#280 – Quattuor equites apocalyptici pragensis

Eh oui. Ce matin, profitant du beau soleil d’août que ça va pas durer, je me promenais tranquillement dans les rues de Prague sans me demander pourquoi je croisais un T-shirt Metallica toutes les deux minutes (un T-shirt avec quelqu’un dedans, entendons-nous bien, mais là on s’en fout du quelqu’un dedans). Non, je ne me le demandais pas, pourquoi, car je savais. Vendredi, un ami habitué de la ville apprenant que j’allais y arriver hier me demandait : « Tu vas voir Metallica dimanche ? Avec Ghost en première partie. C’est à l’Aéroport Letňany. » Je lui répondais que je n’en avais même pas entendu parler. Il me répondait à son tour que de toute façon il n’y avait sans doute plus de places.

Ce qui était faux. Le concert est ce soir et il y a encore des places. Des places à 160€. Vous me voyez donc bien désolé James, Lars, Kirk et Robert, mais je ne viendrai pas vous faire coucou depuis les gradins. Quant à vous, les musiciens de Ghost, je ne sais déjà pas ce que vous jouez comme musique, alors vos prénoms… Mais ne soyez pas fâchés, j’apprécie que les titres de vos albums soient en latin. Puisque j’essaie d’apprendre le latin. D’une manière générale, j’apprécie tous les efforts faits pour que la langue ne tombe pas totalement en désuétude avant que j’aie fini de l’apprendre.

Va donc falloir se faire une raison, ce soir je n’entendrai pas en direct les doux CRH-CRH-CRH-CRH-CRH-CRH qui ont bercé mon adolescence, et je ne découvrirai pas non plus ce groupe concept suédois dont on m’a tant vanté les costumes de scène (étonnamment jamais la musique). Ben allons-y, donc, faisons-nous une raison : Metallica, c’est peut-être sympa, mais leur merchandising de masse à la con qui fait qu’on retrouve de leurs T-shirts non seulement aujourd’hui dans tout Prague, mais également chaque jour jusque dans les coins les plus reculés du monde, me fait gerber. Metallica, si on regarde les choses en face, c’est 10% de musique, 90% de marketing. James Hetfield, si on regarde bien les choses en face, c’est un mec qui, mis à part faire de la musique, préfère plus que tout rouler en pseudo-dragster au dessus des limites de vitesse et aller braconner des ours en Sibérie complètement pété à la vodka. Lars Ulrich, si on regarde bien les choses en face, c’est Lars Ulrich.

Ah ! Voilà voilà, je me sens mieux. Ce soir, peuvent bien s’électrocuter avec leurs guitares de merde ces petits cons quinquagénaires ! Peuvent bien taper des poings et des pieds sur le sol, me supplier à genoux, non, non, non, j’irai pas les voir. Cavaliers de l’apocalypse, ça ? Dresseurs de poneys de fête foraine à gros budget, ouais.

Okay, okay. Je suis bien dégouté. Je dis des méchancetés et je les pense, mais si les places avaient été à moins de 50€, j’aurais fait mon tour de chapiteau, comme tout le monde.

On reparlera un jour de pourquoi les artistes peuvent bien souvent être classés parmi les plus gros manipulateurs au monde, avec les hommes politiques et les entrepreneurs, et de pourquoi il est vital pour eux de s’attaquer à leurs victimes dès l’adolescence. Ça oui, on en reparlera. Un jour. Peut-être.

DÜRER, Albrecht. « Les quatre cavaliers de l’apocalypse ». L’apocalypse de Saint Jean. 1497.

#279 – La Bohême

Entre deux textes anciens, une petite note personnelle.

Me voilà de retour à Prague. Encore pour des vacances ? Non. Pour y vivre cette fois. Mon amie, Pragoise de naissance, y a trouvé un emploi il y a trois semaines et je suis moi-même arrivé aujourd’hui dans la capitale tchèque après 15h de bus. Je commencerai dès lundi à y chercher du travail. Le moins con possible, j’espère, le travail, mais on fera avec ce qu’on trouvera. Nous devrions rester là une année au minimum, à moins que d’imprévisibles imprévus ne viennent nous arracher à l’Europe centrale pour nous recracher on ne sait où. Si si, ça arrive des fois, faut faire gaffe.

Attendez-vous donc à voir paraître ici quelques articles concernant ce pays dans les mois à venir, sur tous les modes et tous les sujets. Attendez-vous également à trouver sur ce blog quelques images des lieux, du coup. Toutefois rassurez-vous, comme cette ville est extrêmement touristique et que vous n’êtes pas méchants au point de mériter les terribles cartes postales de couchers de soleil sur le pont Charles et autres clichés du genre, je prendrai grand soin de ne vous exposer qu’aux tableaux les plus laids et aux détails les plus insignifiants que j’aurais pu photographier.

Cale-porte

Ben voilà. Rien de plus à dire. Je suis à Prague pour une période indéterminée, donc j’en causerai sans doute. Bon, va quand même falloir que j’en finisse avec ces histoires de serpents avant de passer à autre chose…

#268 – À Prague (suite et fin)

Oui, alors, avant que je ne vous laisse lâchement tomber il y a deux mois, j’étais en train de vous montrer les jolies choses que j’avais vues à Prague. Je ne suis plus à Prague mais le téléphone dont je me suis séparé était quand même rempli de photos de la ville. Je vais donc partager quelques unes d’entre elles. Attention, je n’ai choisi que les meilleures.


Première image. Où l’on voit que les Tchèques ne respectent absolument pas la langue française :

Si vous trouviez que l’allemand était compliqué à cause des déclinaisons, essayez un peu le tchèque pour voir

Si vous trouvez de quel bar ces têtes en fer forgé ornent la façade, vous avez gagné :


Comme dans toute ville ancienne, on retrouve sur les plus vieilles pierres d’antiques graffiti qui nous donnent le vertige quand on pense aux années qui nous séparent du moment où ils furent inscrits :


Un Nazgûl :

Oui, je sais. Mozart, tout ça…

Un distributeur qui prend la poussière :


Un immeuble dont la façade ferait sans doute grincer des dents aujourd’hui. Mais là c’est patrimonial, pas pareil :


Là j’ai juste appuyé sur le bouton au mauvais moment, mais je vous la mets quand même :

N’empêche que d’entre toutes les merdouilles que j’ai pu prendre en photo, ces petites pierres cubiques qui servent de pavés sont sans doute la chose la plus typiquement praguoise que vous verrez ici.

Si vous sortez un peu de Prague, à 45 minutes en train, allez visiter Sedlec et Kutná Hora. À Sedlec il y a le fameux magnifique ossuaire et son énorme chandelier en ossements humains. Chaque os du corps y est présent au moins une fois. À Kutná Hora on peut visiter l’église Sainte-Barbe qui est honnêtement l’église la plus belle que j’ai jamais visitée, du dedans comme du dehors. Mais ce n’est pas ça que je vais vous montrer ici. Non. Ici, je vais vous montrer que dans cette commune de Sedlec-Kutná Hora, vaut mieux payer en couronne tchèque bien que les euros soient acceptés partout :

Pour référence, à ce jour 1 euro = 25,7 couronnes tchèques

Cela dit, maintenant que j’ai parlé de l’église Sainte-Barbe, je vais quand même vous montrer un tableau qu’on peut y trouver :

Oui.
Ce mec-là mate un homard qui passe devant le soleil.

Ça, me demandez pas, je ne sais pas ce que c’est, je suis tombé dessus en pénétrant par erreur dans une cour intérieure :

C’était la nuit, du coup on voit pas bien mais c’est le crépi qui est soulevé par le crochet, c’est pas un drap.

Alors là, par contre, je vais vous donner plus d’explications, parce que ça le mérite :

Sur ce sac plastique est dépeinte une scène traditionnelle qui se joue à Pâque. Notez bien la baguette de bois dans la main du jeune homme et la jeune fille qui court devant lui.

Le lundi de Pâques, il est de tradition que, le matin, les garçons se munissent de cette sorte de baguettes-fouets (pomlázka) faites de branches de saule tressées et décorées de rubans, et aillent fouetter les fesses des filles du quartier. Pour se sortir de cette situation, les filles peuvent donner des œufs décorés aux garçons. Elles ont aussi le droit de leur balancer un seau d’eau à la figure.

Je vous laisse en tirer les conclusions que vous voudrez.


Un ordinateur analogique made in Tchécoslovaquie dans les années 70, le MEDA 41TC, exposé au Musée Technique National de Prague :

Parce que les calculateurs numériques c’est pour les noobs.

À l’Académie des Arts, de l’Architecture et du Design de Prague (UMPRUM), on trouve les chiottes les moins gender-ability neutral de la ville :

On notera que pour ne pas passer totalement pour des conservateurs, les architectes ont décidé que les enfants se feront changer dans les toilettes pour hommes handicapés. Si vous êtes une mère sans handicap et que vous souhaitez changer votre enfant, vous pourrez à loisir vous demander si on va vous laisser entrer dans ces toilettes-là, et si on vous y laisse entrer est-ce que ça valait bien le coup de faire autant de pièces différentes pour au final laisser n’importe qui entrer n’importe où.


Enfin, sur le chemin du retour, j’ai pu constater que sur la tablette intégrée à chaque siège du bus, il y avait de la littérature pour les enfants, de la littérature pour les femmes, mais aucune littérature pour les hommes ! Un scandale.

C’est peut-être la section AutoMotoRevue, si on suit la logique de ces dernières décennies.

Voilà. J’ai vidé ma pellicule « République Tchèque », j’espère encore une fois vous avoir fait rêver et que votre tête est maintenant remplie paysages paradisiaques. Je vous laisse sur cette image de bébés sans visage escaladant une tour de 216 mètres :

Il s’agit des « Miminka » de David Černý. On peut également les voir de (trop) près dans le parc Kampa.

#264 – Le printemps à Prague

Comme je vous le disais brièvement hier, ce soir c’est le départ pour Prague. Pas de déménagement, simplement un petit voyage comme ça. On va visiter la belle-famille. Cela dit, mon amie à tout de même un entretien d’embauche là-bas. Il n’est donc pas exclu qu’on parte y vivre quelques mois par la suite, mais pour l’instant rien de sûr.

Ces dernières semaines, quand j’annonçais aux proches et connaissances qu’on se préparait à partir pour la République Tchèque, tous semblaient unanimes. La chance, Prague, c’est super/ça a l’air super. C’est pourtant pas l’idée que je m’en fais. Je ne sais presque rien de cette ville ni de ce pays, sinon par quelques souvenirs d’enfance que me raconte parfois mon amie et ce que m’en ont dit les quelques drôles qui sont déjà allés faire un tour du coin. Quand j’entends Prague, je pense « froid », « hordes de touristes » et « chars russes » d’un côté, et « belle architecture », « bières pas chères », « top models » de l’autre. Voyez comme je suis fort mal cultivé… D’autant que les chars russes ont décarré depuis longtemps, que je ne bois plus et que je serai déjà accompagné par la fille qui me rend complètement niais. Il reste donc « froid », « hordes de touristes » et « belle architecture », ce qui ne me met pas plus que ça en appétit. Ce petit séjour, hors des parcours touristiques, je l’espère, et au contact d’autochtones, me permettra sans doute de ramener moins de clichés dans mes valises que ceux avec lesquels j’étais parti.

Deux propos impopulaires à tenir dans notre société contemporaine :

  • Voyager ? Mouais, sans plus.
  • Prague ? Si tu y tiens vraiment…

Cela dit, une fois sur place, quasiment garanti que j’aurais pas envie de rentrer au bercail. Les pays voisins ou lointains ne me paraissent ni plus ni moins agréables que celui dans lequel je suis né et vis depuis un peu plus de trente ans. Il suffit d’ordinaire que je m’installe quelques jours dans un endroit quelconque pour m’y sentir bien et ne plus avoir beaucoup de motivation à le quitter. Fini le temps où l’herbe me paraissait moins jaune dans un ailleurs toujours ailleurs. Sûr que je tiendrai pas le même discours si j’avais été pondu au Yémen ou dans un autre de ces lieux où vous risquez d’apprendre plus vite de quelle couleur sont les tripes de vos proches que leur nom, mais enfin, heureux (pour moi) hasard, c’est n’est pas mon cas.

Je prends quand même l’appareil photo, car je compte tenir le blog autant que possible et vous agrémenter tout ça d’un maximum de photos non-esthétiques du genre qu’on se garde bien de vous inclure dans les guides touristiques. Enfin, ça c’est l’idée, je ferai avec ce qui me tombe sous l’objectif.

Bon allez, me faut finir les valises. À bientôt.