#264 – Le printemps à Prague

Comme je vous le disais brièvement hier, ce soir c’est le départ pour Prague. Pas de déménagement, simplement un petit voyage comme ça. On va visiter la belle-famille. Cela dit, mon amie à tout de même un entretien d’embauche là-bas. Il n’est donc pas exclu qu’on parte y vivre quelques mois par la suite, mais pour l’instant rien de sûr.

Ces dernières semaines, quand j’annonçais aux proches et connaissances qu’on se préparait à partir pour la République Tchèque, tous semblaient unanimes. La chance, Prague, c’est super/ça a l’air super. C’est pourtant pas l’idée que je m’en fais. Je ne sais presque rien de cette ville ni de ce pays, sinon par quelques souvenirs d’enfance que me raconte parfois mon amie et ce que m’en ont dit les quelques drôles qui sont déjà allés faire un tour du coin. Quand j’entends Prague, je pense « froid », « hordes de touristes » et « chars russes » d’un côté, et « belle architecture », « bières pas chères », « top models » de l’autre. Voyez comme je suis fort mal cultivé… D’autant que les chars russes ont décarré depuis longtemps, que je ne bois plus et que je serai déjà accompagné par la fille qui me rend complètement niais. Il reste donc « froid », « hordes de touristes » et « belle architecture », ce qui ne me met pas plus que ça en appétit. Ce petit séjour, hors des parcours touristiques, je l’espère, et au contact d’autochtones, me permettra sans doute de ramener moins de clichés dans mes valises que ceux avec lesquels j’étais parti.

Deux propos impopulaires à tenir dans notre société contemporaine :

  • Voyager ? Mouais, sans plus.
  • Prague ? Si tu y tiens vraiment…

Cela dit, une fois sur place, quasiment garanti que j’aurais pas envie de rentrer au bercail. Les pays voisins ou lointains ne me paraissent ni plus ni moins agréables que celui dans lequel je suis né et vis depuis un peu plus de trente ans. Il suffit d’ordinaire que je m’installe quelques jours dans un endroit quelconque pour m’y sentir bien et ne plus avoir beaucoup de motivation à le quitter. Fini le temps où l’herbe me paraissait moins jaune dans un ailleurs toujours ailleurs. Sûr que je tiendrai pas le même discours si j’avais été pondu au Yémen ou dans un autre de ces lieux où vous risquez d’apprendre plus vite de quelle couleur sont les tripes de vos proches que leur nom, mais enfin, heureux (pour moi) hasard, c’est n’est pas mon cas.

Je prends quand même l’appareil photo, car je compte tenir le blog autant que possible et vous agrémenter tout ça d’un maximum de photos non-esthétiques du genre qu’on se garde bien de vous inclure dans les guides touristiques. Enfin, ça c’est l’idée, je ferai avec ce qui me tombe sous l’objectif.

Bon allez, me faut finir les valises. À bientôt.

Auteur : Écrivouilleur

Écrivouilleur (ex-Montpelliérien, ex-Lyonniais). Je bave ce qui me vient, comme ça vient. Y en a à qui ça plaît, y en a à qui ça plaît pas. Qu'y peux-je ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *