#272 – Les sales mesnies de ces messieurs Gauchelin et Seckendorf

Faudrait pas être autorisé·e à faire des jeux de mots comme ça, je sais bien, mais c’est tentant quand on cherche un titre et qu’on est à plat. Du coup, à part les trois folkloristes réchappés·es du XXe siècle, j’imagine que vous l’avez pas pigé, le jeu de mots, alors j’essplique.

Je viens de réaliser un petit jeu textuel à l’occasion de la game jam Nouvim 3000 organisée par mon ami Feldo. Un jeu en 3000 mots, donc, sur le thème « Infamie ».

Ce jeu s’appelle InfÂmes Hellequin (ouais encore un jeu de mots, je l’emporterai pas au paradis) justement à cause de la mesnie Hellequin ! Alors, ça y est, vous pigez ? Non ? Toujours pas ? Okay. Allez donc lire cet article de l’Encyclowiki sur la chasse fantastique et revenez me voir ensuite. Je peux pas non plus passer mon temps à vous apprendre les bases. En ce moment, du temps, j’en ai pas. On menace de me sucrer mon RSA, je suis forcé de chercher du travail en toute vitesse. Quelle misère ! Ah, les infâmes organismes de surveillance auto-proclamés d’accompagnement…

Je me perds. Je jeu est là, l’explication en dessous, et les textes originaux tout en bas :

Pour l’explication, je copie colle la description que j’ai posté par itch.io en l’augmentant à peine parce que devinez quoi ? Voilà. J’ai pas le temps.

En gros :

Jeu type fiction interactive (on en causait ici), en 3000 mots, sur le thème « Infamie » . Sept fins possibles. Y en a de bonnes et des moins bonnes.

Dans le détail :

C’est donc principalement un travail de traduction et d’adaptation à la F.I. de la vision du prêtre Gauchelin, rédigée dans la première moitié du XIIe siècle par Orderic Vital dans son Historia ecclesiastica. Je ne l’ai pas traduite depuis le latin mais depuis la version anglaise de Thomas Forester éditée à Londres en 1854 (Volume II, Livre VIII, Chapitre XVII, pp. 511-520)

[Je viens à ce sujet de trouver aujourd’hui (lendemain de la publication du jeu) une version traduite en français depuis le latin datant de 1824. J’ai donc, encore une fois, passé des heures et des heures à un travail inutile. Non, ne me plaignez pas. Ça me servira de leçon, il faut vraiment que j’arrête d’être con. Mais pour la peine je ne vous la donne pas, vous n’avez qu’à jouer au jeu avec MA traduction dupuis l’anglais, nah.]

J’y ai également mélangé deux autres légendes, celle du compte Seckendorf tirée de la Zimmerische Chronik de Frobern Christoph von Zimmern (XVIIe siècle) et celle de Dame Ingelbjorg de Voergård, tirée du folk-lore Danois et dont j’ignore l’époque à laquelle elle a été recueillie.

Pour ces parties-là, je me suis surtout livré à un travail de transformation et d’adaptation des l’histoires à ma version F.I. de la vision de Gauchelin, histoire que ça colle, ainsi qu’au format court (3000 mots c’est sacrément court), car j’ai trouvé ces histoires déjà en français dans le recueil de textes Elle mangeait son linceul de Claude Lecouteux (I. 4, pp. 28-31 et III. 2, pp. 71-73)

J’ai moi-même inventé quelques passages pour fermer toutes les boucles. (En passant, veuillez noter que je ne cautionne pas la morale véhiculée par ces textes anciens, et donc par le jeu.)

Je pense me mettre, un jour, à réaliser une version sans contrainte des 3000 mots, comprenant l’intégralité de ma traduction de la vision de Gauchelin (toujours adaptée à la F.I. évidemment) comme tronc principal, et dont chacun des embranchements serait l’adaptation d’une autre légende mettant en scène la mesnie Hellequin ou une autre chasse fantastique, ou encore n’importe quelle légende de revenant qui s’y prête.

Ouais, je pense m’y mettre un jour. C’est ce qu’on dit. Vous emballez pas trop. En attendant, InfÂmes Hellequin, c’est 3000 mots, pas plus pas moins, réalisé dans les deux jours que je pouvais y consacrer. Faudra vous en satisfaire.

MAINTENANT

…comme je suis très sympa, voici l’intégralité des textes originaux de :

  • La vision du prêtre Gauchelin ou Gaulchelmus ou Walkelin (selon les versions) par Orderic Vital (1075 – 1141 ou 1143) extrait de son Historia ecclesiastica telle que publiée en latin dans : Orderici Vitalis, Angligenae coenobii Uticensis monachi Historia ecclesiastica, J.-P. Migne (ed.), Petit-Montrouge, Paris, 1855. (Voir sur Gallica)
  • L’histoire du Sire Seckendorf par Frobern Christoph von Zimmern (1519 – 1566) telle que publiée en moyen haut-allemand tardif dans : Zimmerische Chronik, Barack, Karl August (ed.), Akademische Verlagsbuchhandlung von J. C. B. Mohr (Paul Siebeck), Freiburg und Tübingen, 1881-1882. (Voir sur Wikisource)
  • Et non, pas de la légende de Dame Ingelbjorg de Voergård, puisque je n’ai pas eu le temps de remonter à une version plus ancienne que celle trouvable dans : Scandinavian Folktales, Simpson, Jacqueline (ed.), Penguin, London and New York, 1988.

HISTORIA ECCLESIASTICA

LIVRE VIII

XVII. Mirificus casus cujusdam presbyteri episcopatus Lexoviensis.

Quid episcopatu Lexoviensi, in capite Januarii, contigerit cuidam presbytero, praetereundum non aestimo, nec comprimendum silentio. In villa, quae Bonavallis dicitur, Gualchelmus sacerdos erat, qui ecclesiae Sancti Albini Andegavensis, ex monacho episcopi et confessoris, deserviebat. Hic anno Dominicae Incarnationis 1091 in capite Januarii accersitus, ut ratio exigit, quemdam aegrotum in ultimis parochiae suae terminis noctu visitavit. Unde dum solus rediret, et longe ab hominum habitatione remotus iret, ingentem strepitum velut maximi exercitus coepit audire, et familiam Rodberti Belesmensis putavit esse, quae festinaret Curceium obsidere. Luna quippe octava in signo arietis tunc clare micabat, et gradientibus iter demonstrabat. Praefatus presbyter erat juvenis, audax et fortis, corpore magnus et agilis. Audito itaque tumultu properantium, timuit et plurima secum tractare coepit an fugeret, ne a vilibus parasitis invaderetur, et inhoneste spoliaretur; aut validam manum pro defensione sui erigeret, si ab aliquo impeteretur. Tandem quatuor mespileas arbores in agro, procul a calle, prospexit, ad quas latitandi causa, donec equitatus pertransiret, cito divertere voluit. Verum quidam enormis staturae, ferens ingentem maxucam, presbyterum properantem praevenit, et super caput ejus levato vecte dixit: « Sta, nec progrediaris ultra. » Mox presbyter diriguit, et baculo quem bajulabat appodiatus, immobilis stetit. Arduus vero vectifer juxta eum stabat, et nihil ei nocens praetereuntem exercitum exspectabat.

Ecce ingens turba peditum pertransibat, et pecudes ac vestes, multimodamque supellectilem, et diversa utensilia, quae praedones asportare solent, super colla scapulasque suas ferebat. Omnes nimirum lamentabantur, seseque ut festinarent cohortabantur. Multos etiam vicinorum suorum, qui nuper obierant, presbyter ibidem recognovit, et moerentes pro magnis suppliciis, quibus ob facinora sua torquebantur, audivit. Deinde turma vespilionum secuta est, cui praefatus gigas repente associatus est. Feretra fere quinquaginta ferebantur, et unumquodque a duobus bajulis ferebatur. Porro super feretra homines parvi velut nani sedebant, sed magna capita ceu dolia habebant. Ingens etiam truncus a duobus Aethiopibus portabatur, et super truncum quidam misellus, dire ligatus, cruciabatur, et inter angores diros ululatus emittens, vociferabatur. Teterrimus enim daemon, qui super eumdem truncum sedebat, igneis calcaribus in lumbis et tergo sanguinolentum importune stimulabat. Hunc profecto Galchelmus interfectorem Stephani presbyteri recognovit, et intolerabiliter cruciari pro innocentis sanguine vidit, quem ante biennium idem effudit, et tanti non peracta poenitentia piaculi obierat.

Deinde cohors mulierum secuta est, cujus multitudo innumerabilis presbytero visa est. Femineo more equitabant, et in muliebribus sellis sedebant, in quibus clavi ardentes fixi erant. Frequenter eas ventus spatio quasi cubiti unius sublevabat, et mox super sudes relabi sinebat. Illae autem candentibus clavis in natibus vulnerabantur, et punctionibus ac adustione horribiliter tortae, « vae! vae! » vociferabantur, et flagitia, pro quibus sic poenas luebant, palam fatebantur. Sic nimirum pro illecebris et delectationibus obscenis, quibus inter mortales immoderate fruebantur, nunc ignes et fetores, et alia plura quam referri possint supplicia dire patiuntur, et ejulantes miserabili voce poenas suas fatentur. In hoc agmine praefatus sacerdos quasdam nobiles feminas recognovit, et multarum, quae vitales adhuc carpebant auras, mannos et mulas cum sambucis mulieribus prospexit.

Stans presbyter talibus visis contremuit, et multa secum revolvere coepit. Non multo post, numerosum agmen clericorum et monachorum, judices atque rectores eorum, episcopos et abbates cum pastoralibus cambutis advertit. Clerici et episcopi nigris cappis induti erant. Monachi quoque et abbates nigris nihilominus cucullis amicti erant. Gemebant et plangebant, et nonnulli Galchelmum vocitabant, ac pro pristina familiaritate ut pro se oraret, postulabant. Multos nimirum magnae aestimationis ibi presbyter se vidisse retulit, quos humana opinio sanctis in coelo jam conjunctos astruit. Hugonem nempe vidit, Lexoviensem praesulem, et abbates praecipuos, Mainerum Uticensem, atque Gerbertum Fontinellensem, aliosque multos, quos nominatim nequeo recolere, neque scripto nitor indere. Humanus plerumque fallitur intuitus, sed Dei medullitus prospicit oculus. Homo enim videt in facie, Deus autem in corde. In regno aeternae beatitudinis perpetua claritas omnia irradiat, ibique perfecta sanctitas, omne delectamentum adepta, in filiis regni exsultat. Ibi nihil inordinate agitur, nihil inquinatum illuc intromittitur. Nihil sordidum, honestatique contrarium, illic reperitur. Unde quidquid inconveniens faex carnalis commisit, purgatorio igne decoquitur, variisque purgationibus, prout aeternus censor disponit, emundatur. Et sicut vas excocta rubigine mundum, et diligenter undique politum, in thesaurum reconditur, sic anima omnium vitiorum a contagione mundata, paradisum introducitur, ibique omni felicitate pollens, sine metu et cura laetatur.

Terribilibus visis presbyter admodum trepidabat, baculoque innixus, terribiliora exspectabat. Ecce ingens exercitus militum sequebatur, et nullus color, [sed] nigredo et scintillans ignis in eis videbatur. Maximis omnes equis insidebant, et omnibus armis armati, velut ad bellum festinabant, et nigerrima vexilla gestabant. Ibi Richardus et Balduinus, filii Gisleberti comitis, qui nuper obierant, visi fuere; et alii multi, quos non possum enumerare. Inter reliquos Landricus de Orbecco, qui eodem anno peremptus fuerat, presbyterum alloqui coepit, eique legationes suas horribiliter vociferando intimavit, ac ut mandata sua uxori suae referret, summopere rogavit. Subsequentes autem turmae, et quae praecedebant, verba ejus interrumpendo impediebant, presbyteroque dicebant: « Noli credere Landrico, quia mendax est. » Hic Orbecci vicecomes et causidicus fuerat, et ultra natales suos ingenio et probitate admodum excreverat. In negotiis et placitis ad libitum judicabat, et pro acceptione munerum judicia pervertebat, magisque cupiditati et falsitati quam rectitudini serviebat. Unde merito in suppliciis turpiter devotatus est, et a complicibus suis mendax manifeste appellatus est. In hoc examine nullus ei adulabatur, nec ingeniosa loquacitate sua ei aliquis precabatur. Verum, quia dum poterat aures suas ad clamores pauperis obturare solitus est, nunc autem in tormentis, ut exsecrabilis, auditu indignus omnino judicatus est.

Gualchelmus autem, postquam multorum militum ingens cohors pertransiit, intra semetipsum sic cogitare coepit: « Haec sine dubio familia Herlechimi est. A multis eam olim visam audivi; sed incredulus relationes derisi, quia certa indicia nunquam de talibus vidi. Nunc vero manes mortuorum veraciter video; sed nemo mihi credet, cum visa retulero, nisi certum specimen terrigenis exhibuero. De vacuis ergo equis, qui sequuntur agmen, unum apprehendam, confestim ascendam, domum ducam, et, ad fidem obtinendam, vicinis ostendam. » Mox nigerrimi cornipedis habenas apprehendit; sed ille fortiter se de manu rapientis excussit, aligeroque cursu per agmen Aethiopum abiit. Presbyter autem voti compotem se non esse doluit. Erat enim aetate juvenis, animo audax et levis, corpore vero velox et fortis. In media igitur strata paratus constitit, et venienti paratissimo cornipedi obvians manum extendit. Ille autem substitit ad suscipiendum presbyterum, et exhalans de naribus suis projecit nebulam ingentem veluti longissimam quercum. Tunc sacerdos sinistrum pedem in teripedem misit, manumque arreptis loris clitellae imposuit, subitoque nimium calorem velut ignem ardentem sub pede sensit, et incredibile frigus per manum, quae lora tenebat, ejus praecordia penetravit.

Dum talia fiunt, quatuor horrendi equites adveniunt, et terribiliter vociferantes, dicunt: « Cur equos nostros invadis? Nobiscum venies. Nemo nostrum laesit te, cum tu nostra coepisti rapere. » At ille, nimium territus, caballum dimisit, tribusque militibus eum prendere volentibus, quartus dixit: « Sinite illum, et permittite loqui mecum, quia conjugi meae filiisque meis mea mittam mandata per illum. » Deinde nimium paventi presbytero dixit: « Audi me, quaeso, et uxori meae refer quae mando. » Presbyter respondit: « Quis sis nescio, et uxorem tuam non cognosco. » Miles dixit: « Ego sum Guillelmus de Glotis, filius Baronis, qui famosus fui quondam dapifer Guillelmi Bretoliensis, et patris ejus Guillelmi, Herfordensis comitis. Praejudiciis et rapinis inter mortales anhelavi, multisque facinoribus plus quam referri potest, peccavi. Caeterum super omnia me cruciat usura. Nam indigenti cuidam pecuniam meam erogavi, et quoddam molendinum ejus pro pignore recepi, ipsoque censum reddere non valente, tota vita mea pignus retinui, et legitimo haerede exhaeredato, haeredibus meis reliqui. Ecce candens ferrum molendini gesto in ore, quod sine dubio mihi videtur ad ferendum gravius Rothomagensi arce. Dic ergo Beatrici uxori meae, et Rogerio filio meo, ut mihi subveniant, et vadimonium unde multo plus receperunt quam dedi, velociter haeredi restituant. » Presbyter respondit: « Guillelmus de Glotis jamdudum mortuus est, et hujusmodi legatio nulli fidelium acceptabilis est. Nescio quis es, nec qui tui sunt haeredes. Si Rogerio de Glotis, vel fratribus ejus, aut matri eorum praesumpsero talia enarrare, ut amentem deridebunt me. » Porro Guillelmus obnixe insistens rogabat, et plurima notissimaque signa diligenter inculcabat. Presbyter autem intelligens ea quae audiebat, omnia tamen se scire dissimulabat. Tandem multa prece victus, acquievit, et iterum ut rogatus fuerat se facturum promisit. Tunc Guillelmus cuncta recapitulavit, et longa confabulatione multa eidem replicavit. Interea sacerdos coepit secum tractare quod non auderet exsecrabilia biothanati mandata cuilibet annuntiare. « Non decet, inquit, talia promulgare. Nullatenus quae injungis cuilibet referam. » Mox ille furibundus manum extendit, et presbyterum per fauces apprehendit, secumque, per terram trahens, minare coepit. Captivus autem manum, qua tenebatur, ardentem velut ignem persensit, et in tali angustia repente exclamavit: « Sancta Maria, gloriosa mater Christi, adjuva me! » Protinus, ad invocationem piissimae genitricis, filii Domini auxilium praesto adfuit, quale Omnipotentis ordinatio disposuit. Nam quidam miles, ensem dextra ferens, supervenit, gladiumque suum, quasi ferire vellet, vibrans, dixit: « Cur fratrem meum interficitis, maledicti? Sinite illum, et abite. » Mox illi avolarunt, Aethiopicamque phalangem prosecuti sunt.

Abeuntibus cunctis, miles in via cum Gualchelmo demoratur, et ab eo sciscitatur: « Cognoscis-ne me? » Presbyter respondit: « Non. » Miles dixit: « Ego sum Rodbertus, filius Rodulfi, cognomento Blondi, et sum frater tuus. » Cumque presbyter pro tam insperata re vehementer admiraretur, nimiumque pro his quae viderat, ut dictum est, vel senserat, angeretur, miles ei de pueritia utriusque multa coepit recensere, et notissima signa recitare. Sacerdos autem audita optime recolebat, sed ore confiteri non ausus, omnia denegabat. Tandem praefatus eques ait: « Miror duritiam et hebetudinem tuam. Ego te post mortem utriusque parentis nutrivi, et super omnes mortales dilexi. Ego te ad scholas in Galliam direxi, et vestes nummosque tibi copiose porrexi, aliisque multis modis tibi prodesse satis elaboravi. Nunc horum immemor efficeris, meque tantummodo recognoscere dedignaris! »

Tunc presbyter, veridicis faminibus ubertim prolatis, convictus est allegationibus certis, palamque cum lacrymis fassus est affamina fratris. Tunc miles dixit ei: « Merito debuisses mori, nostrarumque particeps poenarum nunc nobiscum trahi, quia res nostras nefaria temeritate invasisti. Hoc nullus alius inchoare ausus fuit. Sed missa, quam hodie cantasti, ne perires te salvavit. Mihi quoque nunc permissum est tibi apparere, meumque miserum esse tibi manifestare. Postquam in Normannia tecum locutus fui, a te salutatus in Angliam perrexi, ibique finem vitae jussu Creatoris accepi, et pro peccatis, quibus nimis oneratus eram, immania supplicia pertuli. Arma quae ferimus, ignea sunt, et nos fetore teterrimo inficiunt, ingentique ponderositate nimis opprimunt, et ardore inexstinguibili comburunt. Hactenus itaque hujuscemodi poenis inenarrabiliter cruciatus sum. Sed quando in Anglia ordinatus fuisti, et primam missam pro fidelibus defunctis cantasti, Radulfus pater tuus suppliciis ereptus est, et scutum meum, quo vehementer angebar, elapsum est. Ensem hunc, ut vides, fero. Sed in anno relaxationem ab hoc onere fiducialiter exspecto. »

Dum miles haec et alia hujusmodi diceret, et diligenter ad eum presbyter intenderet, quasi strumam sanguinis instar humani capitis ad ejus talos circa calcaria vidit, stupensque sic interrogavit; « Unde tanta coagulatio cruoris imminet calcaneis tuis? » At ille respondit: « Non est sanguis, sed ignis; et majoris mihi videtur esse ponderis, quam si ferrem super me Montem Sancti Michaelis. Et quia pretiosis et acutis utebar calcaribus, ut festinarem ad effundendum sanguinem, jure sarcinam in talis bajulo enormem; qua intolerabiliter gravatus, nulli hominum exprimere valeo poenae quantitatem. Haec indesinenter meditari mortales deberent, et timere, imo cavere, ne pro reatibus suis tam dira luerent. Plura mihi non licet tecum, frater, fari, quia miserabile agmen festinanter cogor prosequi. Obsecro, memento mei, precibusque piis et eleemosynis succurre mihi. Nam a Pascha Florum usque ad unum annum spero salvari, et clementia Creatoris ab omnibus tormentis liberari. Tu vero sollicitus esto de te, vitamque tuam prudenter corrige, quae pluribus vitiis sordescit, scitoque quod diuturna non erit. Ad praesens sile. Res, quas nunc ex insperato vidisti et audisti, silentio comprime, et usque ad tres dies nemini praesumas enarrare. »

His dictis, miles festinus abscessit. Presbyter autem tota septimana graviter aegrotavit. Deinde postquam invalescere coepit, Lexovium adiit, Gisleberto episcopo cuncta ex ordine recitavit et ab eo medicamenta sibimet necessaria impetravit. Postmodum fere XV annis vegetus vixit, et haec quae scripto tradidi, aliaque plurima, quae oblivione abolita sunt, ab ore ipsius audivi, et faciem ejus horrendi militis tactu laesam prospexi.

Haec ad aedificationem legentium scripsi, ut in bonis consolidentur justi, et a malis resipiscant perversi. Amodo incoeptam repeto materiam.


ZIMMERISCHE CHRONIK

BAND IV
(pp. 124-127)

Solch gescheft mit dem wuteshere ist einest vor jaren bei der frommen welt vil umbher gefaren und mehrmals zu Mösskirch gewesen, aber lenge halben der zeit und user unfleis unserer vorfaren, alles in ain vergess kommen. Es hat auch solches wueteshere nit allain in der nacht sich hören lasen, sonder auch mermals am morgen früe, auch abendts und gegen der nacht sich erzaigt und sehen lasen, dess wir dann ain glaupliche histori haben, die sich bei mentschen gedechtnus im landt zu Franken und dann im closter zu Maulbronnen begeben hat. Es sein zwen vom adel im landt zu Franken wonhaftig gewesen, under denen der ein einer von Seckendorf, der ander aber des geschlechts von Erlikom gewesen. Dieselbigen sein ein andern so feindt gewesen, auch baiderseits ainandern allen unwillen und [1078] widerdrieß zugefüegt, das ieder uf den andern gehalten und den todt getrewet, und ist gleichwol das auch darbei gewesen, das der ain des andern eheweib zu vil haimlich und freundtlich soll gewesen sein. Uf ein zeit aber, als sie baide uf ainandern geritten und gehalten, do ist der von Seckendorf eins abendts, als sich tag und nacht schier von einandern geschaiden, durch ein waldt selbander gerüst, mit ufzognen bögen, geritten, und als er ein gueten weg ins holz, do ist er neben der straß zu ainer capellen kommen, darin bliben sie übernacht. Gegen tag waren sie baide in aller früe uf und ritten wider uf iren halt. Es vergaß aber der junker in dem eilen seiner beden1 hendtschuch, die ließ er in der capellen uf einer todtenbar ligen. Wie er nun uf den halt kompt und seiner plechhendtschuch vermist, do schickt er den knecht, die zu holen. Wie aber derselb dahin kompt, war dess noch dunkel und nit recht tag, so findt er ain feurigs gespenst uf der todtenbar sitzen, das het die hendtschuch2 angelegt und schlueg die in ainandern. Do lief dem knecht die catz den rugken ufhin und wolt lenger nit bleiben, kert umb und sagts seim junkern. Der war übel zufriden, schalt ine seiner kleinmüetigkait; damit kert er selbs umb, die hendtschuch zu holen. Indess facht es an zu tagen; so erhört er, als er ain kleinen weg ins holz geritten, ein wunderbarlichs geschrai, gedöß, clingeln und jämern mit eim grosen brastlen, als ob alle beum im waldt entzwai brechen und umbfielen. Dem von Seckendorf war hiebei nit haimlich, dann er nit wissen mogt, was das für ein wesen, aber wol hörte, das es sich neherte. Derhalben er abwegs gewichen und sich zwischen die peum versteckt. Alda ist er halten bliben. Unlangs darnach do hat er ein wunderbarliche reuterei gesehen, ein tail haben kaine köpf gehapt, nur ain arm, die ross etwann nur zwen füeß, auch ohne ein haupt; vil fueßgenger sein mitgeloffen, under denen etwann der ain auch nur ain schenkel, etwann einer mit einer handt, vil ohne häupter, ein tail halber verbrent, vil, die blose schwerter durch den leib gehapt. In soma, es ist ein sollichs seltzams, abenteurigs gesündle bei ainandern gewesen, dergleichen er sein lebenlang nit gesehen gehapt, ich geschweig das gedöß und prausen, das im luft umbher und dem haufen nachgefaren. Aber under diesem haufen allen ist nichs gewest, darab er sich mehr verwundert, als ab ainem raisigen man, der hat ein weisen, dürren, magern und hinkenden gaul an der handt gefüert, hat ain schlecht claidt angehapt und ist also verwundet gewesen, das im die derm userm leib gangen und über das claidt und das ross hinab gar nahe dem boden eben gehangen sein. Als nun das gefert, wie erzellt, alles ohne sein schaden fürüber (wie man dann sagt, das niemands vom wueteshere was nachtails begegne, so man user dem weg thue weichen), do ist er dem weg oder straßen wider zugeritten. Also ist im noch ainer uf eim raisigen pferdt begegnet, der zu der andern compania3 auch gehört hat, und dieweil derselbig allain gewesen, do ist er erkecket und hat in gefragt, was das für ein haufen leut seien, die unlangs alda fürzogen. Derselb hat im geantwurt, es seie das wueteshere. Do hat er in abermals gefragt, wer aber der seie, so das mager pferdt an der handt füere und dem das gederm über das ross hinab hange. Do hat er widerumb gesagt: »Es gehört dem von Seckendorf zu«, damit hat er in, von Seckendorf, mit dem taufnammen genempt, »der soll von dem von Erlikom, seinem feindt, uf eim solchen weisen, mageren ross von heut über ain jar gewisslichen erschossen werden, und im wurt sein gederm also userm leib über die claider und das pferdt herabhangen.« Der von Seckendorf, als er sich hört nennen und das er der sein, der also von seinem todtfeindt jemerlichen solte umbgebracht werden, erschrack er nit wenig, und wiewol er wenig gern noch mer gefragt, so wolt doch der ander lenger nit bleiben und zohe den andern nach. Der von Seckendorf het den hasen im busem und rit widerumb haim, gieng in sich4 selbs und nam diese abenteurer so hoch zu herzen, das er im endtlichen fürsatzte, ein sinn zu erdenken, damit er eim sollichen jämerlichen todt und insonderhait seinem todtfindt [1079] entpfliehen megte; übergab er den nechsten freunden seine güeter, nam ein klains badtgelt mit sich. Damit kam er geen Maulbronnen ins closter5 und wardt ein convers oder laienbrueder, wie mans nempt. Seitmals aber er sich nit zu erkennen gab, do wust auch niemands, wer er ware. Er blib im closter etliche zeit, und so etwar frembder kam, ließ er sich nit sehen. Letstlich aber verhoffte er, Erlikom were todt oder het sein vergessen, und da er gleich noch lebte, so würd er in doch, sonderlichen in dem habit und beclaidung, nit wol erkennen. Darumb wardt er ie lenger, ie freier, ließ sich zum oftermal für das closter hinauß. Aber Erlikom het wol vernommen, das in Seckendorf gewichen und in ferre in ain closter begeben het. Derhalben raist er von eim closter in das ander. Uf ain zeit und auf den tag, als das jar herumb, das er, von Seckendorf, zu Maulbronnen gewesen, unerkannt und gar sicher seiner sachen, do füegt sich user der verhengnus Gottes, das der Erlikom geen Maulbronnen kam. Wie er dem closter nahet, so ersicht er ohne geferdt den von Seckendorf; der stande beklaidt wie ein laienbrueder und las spen bei den zimerleuten. Wie er in nun erkennt, schreit er ine an, do sei er im worden, iezo sei die stund verhanden, das er daran müese. Seckendorf gab die flucht dem closter zu. Under wegen ersicht er ein ledig, weiß paurenross, ganz mager; darauf sprang er eilendts und understandt sich zu entreiten. Wie er aber sicht, das solichs nit sein mocht, do kert er das pferdt umb, erwüscht ein stangen, der mainung, dem Erlikomer zu begegnen und sich umb sein leben, so böst er künde, zu weren. Hiezwischen aber het der Erlikom sein bogen ufzogen, scheust uf in ab und trifft den Seckendorf mit eim stral, inmaßen im das ingewaidt und die derm über den rock und über das ross abher hiengen, wie im zuvor geweissagt worden. Er het kain craft mehr, fiel ab dem ross und starb und ist zu Maulbronen begraben worden. Der Erlikommer ist entritten. Wo er aber hinkommen oder wie es im weiter ergangen, das ist nit bewist, aber wol zu erachten, er hab hinfüro auch nit vil glücks mehr gehapt und sei kains rechten tods gestorben.

1 beden] hs. bleden; vielleicht auch statt blechen; s. unten z. 40.
2 hendtschuch] über diese sage vom Seckendorfer, sonst auch vom junker Rechberger s. Liebrecht, Germania XIV, 401 ff.; s. auch Wendunmuth I, 67, und darnach Stockhausen, Mira praesagia mortis (1698) s. 53; Eichholtz, Quellenstudien zu Uhlands Balladen (1879) s. 63 ff.; Eichholtz kannte diese chronikstelle nicht.
3 compania] hs. copania.
4 sich] hs. sichs.
5 ins closter] vgl. die folgende erzählung s. 127, 22 ff.


Alors ? Heureux·ses ?

#271 – Carême Vegan

Vous allez vous demander (si, si, vous allez voir) ce que je peux bien foutre à me taper La vie du Pape Benoît XIV. Prosper Lambertini par Louis-Antoine Caracciola dans son édition de 1783. Ah, vous voyez que vous vous le demandez. Eh ben je cherche un truc. Un truc, pour le travail dans lequel je me suis lancé et que j’évoquais hier. Un truc qui n’a aucun rapport avec le Pape ou la religion, d’ailleurs. Bon rassurez-vous quand même, je ne me « tape pas » le bouquin en entier, y a quand même bien mieux d’un point de vue historique. Non, comme souvent, je sais d’avance ce que j’y cherche, sauf que là je n’ai pas la référence exacte alors je fais défiler très rapidement les pages.

Et donc en ne trouvant pas les quelques mots que j’attends au bout de 174 pages, voilà que je tombe sur la vision papale du jeûne :

« Le Père Concina , Dominicain , dont la plume véhémente ne ceſſa de s’exercer contre la morale relâchée, crut devoir attaquer le jeûne , tel qu’on l’obſerve en Italie. Il prétendit qu’une taſſe de chocolat (quoiqu’à l’eau) priſe le matin à la manière des Romains , étoit abſolument incompatible avec l’auſtérité du Carême. Son ouvrage fit grand bruit ; & le Pape ſe contenta de répondre verbalement , “il a raiſon ; mais ce qu’on pourroit dire pour nous excuſer , c’eſt que dans tous les jeûnes d’égliſe , nous n’uſons ni d’œufs ni de laitage ; que notre collation n’eſt ordinairement qu’un ſimple breuvage , que nous mangeons ſi peu dans toute l’année , que nous faiſons toujours carême. ( On connoît la ſobriété des Italiens. )” »

Voilà. Avis à tous le jeûneurs et jeûneuses dynamiques, carêmiers comme ramadantistes.

Si vous êtes un peu maso ou que vous aimez beaucoup les papes, le texte peut-être lu en ligne ici. Si vous arrivez à savoir ce que j’y cherche, laissez-moi un commentaire, vous avez gagné.

#270 – Nouvelles Intéressantes de Montpellier

Lecteuses, lectrirs, si je ne passe pas souvent ici ces derniers temps, c’est principalement parce que je me suis lancé dans de grands travaux. Enfin, un grand travail, plutôt, qui donnera soit un livre, soit environ deux cents articles longs sur ce blog ou un autre dédié. Je vous informerai en temps voulu de la réalisation du machin.

(En parlant blogs, celui de Numéro 0 est désormais accessible. C’est celui d’une sorte de collectif de faisouilleuses et faisouilleurs auquel j’ai participé pendant près de quatre ans, bien que je n’en sois plus aujourd’hui. Photo, vidéo, musique, écriture, dessin, jeu, autre… vous y trouverez de tout. Alimenté de travaux originaux au minimum deux fois par semaine. C’est à cette adresse : https://numerozero.fr/, donc.)

En attendant, pour ce gros travail dans lequel je me suis lancé, je me farcis des pages et des pages de revues et autres ouvrages des XVIIe et XVIIIe siècles depuis des semaines. Et voilà-t-y pas qu’hier, au hasard de mes recherches, je tombe sur une publication Montpelliéraine !

ANNONCES, AFFICHES ET AVIS DIVERS.

Elle est hebdomadaire et imprimée à Montpellier, bien sûr, mais plus précisément à l’Imprimerie d’Augustin-François Rochard, « seul imprimeur du Roi, Place du Petit-Scel. » à partir 1770, et chaque sortie tient sur quatre pages.

Voici donc quelques extraits des tout premiers numéros, et en particulier de la rubrique NOUVELLES INTÉRESSANTES. On se n’oubliera pas, à cette occasion, de se faire la réflexion que tous les journaux semblent promettre à leurs débuts d’être moins larmoyants que les autres, et finissent inévitablement par se vautrer comme il se doit dans les anecdotes morbides. Et encore je ne vous reporte pas ici les avis de décès des nobles, magistrats et membres du clergé pleurés à chaudes encres chaque semaine.

Premiere Feuille hebdomadaire de Montpellier.
Du 19 Mars 1770.

On ne connoît les hommes que par le mauvais côté , notre malignité nous porte avec plus d’ardeur à relever les fautes de nos ſemblables qu’à publier leur vertu , nous ſommes tout de feu quand il faut médire , nous ſommes toujours froids quand il faut louer ; cependant que d’exemples perdus pour l’humanité , qui ſeroient d’excellentes leçons de morale ? Nous aurons le courage d’en expoſer un aux yeux de nos concitoyens qu’ils ignorent peut-être , parce qu’il eſt pris dans cette claſſe d’hommes qui ont dévoué leurs talens à nos amuſemens & à nos plaiſirs , & que nous payons du déshonneur & de l’opprobre.

Un Acteur de la Troupe qui repréſente en cette Ville , nommé V***. ému de compaſſion ſur le triſte état où ſe trouvoient réduits ſes amis & ſes confréres , que la déſertion des Directeurs avoit fruſtré de leur ſalaire , leur ſeule et unique reſſource , refuſa généreuſement la portion qui lui revenoit lors de la repartition qui ſe fit entre eux le Lundi 13 de ce mois, & voulut que cette portion rejaillit ſur ceux qui ſe trouvoient dans le beſoin ; il fit plus , il offrit de repréſenter gratis à leur profit juſques au Samedi veille des Rameaux.

Nous avons cru qu’il étoit de notre devoir de tirer de l’oubli ce trait de généroſité qui y auroit reſté peut-être enſéveli , & qui mérite d’être mis au grand jour.

(pp. 3-7)


Troiſieme Feuille hebdomadaire de Montpellier.
Du 2 Avril 1770.

Samedi 24 du mois dernier , des filoux ayant enduit la Porte de la maiſon d’un aubergiſte de la Ville , logé au Fauxbourg Saint Denis , avec des matieres conbuſtibles , y mirent le feu à deſſein ſans doute de s’introduire dans cette maiſon à la faveur de l’ouverture ; mais le feu ayant fait des progrés trop rapides , jetta l’alarme dans le quartier & rompit leur meſures ; cette nouvelle invention de la cupidité humaine , eſt d’autant plus funeſte , qu’avec ſon ſecours on peut ouvrir nos portes ſans bruit & ſans fraction , & qu’elle nous expoſe également aux terribles effets d’un incendie & aux horreurs d’un aſſaſſinat.

(p. 3)


Cinquieme Feuille hebdomadaire de Montpellier.
Du 18 Avril 1770.

On apprend tous les jours de nouveaux effets de la cupidité humaine & on voit avec douleur les funeſtes excès où elle porte quelques malheureux qui ont ſçu juſqu’ici ſe ſouſtraire au glaive de la Juſtice levé ſur leur tête ; ils mettent à exécution leurs affreux deſſeins en plein jour , à la vue du peuple , ſans égard à la ſainteté du jour , ils pénétrent juſques dans le ſéjour de l’innocence , & vont troubler la paix des habitans de nos campagnes. J’en vais citer deux exemples également triſtes , & également récents.

Samedi dernier 7 de ce mois , à Pignan, Village ſitué à une lieue & demie de la Ville, ſur les neufs à dix heures du ſoir , on a volé au ſieur Verdier Bourgeois dudit lieu cinquante louis d’or & pour cent écus de vaiſſelle d’argent.

Quatre jours après, le Jeudi ſaint douziéme du courant , des filous ont ſaisi l’heure où le monde étoit à l’Office , c’eſt-à-dire , entre deux & trois heures après midi , pour s’introduire dans la maiſon du ſieur Poujol Me. Cordonnier ; & étant parvenus à un entreſol ſitué au premier étage , ils ont faut ſauter la pierre où tenoit la ſerrure , ont enfoncé une vieille armoire ; & ont emporté neuf cens livres en argent pliés dans un bonnet d’enfant , ſans toucher à un gobelet , un ſervice & une paire de boucles d’argent qui s’y trouvoient en même-temps.

(p. 3)


Sixieme Feuille hebdomadaire de Montpellier.
Du 23 Avril 1770.

Ce n’eſt qu’avec douleur que nous ſommes obligés de rappeller ici à nos Concitoyens une de ces fatales cataſtrophes qui font gémir l’humanité ; que ne ſommes-nous aſſez heureux pour n’avoir à leur annoncer que des événements propres à exciter la joye au fond de leur cœur , et comme nous n’en avons que de triſtes & de fâcheux à leur apprendre !

Une Femme aſſez proprement miſe , a été arrêtée ſur le chemin qui conduit de Sauſſan à La Verune , la nuit du Vendredi au Samedi 21 du courant , par des aſſaſſins qui , après l’avoir percée de pluſieurs coups de couteau à la gorge , l’ont trainée aſſez loin de là dans un lieu écarté , pour dérober ſans doute aux paſſans la connoiſſance de leur crime.

(p. 4)


Septieme Feuille hebdomadaire de Montpellier.
Du 30 Avril 1770.

Nous venons d’apprendre par une Lettre que nous écrit un de nos abonnés qui voyage actuellement hors de la Province , des nouvelles les plus triſtes concernant l’inondation , qui a déſolé pendant près de trois ſemaines une grande partie de la Gaſcogne, & tous les Pays ſitués près des bords de la Garonne. Nous n’avons pu nous refuſer aux inſtantes priéres qu’il nous fait d’inſérer le précis de ſa Lettre dans notre Feuille.

(…)

(p. 3)


Huitième Feuille hebdomadaire de Montpellier.
Du 7 Mai 1770.

Les intempéries de l’air n’ont pas été moins nuiſibles à la ſanté du corps qu’aux biens de la terre : il régne dans les environs pluſieurs maladies épidémiques , une des plus cruelles s’eſt répanduë dans un Village aſſez voiſin de la Ville nommé St. Jean de Vedas ; aujourd’hui même 5 Mai nous venons d’apprendre qu’il y eſt mort dix perſonnes & que ſix ont été atteintes du mal contagieux ; une femme de l’endroit voyant que perſonne n’oſoit approcher de ſon mari , qui venoit d’expirer , eût le courage de l’enſévelir elle-même , mais elle fut attaquée le lendemain du même mal , & mourût deux jours après victime de la piété conjugale. Nous ne devons point oublier le triſte ſort du Curé du Lieu; ce digne Paſteur qui dans ces fâcheuſes circonſtances a oublié le ſoin de ſa conſervation , & ne s’eſt reſſouvenu que de ſon zéle , a été lui-même atteint de la maladie , il eſt à l’extrémité.

La mort qui dans ces temps de calamité ſemble s’attacher aux plus reſpectables têtes, vient encore de nous enlever un de ces hommes digne de vivre toujours. C’eſt M. l’Abée de la Prunarede Chanoine de la Cathédrale(…)

(p. 4)


Neuvieme Feuille hebdomadaire de Montpellier.
Du 14 Mai 1770.

Nous venons d’apprendre avec plaiſir que la maladie épidémique qui a régné à Saint Jean de Vedas pendant quelques ſemaines , n’a pas eu de ſuites auſſi funeſtes qu’on le craignoit d’abord ; ſes effets ſont aujourd’hui peu ſenſibles ; la mort a rallenti ſes coups , les habitans voyent renaître leur premiere paix , & ils eſpérent que les ſoins des Médecins ſecondés des ſecours de la Providence , diſſiperont bientôt les derniers reſtes d’une cruelle maladie , & rendront à l’air qu’ils reſpirent toute ſa pureté ; heureux encore après leur détreſſe , s’ils n’avoient pas à pleurer la mort de pluſieurs de leurs plus chers compatriotes , & ſurtout celle de leur Paſteur qui a ſuccombé enfin aux maux dont Dieu l’avoit éprouvé (…).

Pour diſtraire un peu nos Lecteurs de ces idées funébres , nous leur ferons part d’un fait aſſez ſingulier qui , quoiqu’il ſe ſoit paſſé en public , n’eſt peut-être pas ſçu de tout le monde ; Mercredi dernier un homme et une femme s’aviſerent de diſtribuer quelques écus faux aſſez groſſierement imités , après avoir fait quelques dupes , ils le furent enfin eux-mêmes ; quelques-uns de ceux qui avoient été attrapés coururent après eux , & furent bientôt ſuivis de la populace ; voilà mes gens dans un grand embarras , ils ne ſçavoient de quel côté paſſer ; comme ils ſongeoient à s’évader , on les prit , & on les emmena au Palais.

(pp. 3-4)


Dixieme Feuille hebdomadaire de Montpellier.
Du 21 Mai 1770.

De triſtes nouvelles nous apprennent que les mauvaiſes influences de l’air qui ſe sont faites reſſentir aux environs de Montpellier , ne ſont pas également diſſipées par-tout , l’alarme régne encore à Saint-Martin de Londres & à Viols , Villages ſitués à 4 ou 5 lieues de Montpellier ; nombre d’habitans y ont été attaqués ſucceſſivement d’une maladie cruelle qui portoit les ſymptomes de la pleuréſie & étoit accompagnée du délire , & violens maux de tête ; pluſieurs ont déjà payé le tribut à la mort , & elle y immole tous les jours de nouvelles victimes , mais on eſpére que les ſecours de la Médecine , l’air qui s’épure , la nature qui prend une nouvelle vie , tout enfin va contribuer à diſſiper la malignité des vapeurs contagieuſes qui menaçoient leurs jours , & le paiſible Laboureur pourra jouir ſans inquiétude du doux plaiſir de contempler dans les Campagnes , humectées & réjouies par les roſées ſalutaires du Ciel , les heureuſes apparences d’une récolte abondante.

(pp. 3-4)


Pas de NOUVELLES INTÉRESSANTES dans les éditions du 28 mai et du 6 juin.


