#278 – Chocolate : pour ou contre ?

Faisons une pause dans les histoires de serpents et parlons chocolat.

Aujourd’hui, vous pouvez trouver sur les réseaux sociaux des gens qui adhèrent à des groupes de consommateurs de pâte à tartiner et qui affirment ne pas pouvoir s’en passer une seule journée. Vous pouvez également trouver d’autres gens qui les traitent de gros cons, parce que c’est à la fois mauvais pour la santé de l’individu qui la consomme et à la fois mauvais pour le reste des êtres vivants qui peuplent la planète de bien des manières.

Eh bien, au milieu du XVIIe siècle, certains ne pouvaient déjà plus se passer de chocolat, pourtant importé en Europe depuis cent petites années à peine, et d’autres étaient là pour leur faire remarquer que c’était très mauvais pour leur santé spirituelle que de continuer à le consommer les jours de jeûne, ainsi que le montre ce compte rendu d’un texte du cardinal Francesco Maria Brancaccio dans le Journal des Sçavans du lundi 18 janvier 1666, p. 29 :

FRANCISCI MARIÆ CARDINALIS
Brancaty de uſu Chocolatis diatriba. Romæ. In 4.

AV lieu que dans l’Europe on ſe ſert de biere au defaut de vin, dans l’Amerique on ſe ſert de Chocolate. Ce breuuage eſt fait d’vne certaine paſte, dont la baſe eſt le fruit d’vn arbre de l’Amerique, que l’on appelle Cacao, auec lequel on meſle de la canelle, vn peu de poivre, & des gouſſes de Campeche, qui ont l’odeur & preſque les meſmes qualitez que le fenoüil. On prend vne once de cette paſte, que l’on delaye dans vn demy-ſeptier d’eau, & on y adiouſte vne demy once de ſucre pour rendre cette compoſition plus agreable. Les Indiens aiment paſſionnement ce breuuage, & ils en boivent en ſi grande quantité, que dans la nouuelle Eſpagne ſeule on y employe par an plus de douze millions de liures de ſucre. Et la raiſon pour laquelle ils en font tant d’eſtat, c’eſt non ſeulement parce qu’il eſt agreable au gouſt, mais encore parce qu’il a de merueilleuſes qualitez pour conſeruer la ſanté. Car on dit qu’il aide à la digeſtion, qu’il engraiſſe, qu’il eſchauffe les eſtomachs qui ſont trop froids, qu’il rafraiſchit ceux qui ſont trop chauds, enfin qu’il a pluſieurs autres vertus admirables, que les Medecins Eſpagnols vantent extraordinairement.

Le Chocolate ayant eſté apporté de l’Amerique en Europe, l’vſage en eſt deuenu en peu de temps ſi commun, qu’en Eſpagne on eſtime que c’eſt la derniere miſere où vn home puiſſe eſtre reduit, que de manquer de Chocolate. Et en Italie il y a beaucoup de perſonnes de toutes ſortes de conditions, meſme des Religieux, qui ſe ſont accouſtumez à en prendre tous les iours. Mais le ſcrupule que quelques-vns ont fait d’en prendre les iours de ieuſne, a donné lieu à vne queſtion celebre, qui a partagé les Caſuiſtes ; ſçauoir ſi on peut boire du Chocolate les iours de ieuſne ſans contreuenir au Commandement de l’Egliſe.

Ce qui fait la difficulté, c’eſt que ſuiuant le ſentiment ordinaire des Theologiens apres S. Thomas, il n’y a que l’aliment qui rompe le ieuſne, & non pas le breuuage. Or d’vn coſté il ſemble que le Chocolate ſoit vne eſpece de breuuage, & de l’autre pluſieurs pretendent que l’on le doit pluſtoſt mettre au nombre des alimens. Car ils diſent que c’eſt vne nourriture tres-ſolide, & Stubbe Medecin Anglois, qui a fait vn traité du Chocolate, a experimenté que l’on tire plus d’humeur onctueuſe & nourriſſante d’vne once de Cacao, que d’vne liure de bœuf ou de mouton. Neantmoins le Cardinal Brancacio ſouſtient que le Chocolate ne rompt point le ieuſne, & il a fait exprés cette diſſertation pour le prouuer.

Sa raiſon principale eſt, que le Chocolate de ſa nature eſt vn breuuage, & paſſe autant pour breuuage dans l’Amerique, que le vin & la biere dans l’Europe : d’où il conclud, que ſi on peut boire du vin & de la biere ſans rompre le ieuſne, il eſt auſſi permis de boire du Chocolate. Il adiouſte que la quantité de la paſte qui entre dans le Chocolate n’eſtant que d’vne once, n’eſt pas ſuffiſante pour rompre le ieuſne, d’autant plus que dans cette once de paſte il n’y entre pas la moitié du Cacao. Et à ce que l’on obiecte, que le Cacao eſt fort nourriſſant, il reſpond que cette raiſon conclud autant contre le vin & contre la biere, que contre le Chocolate ; puis qu’au rapport de Galien il y a du vin qui nourrit autant que la chair de porc, laquelle cependant eſt cenſée la nourriture la plus ſolide de toutes, & pour cette raiſon eſtoit l’aliment ordianire des Athletes : & la biere eſtant faite, comme elle eſt auec du bled ou de l’orge, ne peut pas qu’elle ne nourriſſe ; & neantmoins ny le vin ny la biere ne paſſent point pour alimens, mais ſeulement pour breuuage, & ſelon le ſentiment ordinaire des Theologiens ne rompent point le ieuſne.

