembre :

Syndicat des locataires.

On se demande bien pourquoi. Le 12 septembre, j’écrivais :

5 lucky strike red à rouler 50g
3 camel yellow 30g

Car mon épicier n’avait plus de tabac pour ses clients habituels et comme j’étais au chômage je suis allé lui chercher de quoi le dépanner chez l’autre épicier un peu plus loin dans la rue. Il avait peur que j’oublie si je note pas.

Le 11 octobre j’ai noté :

Andremouille les niettes.

Mais je pense que ça date de juillet quand mon cerveau m’avait quitté, j’ai dû consulter la note plus tard et l’enregistrer. Le 27 octobre, j’ai écrit :

Je cours après le plus dur, une insouciance raisonnée.

Pauvre de moi. Le 30 octobre j’ai noté :

VIANDE

Parce que mon voisin Roumain me demandait comment on disait « carne » en français. Attention on se rapproche d’aujourd’hui.

Le 2 novembre, il faisait très beau et chaud depuis plusieurs jours :

Allez, re-printemps direct sans passer par l’hiver. Moi je suis d’accord. Que les paysans se démerdent, ces psychorigides des saisons. Nous en ville on pourra toujours bouffer du rat.

Le 3 novembre, à 6h37, je délirais complètement de ne pas arriver à dormir depuis 5h, et je notais :

Un GIF, on pourrait croire que c’est une image, puisque c’est un GIF (on pourrait aussi croire que c’est une gifle même s’il manque des lettres, surtout si on le dit très rapidement), mais en fait c’est plusieurs images et on les fait passer très vite les unes après les autres, très très vite. Des fois, tellement vite qu’elles n’ont pas le temps de voir où elles vont qu’elles sont déjà rentrées dans le dos de l’image précédente. Alors ça fait un accident, et il faut faire un constat, et alors ça n’avance plus et l’image reste fixe et ce n’est plus un GIF mais un PNG. Mais c’est plutôt rare, car comme les oiseaux, les images ont un bon instinct qui leur permet habituellement d’éviter les collisions. On pourrait penser que les GIF sont donc comme des films ou des dessins animés, mais c’est absolument faux, car les dessins animés c’est des gens qui dessinent sur de grands post-its de la taille d’une feuille A3 et ensuite, en tordant le paquet et en relâchant chaque page une à une à l’aide du pouce ça donne l’impression que c’est un GIF, mais c’est une arnaque. Pour les films c’est pareil mais avec des photos. Donc aucun rapport avec le GIF malgré la croyance commune. Surtout qu’il n’y a pas de réalisateurs de GIF et qu’on ne les diffuse jamais su grand écran, raison pour laquelle il n’y a ni festival de Cannes ni de Berlin du GIF. Peut-être y a t-il un festival du GIF à Conques, petit hameau Lozérien, mais dans ce cas-là je n’ai pas été mis au courant.

Après je l’ai envoyé à des amis sur discord pour leur montrer que je m’ennuyais quand ils étaient tous couchés sauf moi. Il m’ont souhaité de retrouver bien vite du boulot.

Enfin, le 15 novembre, c’était il y a deux jour, j’écrivais ce qui restera sans doute ma plus grande œuvre littéraire :

Les gants, tu rentres quelque part, tu les mets dans ta poche, mal, et t’en perds un. Les chaussettes n’ont pas cette excuse.

Voilà, un conseil donc : prenez des notes, mais surtout ne les relisez jamais.