Musicouillerie #001 – Midnight Scavenger

Et voilà, on est partis pour un second blog sur le site. Celui-ci est dédié à toutes les petites merdouilles musicales que j’ai pu produire ces treize dernières années et à celles que je continuerai de produire par la suite. J’appelle ça des merdouilles, mais c’est avec beaucoup d’affection. Vous verrez la plupart du temps je n’ai visé aucun résultat particulier et ça se sent. Ce ne sont, pour la majorité des morceaux, que des bouts de machins, de bonnes idées pas développées, des musicouilleries quoi.

J’ai décidé de créer cette partie-là pour pouvoir la mettre à jour aussi souvent que je le veux sans trop polluer le blog principal. À terme j’espère bien que ce sera un catalogue exhaustif de tous mes machins, détaillé morceau par morceau et mini-album par mini-album. Avec notes de non-intention et anecdotes de production.

En bas de chaque note de ce nouveau blog, vous trouverez les liens de téléchargement des morceaux (et des vidéos s’il y en a).


C’est parti ! On commence par :

MIDNIGHT SCAVENGER

Avec vidéo :

Les images proviennent du Nosferatu, eine Symphonie des Grauens de Murnau et Galeen de 1922, et du Dracula de Fort et Browning de 1931. Selon certaines personnes c’est une hérésie d’avoir mélangé les deux. J’en sais rien, le Nosferatu je l’ai vu et j’ai trouvé ça excellent, le Dracula j’ai maté juste ce qu’il fallait pour faire le clip et ça a l’air bien pourri. Voilà, c’était mon analyse détaillée.

Audio seulement :


Alors, que dire ? Ça date de la période où je commençais à me frotter à la théorie musicale, en 2014, et où je me farcissais du Bach (Johann Sebastian) toute la journée. Et pourquoi que je faisais ça ?

Ben déjà parce qu’un mec qui s’appelle Alexandre Astier avait fait un spectacle sur le Jojo et évoquait des notions dont je n’avais jamais entendu parler. Faut savoir (ou peut-être qu’on s’en fout) que je n’ai jamais appris la musique par des cours formels. J’ai appris en triturant des instruments, en me faisant montrer des machins par des potes, et en chopant toutes les informations que je pouvais glaner sur internet, et je me disais depuis un moment qu’il fallait que je m’attaque à la théorie, sans ça je ne pourrais jamais vraiment composer.

Ensuite, j’écoutais du Bach parce que je venais de comprendre que sur la plupart des musiques que j’adorais depuis l’enfance planait son ombre. Le générique des Contes de la Crypte, la musique des jeux Castlevania… Voyez le genre ? Ouais, je faisais une obsession sur les monstres et les vampires quand j’étais gamin… Et il se trouve que la musique dite baroque et en particulier le son de l’orgue ont été adoptés comme LA musique flippante qui claque pour illustrer les vampirouilleries.

Où je voulais en venir ? Je sais plus. Toujours est-il qu’à cette période je commençais à m’essayer au contrepoint, j’avais en tête de faire de la musique de jeux vidéo, et je venais de faire l’acquisition de Logic Pro X qui dispose de beaux sons d’orgues modernes et anciens. Alors c’était l’occasion de faire un morceau à mi-chemin entre le générique de dessin animé d’horreur et la bande son d’un Castlevania. De toute façon, à ce moment-là je n’avais que des sons synthétisés à disposition, même pas de quoi enregistrer une vraie guitare, alors j’aurais difficilement pu faire autre chose que du son cartoon.

C’est aussi parce que j’avais le jeu vidéo en tête que ce morceau est une boucle.

Pour le clip, il est de 2019.


Téléchargements :

> Télécharger le fichier audio (WAV) <

> Télécharger la vidéo (MP4) <

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *