#265 – Les pieds qui doublent de volume, c’est bon signe ou pas ?

Voilà. On est arrivés à Prague. Accueillis par un bon repas et un lit qui nous attire fort. Si fort qu’on va pas tarder à s’y écrouler. Il faut dire qu’on vient de se taper vingt heures de trajet de Lyon à Praha avec une seule petite pause d’une heure trente à München, le temps d’avaler un café et de changer de bus. Nous n’aurons vu Genève et Zurich que de nuit, et ce que j’ai pu en voir était fort laid. Moi les baraques plus hautes que larges… Enfin, évidemment, nous n’avons aperçu que ce qui était éclairé par des lampadaires, c’est-à-dire les centre-villes. Sûr qu’on a raté les jolies petites campagnes.

Les petites campagnes de bord d’autoroutes allemandes, par contre, nous les avons vues au lever du jour. C’était fort lassant. M’a laissé l’impression que l’Allemagne n’était qu’une vaste zone industrielle en chantier, étendues plates et arbres secs. C’était sans doute pas le chemin le plus intéressant, j’imagine qu’on l’a tracé pour faire au plus court, et pourtant c’était déjà trop long. D’accord, c’était vert, mais tellement intensément rébarbatif… Une forêt de bouleaux, tout de même, m’a fugacement tiré une pensée pour Feldo qui les aime tant, mais c’était l’unique sur des kilomètres et elle était vraiment rikiki. J’ai dû avoir le temps d’être ému au moins dix secondes avant qu’elle ne disparaisse, aussi vite qu’elle y était entrée, de mon champ de vision délimité par ma partie de la vitre du bus. Quelques parties vallonnées auront tout de même réussi à atténuer cette monotonie, disons un quart d’heure au total, en parfaites reproductions naturelles d’un écran de fond windows xp qu’elles étaient.

Bref, la Suisse, l’Allemagne, dans ces conditions… Ah si. Quand même. La vision du lac de Constance à l’aube en passant par Lochau (Autriche). J’avoue que c’était beau. C’était… vaste. Là, okay, ça m’a laissé rêveur. Aussi rêveur qu’on peut l’être après dix heures de bus sans pause, deux heures de sommeil au max par sessions de quinze minutes, et des pieds au volume doublé par le manque de mouvement et les vibrations incessantes du gros bus mercedes qui vous trimballe. Et un petit mystère qui nous a tenu en haleine jusqu’à sa résolution en arrivant grâce à wikipédia : dans les environs de Wolnzach, dans tous les champs sur des hectares et des hectares, des poteaux plantés à intervalles réguliers, reliés entre eux par des fils de fer tendus en lignes parallèles, mais rien en dessous. Impossible de comprendre ce que c’était, à part bien sûr que tout cela servirait à la culture d’une plante grimpante lorsque ce serait la saison. Genau ! Il s’agit de cultures de houblon. Pas un champ qui ne soit dédié à cette épice à bière dans le coin. On aura au moins appris quelque chose. Ils ont même un musée du houblon, à Wolnzach, paraît-il, j’aurais bien aimé y faire un tour.

Et puis ! finalement ! on a passé la frontière tchèque, sans vraiment nous en rendre compte. Alertés uniquement par le changement de réseau sur le cellulaire de mon amie (c’est quand même sympa l’Europe). Et après quelques minutes… du relief, de beaux hameaux vieille pierre, des forêts super hautes et un énorme lièvre qui gambade ! Tout ça l’espace d’une heure. C’était presque trop rapide après les 17h d’un ennui mortel, j’ai failli faire de la tachycardie. Oui, de la Suisse à la République Tchèque pas un seul animal sauvage aperçu par les champs à part ce lièvre, et pourtant j’ai cherché, croyez-moi, j’avais que ça à foutre. Mystère.

J’aurais voulu prendre des photos, mais j’avais éteint mon téléphone puisque avec mon forfait pauvre je ne peux recevoir que des sms et même pas y répondre, et l’appareil numérique était bien planqué au fond d’un sac. Mais promis, au prochain article, j’essaie d’agrémenter tout ça avec de l’image.

Allez, un verre d’eau et au pieu. À bientôt !

Auteur : Écrivouilleur

Écrivouilleur (ex-Montpelliérien, ex-Lyionniais). Je bave ce qui me vient, comme ça vient. Y en a à qui ça plaît, y en a à qui ça plaît pas. Qu'y peux-je ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *