#328 – L’alarme à l’œil

Il y a des jours où on se prend une tige dans le nez. C’est comme ça. Pas qu’on ne s’y attende pas, hein. À Bruxelles c’est sur rendez-vous, on est un minimum au courant. Mais enfin, ça surprend toujours quand ça rentre.

L’œil du côté de la narine pénétrée s’est quelque peu humidifié. C’est normal. Une fois l’opération terminée, je dis donc à la dame chargée de ce noble frottage de muqueuse : « ça chatouille », à quoi elle répond : « vous savez, moi aussi j’ai les yeux qui commencent à picoter à force de voir les gens qui ont les yeux qui picotent. » Sacrés neurones miroirs. Bon, l’évènement se déroulant sur une durée de 45 secondes environ du bonjour aux adieux, nous n’avons pas eu le temps d’échanger plus sur ce curieux phénomène. Dommage.

Mais pourquoi donc suis-je allé me faire professionnellement touiller la morve ? Je vous sens inquiets. Aura-t-on une note de blog demain ? que vous vous demandez. Vous n’y tenez plus, drogués de ma verve que vous êtes. Si je devais disparaître, qu’adviendrait-il de vous ? Je préfère ne pas y penser.

Sticker de Noémie Crumble à Ixelles

Toussé-je ? Non. Grelotté-je ? Non. Mais j’ai eu, dans le cadre de mon travail, des contacts rapprochés avec des gens peu masqués du nez. Oui, vous voyez très bien, les gens qui laissent dépasser leur appendice nasale du carré de tissu supposé masquer cette partie même de leur anatomie. Ça leur fait une tête de con, en plus d’être complètement inutile. Bien fait pour eux, bien fait pour nous qui les côtoyons. Bref. Contact avec des gens, je disais, aux orifices à demi-couverts, et qui viennent vous annoncer à cinq centimètres qu’ils sont positifs au covid. Des qui, quand vous sortez fumer votre clope à la pause, sortent en même temps pour fumer aussi, toujours à cinq centimètres de vous, et vous expliquent comment leurs vacances sont foutues. Je dis des gens, vous aurez deviné qu’il s’agit d’une seule personne. Simplement, j’ai dit des gens parce que… je ne sais pas pourquoi j’ai dit des gens.

Bref, me voilà bien dégagé du conduit droit, de mon point de vue bien sûr, du gauche pour vous si vous me regardez de face, si vous me regardez de dos par contre ça ne change rien, si vous choisissez un angle intermédiaire démerdez-vous. Bien dégagé donc. Je n’ai plus qu’à attendre sagement le résultat jusqu’à ce soir, pour savoir si je pourrai me faire injecter la seconde dose de 5G dans deux jours, ou s’il vaut mieux repousser d’un mois et prendre une dizaine de jours de vacances bien méritées et cloué au lit.

Je vous dis quoi mañana.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.