Treizieme Feuille hebdomadaire de Montpellier.
Du 11 Juin 1770.

On n’avoit pas jugé à propos d’inſérer dans la dernière Feuille la triſte nouvelle de l’aſſaſſinat commis ſur la perſonne d’une femme qu’on a trouvée le Vendredi premier du courant hachée en morceaux au environs de Fabregues , parce qu’on attendoit la confirmation de ce fait , qui n’eſt que trop avéré.

(p. 4)


Voilà, voilà. Ce n’est donc pas d’aujourd’hui que la lecture des journaux donne envie de s’enfermer chez soi pour ne plus en sortir. Si vous voulez allez voir par vous-même ces quelques morceaux choisis dans leur contexte, c’est ici que ça se passe, sur le site des archives départementales de l’Hérault : http://archives-pierresvives.herault.fr/ark:/37279/vta53d7ab2ea66cf/daogrp/0/1 (C’est de là que vient l’image utilisée dans l’article, d’ailleurs.) J’aurais pu en copier d’avantage ici, mais j’en avais marre. Allez donc y jeter un œil, ça se lit très vite.

#269 – Carnets gâchés

Voilà qu’on vous offre un joli carnet, tout vierge, tout neuf : vous êtes bien embêté·e. Eh oui. Si vous dessinez dedans, il est quasiment certain que votre gribouillis ne soit qu’une insulte à la page blanche, mais si en revanche vous n’y dessinez rien, c’est une insulte à la personne qui vous a fait ce cadeau. Dans les deux cas, vous voilà bien. Rassurez-vous cela dit, car vous n’êtes pas seul·e dans ce cas. C’est comme ça pour tout·es les dessinouilleurs et ·illeuses du dimanche. D’ailleurs, s’il y a une chose de sûre, c’est que moins on dessine, moins ce qu’on dessine est beau. Alors, à un moment, faut se lancer.

Voici donc quelques unes des dernières pages que j’ai moi-même osé gâcher dans un carnet qu’on m’a offert (saufs celles sur papier noir, je me le suis offert tout seul celui-là). Comme on pouvait s’y attendre, c’est en majorité mauvais, mais il y a quand même quelques traits et points bien placés dans le tout. Si vous trouvez lesquels, écrivez-moi, vous avez gagné.

#268 – À Prague (suite et fin)

Oui, alors, avant que je ne vous laisse lâchement tomber il y a deux mois, j’étais en train de vous montrer les jolies choses que j’avais vues à Prague. Je ne suis plus à Prague mais le téléphone dont je me suis séparé était quand même rempli de photos de la ville. Je vais donc partager quelques unes d’entre elles. Attention, je n’ai choisi que les meilleures.


Première image. Où l’on voit que les Tchèques ne respectent absolument pas la langue française :

Si vous trouviez que l’allemand était compliqué à cause des déclinaisons, essayez un peu le tchèque pour voir

Si vous trouvez de quel bar ces têtes en fer forgé ornent la façade, vous avez gagné :


Comme dans toute ville ancienne, on retrouve sur les plus vieilles pierres d’antiques graffiti qui nous donnent le vertige quand on pense aux années qui nous séparent du moment où ils furent inscrits :


Un Nazgûl :

Oui, je sais. Mozart, tout ça…

Un distributeur qui prend la poussière :


Un immeuble dont la façade ferait sans doute grincer des dents aujourd’hui. Mais là c’est patrimonial, pas pareil :


Là j’ai juste appuyé sur le bouton au mauvais moment, mais je vous la mets quand même :

N’empêche que d’entre toutes les merdouilles que j’ai pu prendre en photo, ces petites pierres cubiques qui servent de pavés sont sans doute la chose la plus typiquement praguoise que vous verrez ici.

Si vous sortez un peu de Prague, à 45 minutes en train, allez visiter Sedlec et Kutná Hora. À Sedlec il y a le fameux magnifique ossuaire et son énorme chandelier en ossements humains. Chaque os du corps y est présent au moins une fois. À Kutná Hora on peut visiter l’église Sainte-Barbe qui est honnêtement l’église la plus belle que j’ai jamais visitée, du dedans comme du dehors. Mais ce n’est pas ça que je vais vous montrer ici. Non. Ici, je vais vous montrer que dans cette commune de Sedlec-Kutná Hora, vaut mieux payer en couronne tchèque bien que les euros soient acceptés partout :

Pour référence, à ce jour 1 euro = 25,7 couronnes tchèques

Cela dit, maintenant que j’ai parlé de l’église Sainte-Barbe, je vais quand même vous montrer un tableau qu’on peut y trouver :

Oui.
Ce mec-là mate un homard qui passe devant le soleil.

Ça, me demandez pas, je ne sais pas ce que c’est, je suis tombé dessus en pénétrant par erreur dans une cour intérieure :

C’était la nuit, du coup on voit pas bien mais c’est le crépi qui est soulevé par le crochet, c’est pas un drap.

Alors là, par contre, je vais vous donner plus d’explications, parce que ça le mérite :

Sur ce sac plastique est dépeinte une scène traditionnelle qui se joue à Pâque. Notez bien la baguette de bois dans la main du jeune homme et la jeune fille qui court devant lui.

Le lundi de Pâques, il est de tradition que, le matin, les garçons se munissent de cette sorte de baguettes-fouets (pomlázka) faites de branches de saule tressées et décorées de rubans, et aillent fouetter les fesses des filles du quartier. Pour se sortir de cette situation, les filles peuvent donner des œufs décorés aux garçons. Elles ont aussi le droit de leur balancer un seau d’eau à la figure.

Je vous laisse en tirer les conclusions que vous voudrez.


Un ordinateur analogique made in Tchécoslovaquie dans les années 70, le MEDA 41TC, exposé au Musée Technique National de Prague :

Parce que les calculateurs numériques c’est pour les noobs.

À l’Académie des Arts, de l’Architecture et du Design de Prague (UMPRUM), on trouve les chiottes les moins gender-ability neutral de la ville :

On notera que pour ne pas passer totalement pour des conservateurs, les architectes ont décidé que les enfants se feront changer dans les toilettes pour hommes handicapés. Si vous êtes une mère sans handicap et que vous souhaitez changer votre enfant, vous pourrez à loisir vous demander si on va vous laisser entrer dans ces toilettes-là, et si on vous y laisse entrer est-ce que ça valait bien le coup de faire autant de pièces différentes pour au final laisser n’importe qui entrer n’importe où.


Enfin, sur le chemin du retour, j’ai pu constater que sur la tablette intégrée à chaque siège du bus, il y avait de la littérature pour les enfants, de la littérature pour les femmes, mais aucune littérature pour les hommes ! Un scandale.

C’est peut-être la section AutoMotoRevue, si on suit la logique de ces dernières décennies.

Voilà. J’ai vidé ma pellicule « République Tchèque », j’espère encore une fois vous avoir fait rêver et que votre tête est maintenant remplie paysages paradisiaques. Je vous laisse sur cette image de bébés sans visage escaladant une tour de 216 mètres :

Il s’agit des « Miminka » de David Černý. On peut également les voir de (trop) près dans le parc Kampa.

#267 – C’est sûrement la batterie

Qu’est-ce qui alimente un blog ? Facile. Un blogueur. Qu’est-ce qui alimente un blogueur ? Difficile. Une multinationale qui donne dans la mode ou la cigarette, un agacement authentique mais néanmoins de spectacle, une envie de briller socialement ? Que sais-je… Appelons ça la batterie. La mienne semblait à plat. Oh, semblait, vraiment ? Au passé ? Non, vous avez raison, n’allons pas trop vite. La mienne semble défaillante en ce moment. C’est mieux comme ça. Les posts vont continuer à se succéder lentement si j’arrive à retrouver un peu de motivation mais je ne promets rien.

Quoi de beau aujourd’hui, donc ? J’ai changé mon téléphone portable. L’ancien n’allait pas ? Non, il n’allait plus. C’était la batterie ? Non, mais ça aurait pu. Après avoir conservé mon précédent téléphone 7 ans, j’avais été horrifié par les réponses aux nombreuses question sur les forums du genre : « quel modèle de téléphone a la plus grande longévité ? » Les réponses en général ressemblaient à ça : « celui-ci il a une durée de vie de ouf, j’en avais un il a tenu 2 ans ! »

Bon, mais on s’en fiche car ce n’est pas une question de batterie. Enfin si. Enfin… Laissez-moi trois secondes pour m’expliquer. Depuis longtemps, je travaille sur moi pour atteindre un niveau de consommation de produits technologiques qui me convienne éthiquement. Après m’être, au cours des années, débarrassé de tout produit et service Facetruc, Gmachin, iBidule (vous pouvez allez (re)lire cet article où je cause de tout ça) la dernière étape était de me séparer du smartphone. Ce machin est un fléau pour la planète comme pour les esclaves qu’on envoie aux mines chercher les matières premières, souvent un chauchemar aussi pour les ouvriers exploités des usines de fabrication. Autre problème du smartphone qui fonctionne sous android, c’est que le systeme android était opensource mais a depuis longtemps été récupéré par Gmachin et que je ne veux plus aucun lien de près ou de loin avec cette entreprise et ses filiales.

Seulement, mon smartphone marchait bien, je n’allais pas le jeter, ç’aurait été du gaspillage. Et là, coup de bol ! La solution est arrivée toute seule, miracle de l’obsolescence programmée. La batterie a foiré. Non, je vous l’ai dit, pas la batterie de mon téléphone. La batterie du téléphone de mon amie. Fastoche, donc : elle récupère le mien, puisqu’elle n’est pas prête à lâcher ce genre de machines, et moi j’en achète un, le plus basique, le moins complexe.

Et c’est ce qu’on a fait. Aujourd’hui, je suis le fier possesseur d’un téléphone à clapet, sans appareil photo, sans même une prise casque, avec 1Mo d’espace de stockage de médias mais aucun moyen de transférer quoi que ce soit dessus. Je peux stocker jusqu’à 40 sms d’un coup sur ce téléphone. 40 !! C’est beaucoup trop. J’ai repris la bonne habitude de les effacer à mesure qu’ils arrivent. Pas de MMS, pas d’emoji, pas d’e-mails. Pour tout ça il y a l’ordinateur.

Une seule question maintenant, tiendra-t-il au moins trois ans ? Je l’espère parce que le but n’est pas d’avoir un téléphone jetable dont on se fiche. C’est d’avoir un téléphone qui ne vous fiche pas et qui ne fiche pas la planète en l’air non plus. Donc, il doit durer le plus longtemps possible.

La prochaine question sera : chez quel opérateur prendre son forfait pour avoir le moins l’impression de participer à la destruction de l’état social et de financer la campagne du prochain président de droite ? Là, vous pouvez m’aider, je suis complètement perdu.

Voilà. Vivre aujourd’hui sans ces services et sans ces machines, c’est possible. J’ai un blog et une adresse e-mail qui tournent sur des serveurs pensés de manière à ne pas détruire la planète à grande vitesse, je refuse de laisser exploiter mes données par des multinationales dont le seul principe est le profit, réseaux sociaux et autres services gratuits piège-à-cons c’est de vous que je parle, et je souhaite que mon confort ne s’établisse pas au prix de l’esclavages d’autres êtres, humains ou pas, à l’autre bout de la planète. Pour autant, je ne vis pas dans une grotte ni dans une forêt, mais en plein centre de Lyon, j’écris, je fais de la musique, je dessine, je bois des verres et des limonades en terrasse en compagnie d’amis ou de bouquins, je ris plusieurs fois par jour et rarement tout seul, je me déplace où je veux par les transports en commun, il m’arrive même de travailler si je trouve un emploi qui me convienne éthiquement. Je ne manque de rien, je me prive parfois quand je sais que pour un petit plaisir instantané je participe à pourrir la vie d’autres, et parfois la mienne, à long terme, c’est tout, et je n’en suis que plus heureux. Hésitez donc pas à faire tous ces changements dans vos vies, vous ne vous retrouverez pas seuls ou isolés pour autant, si c’est votre crainte. Je pense également que l’avenir des populations sera grandement déterminée par le pouvoir acquis par ces multinationales ayant fait fortune dans les technologies et que, que ce soit au niveau du climat, de la vie privée ou de la paix globale, notre avenir paisible, c’est aujourd’hui et sur ce terrain aussi qu’il se joue.

#266 – Vyšehrad

Vyšehrad est une forteresse médiévale encore peu visitée du public à Prague. Je vous en conterai peut-être un jour l’histoire dans les détails mais aujourd’hui, comme promis, place aux images prises et sélectionnées avec soin.

Comme toute forteresse de cette taille, c’est-à-dire immense, de la taille d’une petite ville, celle-ci comporte plusieurs portes, la Porte Tabor, la Porte de Briques, la Porte de Leopold… Mais en voici une que vous ne trouverez sur aucun guide :

Détail :

Car, face aux assaillants, que vaut une porte qu’on aurait oublié de fermer, hein ?


Les basiliques me poursuivent. Non, franchement, à chaque fois que je tombe sur une église, c’est une basilique. Pouvez vérifier ici et . Celle-ci semble avoir bénéficié d’une aide venue du ciel pour son édification, et par aide venue du ciel, je parle pas de Dieu, si vous voyez ce que je veux dire :

On ne pourra pas ici accuser les religieux de faire un tabou de la question sexuelle. Les attributs génitaux mâles et femelles fièrement représentés à la porte de l’édifice, dans un feu d’artifice de couleurs n’ayant rien à envier au drapeau LGBT+ :

Mâle
Femelle

Enfin, les fondations de l’impressionnante acropole :

Ouais, c’est le petit rectangle de pierres là.

C’est d’ailleurs aussi ancien qu’impressionnant. Peut-être même plus.

Voilà pour aujourd’hui ! Il est 23h59, je vais me coucher. J’espère qu’après avoir vu ces magnifiques images, vous aussi irez vous coucher des paysages de rêve plein la tête.

#265 – Les pieds qui doublent de volume, c’est bon signe ou pas ?

Voilà. On est arrivés à Prague. Accueillis par un bon repas et un lit qui nous attire fort. Si fort qu’on va pas tarder à s’y écrouler. Il faut dire qu’on vient de se taper vingt heures de trajet de Lyon à Praha avec une seule petite pause d’une heure trente à München, le temps d’avaler un café et de changer de bus. Nous n’aurons vu Genève et Zurich que de nuit, et ce que j’ai pu en voir était fort laid. Moi les baraques plus hautes que larges… Enfin, évidemment, nous n’avons aperçu que ce qui était éclairé par des lampadaires, c’est-à-dire les centre-villes. Sûr qu’on a raté les jolies petites campagnes.

Les petites campagnes de bord d’autoroutes allemandes, par contre, nous les avons vues au lever du jour. C’était fort lassant. M’a laissé l’impression que l’Allemagne n’était qu’une vaste zone industrielle en chantier, étendues plates et arbres secs. C’était sans doute pas le chemin le plus intéressant, j’imagine qu’on l’a tracé pour faire au plus court, et pourtant c’était déjà trop long. D’accord, c’était vert, mais tellement intensément rébarbatif… Une forêt de bouleaux, tout de même, m’a fugacement tiré une pensée pour Feldo qui les aime tant, mais c’était l’unique sur des kilomètres et elle était vraiment rikiki. J’ai dû avoir le temps d’être ému au moins dix secondes avant qu’elle ne disparaisse, aussi vite qu’elle y était entrée, de mon champ de vision délimité par ma partie de la vitre du bus. Quelques parties vallonnées auront tout de même réussi à atténuer cette monotonie, disons un quart d’heure au total, en parfaites reproductions naturelles d’un écran de fond windows xp qu’elles étaient.

Bref, la Suisse, l’Allemagne, dans ces conditions… Ah si. Quand même. La vision du lac de Constance à l’aube en passant par Lochau (Autriche). J’avoue que c’était beau. C’était… vaste. Là, okay, ça m’a laissé rêveur. Aussi rêveur qu’on peut l’être après dix heures de bus sans pause, deux heures de sommeil au max par sessions de quinze minutes, et des pieds au volume doublé par le manque de mouvement et les vibrations incessantes du gros bus mercedes qui vous trimballe. Et un petit mystère qui nous a tenu en haleine jusqu’à sa résolution en arrivant grâce à wikipédia : dans les environs de Wolnzach, dans tous les champs sur des hectares et des hectares, des poteaux plantés à intervalles réguliers, reliés entre eux par des fils de fer tendus en lignes parallèles, mais rien en dessous. Impossible de comprendre ce que c’était, à part bien sûr que tout cela servirait à la culture d’une plante grimpante lorsque ce serait la saison. Genau ! Il s’agit de cultures de houblon. Pas un champ qui ne soit dédié à cette épice à bière dans le coin. On aura au moins appris quelque chose. Ils ont même un musée du houblon, à Wolnzach, paraît-il, j’aurais bien aimé y faire un tour.

Et puis ! finalement ! on a passé la frontière tchèque, sans vraiment nous en rendre compte. Alertés uniquement par le changement de réseau sur le cellulaire de mon amie (c’est quand même sympa l’Europe). Et après quelques minutes… du relief, de beaux hameaux vieille pierre, des forêts super hautes et un énorme lièvre qui gambade ! Tout ça l’espace d’une heure. C’était presque trop rapide après les 17h d’un ennui mortel, j’ai failli faire de la tachycardie. Oui, de la Suisse à la République Tchèque pas un seul animal sauvage aperçu par les champs à part ce lièvre, et pourtant j’ai cherché, croyez-moi, j’avais que ça à foutre. Mystère.

J’aurais voulu prendre des photos, mais j’avais éteint mon téléphone puisque avec mon forfait pauvre je ne peux recevoir que des sms et même pas y répondre, et l’appareil numérique était bien planqué au fond d’un sac. Mais promis, au prochain article, j’essaie d’agrémenter tout ça avec de l’image.

Allez, un verre d’eau et au pieu. À bientôt !

#264 – Le printemps à Prague

Comme je vous le disais brièvement hier, ce soir c’est le départ pour Prague. Pas de déménagement, simplement un petit voyage comme ça. On va visiter la belle-famille. Cela dit, mon amie à tout de même un entretien d’embauche là-bas. Il n’est donc pas exclu qu’on parte y vivre quelques mois par la suite, mais pour l’instant rien de sûr.

Ces dernières semaines, quand j’annonçais aux proches et connaissances qu’on se préparait à partir pour la République Tchèque, tous semblaient unanimes. La chance, Prague, c’est super/ça a l’air super. C’est pourtant pas l’idée que je m’en fais. Je ne sais presque rien de cette ville ni de ce pays, sinon par quelques souvenirs d’enfance que me raconte parfois mon amie et ce que m’en ont dit les quelques drôles qui sont déjà allés faire un tour du coin. Quand j’entends Prague, je pense « froid », « hordes de touristes » et « chars russes » d’un côté, et « belle architecture », « bières pas chères », « top models » de l’autre. Voyez comme je suis fort mal cultivé… D’autant que les chars russes ont décarré depuis longtemps, que je ne bois plus et que je serai déjà accompagné par la fille qui me rend complètement niais. Il reste donc « froid », « hordes de touristes » et « belle architecture », ce qui ne me met pas plus que ça en appétit. Ce petit séjour, hors des parcours touristiques, je l’espère, et au contact d’autochtones, me permettra sans doute de ramener moins de clichés dans mes valises que ceux avec lesquels j’étais parti.

Deux propos impopulaires à tenir dans notre société contemporaine :

  • Voyager ? Mouais, sans plus.
  • Prague ? Si tu y tiens vraiment…

Cela dit, une fois sur place, quasiment garanti que j’aurais pas envie de rentrer au bercail. Les pays voisins ou lointains ne me paraissent ni plus ni moins agréables que celui dans lequel je suis né et vis depuis un peu plus de trente ans. Il suffit d’ordinaire que je m’installe quelques jours dans un endroit quelconque pour m’y sentir bien et ne plus avoir beaucoup de motivation à le quitter. Fini le temps où l’herbe me paraissait moins jaune dans un ailleurs toujours ailleurs. Sûr que je tiendrai pas le même discours si j’avais été pondu au Yémen ou dans un autre de ces lieux où vous risquez d’apprendre plus vite de quelle couleur sont les tripes de vos proches que leur nom, mais enfin, heureux (pour moi) hasard, c’est n’est pas mon cas.

Je prends quand même l’appareil photo, car je compte tenir le blog autant que possible et vous agrémenter tout ça d’un maximum de photos non-esthétiques du genre qu’on se garde bien de vous inclure dans les guides touristiques. Enfin, ça c’est l’idée, je ferai avec ce qui me tombe sous l’objectif.

Bon allez, me faut finir les valises. À bientôt.

#263 – L’ordre ou la paix ?

Combien d’années que je n’ai pas quitté le pays ? Ça commence à faire. La dernière fois c’était en octobre 2009. Je partais pour neuf mois en Angleterre. Études. Erasmus. Alcoolisme. La totale. Bientôt dix ans, donc. Cette fois ce sera pour une durée bien plus brève. On part pour une vingtaine de jours en République Tchèque. Vacances. Visite à la belle-mère. Sobriété.

Enfin. Sobriété… Va quand même bien falloir que je m’en fasse couler une, de ces fameuses bières tchèques. Pas mourir idiot. Et puis nous avons des amis qui nous rejoignent là-bas et qui vont faire la gueule si je ne trinque pas au moins un coup avec eux. Hein que vous allez faire la gueule ? Bon.

Nous partons demain soir. Dix-huit heures de bus avec escale à Munich.


Mais c’est pas de ça qu’on va causer aujourd’hui. Non. On va causer du nom donné à la nouvelle ère du Japon qui devrait s’ouvrir le 1er mai prochain, date à laquelle le futur empereur (Naruhito), fils de celui qui abdiquera la veille (Akihito), montera sur le trône. Selon les lois japonaises actuelles : un nouvel empereur, un nouveau nom d’ère. Je vais pas vous la jouer Stéphane Berne, hein, les dynasties, les empereurs… je m’en tape. Je passe donc sur les détails-pourquoi-comment de la transmission de pouvoir, du rôle et du symbole de l’empereur au Japon.

Alors quoi ? Ben il se trouve que le prochain nom d’ère a été révélé aujourd’hui même :

令和

Reiwa, ça s’écrira officiellement par chez nous, et ça peut vouloir dire plusieurs choses.

Vous le savez peut-être, les Japonais utilisent dans leur système d’écriture, entre autres, des idéogrammes chinois (parfois un poil modifiés) qu’on appelle kanji sur le petit archipel. Ce nouveau nom est composé de deux kanji : 令 et 和.

Selon le mot dans lequel il se trouve, ou s’il est isolé, un kanji peut se prononcer de différentes manières et porter différents sens. Pour fabriquer ce mot, reiwa, les experts chargés de trouver le nouveau nom d’ère sont allés à la pêche aux kanji à deux endroits différents du manyōshū, la plus ancienne anthologie de poésie japonaise compilée autour de 760 après le crucifié le plus célèbre de l’histoire.

Ils ont donc choisi :

  • 令, à prononcer « rei » (le « i » marque juste l’allongement du « e » qui se prononce « é », prononcez donc plutôt « réé »), pour signifier « bon, bien, beau, belle » à un endroit de l’anthologie où il apparaissait dans le mot reigetsu : « de bonne augure »
  • 和, à prononcer « wa », pour signifier « harmonie, paix », de la phrase kaze yawagaru (yawagaru, autre prononciation possible de ce kanji) : « un vent paisible »

Les critères pour la sélection de ce nouveau nom étaient au nombre de six :

  • signification porteuse d’un idéal approprié pour public Japonais
  • composé de deux kanji
  • facile à écrire
  • facile à lire
  • jamais utilisé comme nom d’ère ou nom posthume d’empereur
  • ne pas être un mot utilisé dans le langage courant

On peut noter également que pour la première fois de l’histoire les deux kanji ont pour source un texte japonais et non chinois. De quoi faire se tripoter la nouille aux patriotes de l’archipel un petit moment. Certains suspectent ce choix d’avoir été effectué pour prendre en compte la montée de l’hostilité des Japonais à l’égard de la Chine. En vérité, on n’en sait rien. Remarquez, on le saura peut-être un jour si ce n’est pas coupé au montage, car il paraît que tout le processus de sélection du nom a été filmé pour la postérité. Grande première également. Champagne !

En français, donc, la traduction la plus élégante serait sans doute :

« belle harmonie »

Seulement.

Seulement les kanji sont farceurs. Prononciation mise à part, ne gardons que les idéogrammes. 令 peut signifier « ordre » ou « ordonner » ou encore « règle, loi » et 和 peut signifier « japonais, à la manière japonaise. »

Alors, « belle harmonie » ou « l’ordre à la japonaise » ? L’avenir le dira.

Takamura Kaoru, célèbre romancier, craint par exemple que le nom ne soit interprété comme « contrôler le peuple pour harmoniser », rapporte le Mainichi.

Une typographie bien choisie peut vous aider à clarifier votre interprétation du mot Reiwa.

La population japonaise a quand même l’air d’accueillir le nouveau nom sereinement ou de juste s’en foutre.

C’est-à-dire qu’à quoi sert-il, ce nom d’ère ? Pas grand chose en vérité. Calendrier pour paperasse officielle et amoureux·ses des vieilles traditions. Selon ce système de datation nous sommes actuellement en l’an 31 de l’ère Heisei. Et si tout roule selon le plan, au 1er mai 2019, le Japon entrera dans l’an 1 de l’ère Reiwa. Dans un autre article du même journal, on apprend que seulement 34% des personnes interrogées par le quotidien déclarent préférer le système des ères au calendrier occidental.

Tout ça valait bien la peine.

Allez, à bientôt.

mise-à-jour 02/04/2019 : au vu des questionnements suscités par le nouveau nom d’ère, le gouvernement japonais vient d’annoncer que la traduction officielle en anglais de reiwa était : « beautiful harmony ».