#243 – Lyonniais #069 – Comme au zoo

Il y a des jours où on se lève du mauvais pied. C’est un jour comme ça. Hier aussi était un jour comme ça. Ça fait deux jours d’affilée que c’est des jours comme ça. Je suis tour à tour triste, énervé, déprimé. Il n’y a que mon amie, ses grands sourires et ses petites blagues, qui arrivent brièvement à me sortir de ça, et puis je replonge dans une sale ambiance. Je n’ai aucune idée d’à quoi c’est dû. Peut-être d’avoir trop peu bougé mon cul ces derniers temps. Enfin, j’en sais rien et j’ai pas envie d’y penser plus.

Quand j’étais petit, j’étais allé visiter une partie de ma famille à Barcelone avec une autre partie de ma famille. On en avait profité pour faire un tour au zoo. Il y avait là Copito de Nieve. Flocon de neige. Floquet de Neu, en catalan. C’était un gorille blanc. Il en avait tellement sa claque de voir les visiteurs qu’il restait dans les parties où on ne pouvait pas l’apercevoir de derrière notre vitre, et quand il devait traverser la partie visible, il le faisait en nous tournant le dos tout du long. Ça m’avait beaucoup marqué. Il était de mauvaise humeur, il en avait marre, et ça se voyait. Moi aussi je suis de mauvaise humeur, alors permettez-moi de vous tourner le dos aujourd’hui. J’ai moins d’excuses que Floquet de Neu (prononcez néw), qui lui a été capturé en 1966 et a passé sa vie en vitrine jusqu’à sa mort en 2003. Moi je n’ai été capturé par personne et je suis toujours plus jeune que lui, mais j’ai bien souvent l’impression que la vie est une grande prison.

Le blog, aujourd’hui, me donne donc l’impression d’être une grande vitre derrière laquelle vous viendriez me voir vivre. Eh ben non. J’ai pas envie. Alors je vous montre mon cul et je vous jette des peaux de bananes. Ne vous plaignez pas, vous n’avez pas payé l’entrée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *