#266 – Vyšehrad

Vyšehrad est une forteresse médiévale encore peu visitée du public à Prague. Je vous en conterai peut-être un jour l’histoire dans les détails mais aujourd’hui, comme promis, place aux images prises et sélectionnées avec soin.

Comme toute forteresse de cette taille, c’est-à-dire immense, de la taille d’une petite ville, celle-ci comporte plusieurs portes, la Porte Tabor, la Porte de Briques, la Porte de Leopold… Mais en voici une que vous ne trouverez sur aucun guide :

Détail :

Car, face aux assaillants, que vaut une porte qu’on aurait oublié de fermer, hein ?


Les basiliques me poursuivent. Non, franchement, à chaque fois que je tombe sur une église, c’est une basilique. Pouvez vérifier ici et . Celle-ci semble avoir bénéficié d’une aide venue du ciel pour son édification, et par aide venue du ciel, je parle pas de Dieu, si vous voyez ce que je veux dire :

On ne pourra pas ici accuser les religieux de faire un tabou de la question sexuelle. Les attributs génitaux mâles et femelles fièrement représentés à la porte de l’édifice, dans un feu d’artifice de couleurs n’ayant rien à envier au drapeau LGBT+ :

Mâle
Femelle

Enfin, les fondations de l’impressionnante acropole :

Ouais, c’est le petit rectangle de pierres là.

C’est d’ailleurs aussi ancien qu’impressionnant. Peut-être même plus.

Voilà pour aujourd’hui ! Il est 23h59, je vais me coucher. J’espère qu’après avoir vu ces magnifiques images, vous aussi irez vous coucher des paysages de rêve plein la tête.

#265 – Les pieds qui doublent de volume, c’est bon signe ou pas ?

Voilà. On est arrivés à Prague. Accueillis par un bon repas et un lit qui nous attire fort. Si fort qu’on va pas tarder à s’y écrouler. Il faut dire qu’on vient de se taper vingt heures de trajet de Lyon à Praha avec une seule petite pause d’une heure trente à München, le temps d’avaler un café et de changer de bus. Nous n’aurons vu Genève et Zurich que de nuit, et ce que j’ai pu en voir était fort laid. Moi les baraques plus hautes que larges… Enfin, évidemment, nous n’avons aperçu que ce qui était éclairé par des lampadaires, c’est-à-dire les centre-villes. Sûr qu’on a raté les jolies petites campagnes.

Les petites campagnes de bord d’autoroutes allemandes, par contre, nous les avons vues au lever du jour. C’était fort lassant. M’a laissé l’impression que l’Allemagne n’était qu’une vaste zone industrielle en chantier, étendues plates et arbres secs. C’était sans doute pas le chemin le plus intéressant, j’imagine qu’on l’a tracé pour faire au plus court, et pourtant c’était déjà trop long. D’accord, c’était vert, mais tellement intensément rébarbatif… Une forêt de bouleaux, tout de même, m’a fugacement tiré une pensée pour Feldo qui les aime tant, mais c’était l’unique sur des kilomètres et elle était vraiment rikiki. J’ai dû avoir le temps d’être ému au moins dix secondes avant qu’elle ne disparaisse, aussi vite qu’elle y était entrée, de mon champ de vision délimité par ma partie de la vitre du bus. Quelques parties vallonnées auront tout de même réussi à atténuer cette monotonie, disons un quart d’heure au total, en parfaites reproductions naturelles d’un écran de fond windows xp qu’elles étaient.

Bref, la Suisse, l’Allemagne, dans ces conditions… Ah si. Quand même. La vision du lac de Constance à l’aube en passant par Lochau (Autriche). J’avoue que c’était beau. C’était… vaste. Là, okay, ça m’a laissé rêveur. Aussi rêveur qu’on peut l’être après dix heures de bus sans pause, deux heures de sommeil au max par sessions de quinze minutes, et des pieds au volume doublé par le manque de mouvement et les vibrations incessantes du gros bus mercedes qui vous trimballe. Et un petit mystère qui nous a tenu en haleine jusqu’à sa résolution en arrivant grâce à wikipédia : dans les environs de Wolnzach, dans tous les champs sur des hectares et des hectares, des poteaux plantés à intervalles réguliers, reliés entre eux par des fils de fer tendus en lignes parallèles, mais rien en dessous. Impossible de comprendre ce que c’était, à part bien sûr que tout cela servirait à la culture d’une plante grimpante lorsque ce serait la saison. Genau ! Il s’agit de cultures de houblon. Pas un champ qui ne soit dédié à cette épice à bière dans le coin. On aura au moins appris quelque chose. Ils ont même un musée du houblon, à Wolnzach, paraît-il, j’aurais bien aimé y faire un tour.

Et puis ! finalement ! on a passé la frontière tchèque, sans vraiment nous en rendre compte. Alertés uniquement par le changement de réseau sur le cellulaire de mon amie (c’est quand même sympa l’Europe). Et après quelques minutes… du relief, de beaux hameaux vieille pierre, des forêts super hautes et un énorme lièvre qui gambade ! Tout ça l’espace d’une heure. C’était presque trop rapide après les 17h d’un ennui mortel, j’ai failli faire de la tachycardie. Oui, de la Suisse à la République Tchèque pas un seul animal sauvage aperçu par les champs à part ce lièvre, et pourtant j’ai cherché, croyez-moi, j’avais que ça à foutre. Mystère.

J’aurais voulu prendre des photos, mais j’avais éteint mon téléphone puisque avec mon forfait pauvre je ne peux recevoir que des sms et même pas y répondre, et l’appareil numérique était bien planqué au fond d’un sac. Mais promis, au prochain article, j’essaie d’agrémenter tout ça avec de l’image.

Allez, un verre d’eau et au pieu. À bientôt !

#264 – Le printemps à Prague

Comme je vous le disais brièvement hier, ce soir c’est le départ pour Prague. Pas de déménagement, simplement un petit voyage comme ça. On va visiter la belle-famille. Cela dit, mon amie à tout de même un entretien d’embauche là-bas. Il n’est donc pas exclu qu’on parte y vivre quelques mois par la suite, mais pour l’instant rien de sûr.

Ces dernières semaines, quand j’annonçais aux proches et connaissances qu’on se préparait à partir pour la République Tchèque, tous semblaient unanimes. La chance, Prague, c’est super/ça a l’air super. C’est pourtant pas l’idée que je m’en fais. Je ne sais presque rien de cette ville ni de ce pays, sinon par quelques souvenirs d’enfance que me raconte parfois mon amie et ce que m’en ont dit les quelques drôles qui sont déjà allés faire un tour du coin. Quand j’entends Prague, je pense « froid », « hordes de touristes » et « chars russes » d’un côté, et « belle architecture », « bières pas chères », « top models » de l’autre. Voyez comme je suis fort mal cultivé… D’autant que les chars russes ont décarré depuis longtemps, que je ne bois plus et que je serai déjà accompagné par la fille qui me rend complètement niais. Il reste donc « froid », « hordes de touristes » et « belle architecture », ce qui ne me met pas plus que ça en appétit. Ce petit séjour, hors des parcours touristiques, je l’espère, et au contact d’autochtones, me permettra sans doute de ramener moins de clichés dans mes valises que ceux avec lesquels j’étais parti.

Deux propos impopulaires à tenir dans notre société contemporaine :

  • Voyager ? Mouais, sans plus.
  • Prague ? Si tu y tiens vraiment…

Cela dit, une fois sur place, quasiment garanti que j’aurais pas envie de rentrer au bercail. Les pays voisins ou lointains ne me paraissent ni plus ni moins agréables que celui dans lequel je suis né et vis depuis un peu plus de trente ans. Il suffit d’ordinaire que je m’installe quelques jours dans un endroit quelconque pour m’y sentir bien et ne plus avoir beaucoup de motivation à le quitter. Fini le temps où l’herbe me paraissait moins jaune dans un ailleurs toujours ailleurs. Sûr que je tiendrai pas le même discours si j’avais été pondu au Yémen ou dans un autre de ces lieux où vous risquez d’apprendre plus vite de quelle couleur sont les tripes de vos proches que leur nom, mais enfin, heureux (pour moi) hasard, c’est n’est pas mon cas.

Je prends quand même l’appareil photo, car je compte tenir le blog autant que possible et vous agrémenter tout ça d’un maximum de photos non-esthétiques du genre qu’on se garde bien de vous inclure dans les guides touristiques. Enfin, ça c’est l’idée, je ferai avec ce qui me tombe sous l’objectif.

Bon allez, me faut finir les valises. À bientôt.