Caldera Medecin Eſpagnol, qui auoit ſouſtenu l’opinion contraire dans vn liure qu’il a intitulé, Tribunal Medico-Magicum, a trouué ces raiſons ſi fortes, qu’il s’y eſt rendu, comme il l’a teſmoigné par vne lettre eſcrite au Cardinal Brancacio, laquelle eſt à la fin de ce liure.

Au reſte ce Cardinal auertit prudemment, que quoy que de ſoy-meſme le Chocolate, auſſi bien que le vin, ne rompte point le ieuſne, cela ne doit point ſeruir de pretexte pour en abuſer & pour en boire auec excez. Car en ce cas il eſt vray que l’on ne percheroit pas contre la loy Eccleſiaſtique, qui commande le ieuſne ; mais on pecheroit contre la loy de la nature, qui oblige à la temperance. Et quand meſme on n’en boiroit pas auec excez, ſi l’on en beuuoit exprés pour faire fraude au Commandement de l’Egliſe, l’intention ſeroit mauuaiſe, quoy que l’action d’elle-meſme ne fuſt pas criminelle : & ainſi on meriteroit touiours d’eſtre puny, non pas pour auoir tranſgreſſé le precepte de l’Egliſe, mais pour auoior eu intention de l’éluder.


Un siècle plus tard, ce débat était toujours d’actualité, comme vous vous en souvenez peut-être si vous aviez lu le court article : #271 – Carême Vegan, dont les propos rapportés du pape doivent avoir été prononcés entre 1740 et 1758.

Mais ce n’est pas tout, puisque dans le Journal des Sçavans de la semaine suivante, celui du lundi 25 janvier 1666 donc, faites une effort, on s’aperçoit que l’article de la semaine précédente a suscité des réactions inattendues de la part des lecteurs, ce qui donne loisir à Jean Gallois, cofondateur et rédacteur dudit journal (mais également abbé, garde de la Bibliothèque du roi, membre de l’Académie française, professeur de latin et de grec au- et inspecteur et syndic du- Collège Royal et pensionnaire géomètre de l’Académie des sciences), de nous élaborer une petite démonstration scientifique dont les médecins du monde entier devraient prendre de la graine. p. 54 :

qVelques perſonnes ont trouué à redire que dans le Iournal precedent on ait auancé en parlant du Chocolate, qu’il eſchauffe les eſtomachs qui ſont trop froids, & qu’il rafraichit ceux qui ſont trop chauds.

Mais cette difficulté ne peut pas auoir eſté faite par des perſonnes qui ayent quelque connoiſſance de la Medecine. Car toute l’Eſcole enſeigne apres Galien, que dans la nature la meſme cauſe produit ſouuent des qualitez contraires dans des ſuiets differents, & que cette diuerſité d’effets eſt le priuilege de toutes les choſes temperées. Par exemple, la main qui n’a qu’vne chaleur moderée, paroiſt chaude à celuy qyu a exceſsiuement froid, & froide à celuy qui a exceſsiuement chaud, & comme elle refroidit l’vn, elle eſchauffe l’autre. La raiſon eſt, que les choſes temperées participent également des qualitez contraires, & ainſi ce qui n’eſt que moderement chaud, ayant 4. degrez de froid & autant de chaleur, agit ſur ce qui eſt chaud par ſes degrez de froid, & ſur ce qui eſt froid par ſes degrez de chaleur.

La meſme choſe ſe trouue encore dans la Morale. Car comme les vertus conſiſtent toutes dans la mediocrité, elles combattent également les deux extremitez, & la meſme Vaillance qui anime les Lâches au combat, en retire les temeraires.

Apres cela on ne doit pas trouuer eſtrange que les Medecins Eſpagnols, qui tiennent que le Chocolate eſt fort temperé, luy attribuent des effets contraires ſuivant la differente diſpoſition des ſujets qu’il rencontre.


Qu’est-ce qu’il faut pas raconter pour avoir droit à son chocolat tous les matins…


Journal des Sçavans Volume 2, contenant toutes les sorties de l’année 1666. (Gallica)

Auteur : Écrivouilleur

Écrivouilleur (ex-Montpelliérien, ex-Lyonniais). Je bave ce qui me vient, comme ça vient. Y en a à qui ça plaît, y en a à qui ça plaît pas. Qu'y peux-je ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *