#386 – Se laisser pousser le béret

Depuis quelques temps, Nathalie Sacré, qui tient le blog Partir en cacahuète sur lequel elle s’adonne à l’autobiographie et partage ses illustrations et divers travaux, s’est mise à faire de petites vidéos. Elle y lit des extraits de textes, mais commence également à nous partager quelques images d’ateliers peinture auxquels elle participe. Ah, la peinture… Ça a l’air tellement apaisant, tellement satisfaisant…

Hier, je regardais le film Blue réalisé par Andō Hiroshi (安藤尋), adapté du manga du même nom de Nananan Kiriko (魚喃キリコ). La protagoniste, désespérée du départ de sa petite amie au début de l’été, sans savoir si elle reviendra jamais, se met à peindre des natures mortes. Ce n’est pas le sujet du film, ça en fait simplement partie. Et me voilà en train de me dire : mais que ça a l’air apaisant, que ça a l’air satisfaisant, la peinture…

Ce matin, alors que je me baladais, je vois des tubes de peinture acrylique à pas cher. À vraiment pas cher. Vraiment vraiment pas cher. Parfait. Je ne me suis même pas demandé si tout cela était bien raisonnable. J’ai acheté les tubes direct. Alors certes j’avais essayé l’aquarelle, ce qui m’avait tenu deux semaines, j’avais essayé les pastels, ce qui m’avait tenu deux jours, mais là ! Là, j’en étais sûr, peindre à l’acrylique ça allait être mon truc. Je l’ai vu sur le blog, je l’ai vu dans le film. Grâce à la peinture, je serai enfin apaisé, satisfait !

Il ne m’a pas fallu cinq minutes après mon retour à l’appartement pour comprendre comment je m’étais bien fait avoir. Sur quel support pourrais-je bien peindre qui ne me coute pas un bras ? Dans quel coin des trente mètres carrés de mon logement déjà rempli devrais-je installer un chevalet, et comment le construire d’ailleurs ? Et où vais-je trouver un drap pour ne pas tacher le sol ? Pour les vieux habits à salir, ça je ne me fais pas de bile, j’en ai à foison. Mais bon, et puis je ne suis même pas capable de m’astreindre à faire la vaisselle tous les jours, vais-je réussir à ne pas bousiller les trois pinceaux que je possède en laissant la peinture leur coller les poils dès la première semaine ? Et enfin ce n’est peut-être pas le moment de me trouver un nouveau hobby, c’est un nouveau job qu’il me faut, et vite.

Bref, il me faut bien l’admettre, ce n’est pas demain que je deviendrai Séraphine de Senlis et j’ai encore dépensé 5€ pour rien. Pas merci Nathalie, pas merci Hiroshi. Ça ne se fait pas, de faire rêver les gens comme moi. Je vous prierai de vous montrer un peu plus responsables à l’avenir.

2 réflexions sur « #386 – Se laisser pousser le béret »

  1. Et oui. Mon fantasme, si j’étais rentier, ce serait de vivre dans un atelier où je ferais que peindre.

    En attendant je peins pas du tout, comme ça j’évite de nourrir cette frustration.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.