#283 – Comment j’ai refusé le poste de professeur assistant à l’école Montessori internationale de Prague

Ou plutôt pourquoi. Dans l’ordre on verra : ce qu’est le živnostensky list, puis l’annonce passée par l’école Montessori et ses demandes réelles, ensuite un point sur ce qu’on appelle le salariat déguisé et enfin ce que je pense de ces méthodes.

Bon, vous le savez peut-être si vous lisez le blog depuis le début, l’emploi c’est pas mon truc. Pas mon truc du tout. Je peux passer des heures à travailler sur des bouts de machins tout seul dans mon coin pour ma gueule, mais dès qu’il s’agit de se mettre au service des autres en échange de pognon, en règle générale, je suis plus là.

Seulement il y a des moments où quand faut y aller faut y aller au charbon. Et en ce moment c’est un de ces moments. Ouais, me cherchez pas sur la qualité de l’écriture aujourd’hui, je viens de me réveiller et c’est la première fois en trois semaines que je dors plus de six heures, j’ai encore les traces du drap imprimées sur la gueule, alors allez médire ailleurs.

Je suis en République Tchèque donc, et ici point de sécurité sociale universelle. Si tu taffes pas, ben tu te la payes avec les sous que t’as pas ta sécu. De plus, à Prague la vie n’est pas beaucoup moins chère qu’en France. Me faut donc bosser.

Travailler en République Tchèque

Il y a quelques semaines, alors que j’épluchais les annonces entre autres sur expats.cz (un site correct pour celles et ceux qui cherchent du taf mais ne savent pas bien ou pas du tout parler tchèque), je tombe sur quelques offres concernant des postes de prof d’anglais et de français, bien planquées au milieu des centaines d’annonces pour du télémarketing et des postes de chargé·e de recouvrement (le beau métier).

Problème : si la plupart des écoles de langues qui passent des annonces daignent vous répondre, c’est pour vous proposer un premier entretien MAIS AUSSI vous préciser (ce qui n’est jamais sur l’annonce) qu’ils n’emploient pas leurs professeurs, mais travaillent avec eux, ces derniers devant travailler sur živnostensky list (comprenez être auto-entrepreneur (et le « ž » tchèque se prononce comme le « j » en français)).

Exactement comme en France, si vous travaillez sur živnostensky list/êtes auto-entrepreneur, cela vous permet de monter votre micro-entreprise très aisément, avec des responsabilités réduites, il vous suffit de bien déclarer chacune des activités que vous effectuez par ce biais-là (par exemple ce pourrait être enseignement et traduction). Pour être payé, vous facturez un service à vos clients. Pour ce qui est des cotisations sociales, ben c’est pour votre pomme, évidemment, que ce soit santé, retraite ou chômage.

Pour la santé vous en aurez à peu près pour 3000Kč (≈ 115€)* et c’est obligatoire. Aussi obligatoires sont les impôts, évidemment. Ensuite à vous de trouver votre organisme privé de retraite si vous en voulez une, et si vous voulez vous payer l’assurance chômage bon courage, il ne vous restera pas grand chose de votre salaire. En France c’est pareil, on ne cotise pas à l’assurance chômage quand on est auto-entrepreneur. On met simplement des sous de côté si on peut.

* dans cet article tous les prix seront calculés sur la base de 1€ = 26Kč

Ah, les joies d’un pays qui a goûté au communisme appliqué et qui, n’ayant pas franchement apprécié la purée, s’est tourné vers l’ultra-libéralisme !

Eh ben non, moi je veux pas courir à droite à gauche, donner soixante cours par semaine et me perdre en comptabilité pour me payer mon beefsteak végétarien et m’assurer de pas avoir à faire hypothéquer la baraque de mes parents si je me chope un cancer. D’autant que je ne vais sans doute rester qu’un an ou deux ici. Je veux être employé, c’est tout.

Heureusement cependant, certaines bonnes écoles (pas des écoles de langues) emploient véritablement leurs professeurs. Et nous allons maintenant parler de l’école Montessori internationale de Prague que je croyais faire partie de cette catégorie, mais en fait non.

L’école Montessori internationale de Prague : l’annonce

Je ne savais pas si je devais être content ou pas devant la perspective de bosser pour l’école Montessori. À la base, je ne voulais 1) pas faire d’enseignement 2) plus jamais bosser avec des enfants en bas âge (j’avais déjà bossé 18 mois en crèche). Mais 3) j’avais besoin de tunes et d’une assurance maladie et 4) quitte à bosser dans l’éducation des tout petits autant que ce soit dans les conditions relax que propose, en théorie, la méthode Montessori.

L’annonce était la suivante (je traduis vite fait):

Professeur assistant en maternelle

Langages requis : anglais
Salaire : CZK 26,000 – 28,000
Expérience requise : expérience dans l’enseignement serait un plus
Diplôme requis : diplôme universitaire.
Type de job: plein temps
Catégorie : enseignement et métiers de l’éducation
Bonus:

  • Cours et formations
  • Jours d’arrêt maladie
  • Évènements d’entreprise et de team-building
  • Plus de 5 semaines de vacances
  • Budget alloué au développement personnel

L’école Montessori internationale de Prague recherche actuellement des candidats qualifiés pour travailler en tant que professeurs assistants dans nos classes d’école maternelle (âges 3-6ans).

Les candidats doivent parler anglais OU tchèque couramment et être en capacité de vivre légalement en République Tchèque. Avoir une expérience dans le domaine serait préférable mais n’est pas exigée. Les candidats doivent être capable de travailler en équipe et avoir une excellente attitude professionnelle.

Description du travail :

  • Assistance dans les classes de maternelle durant le jour
  • Supervision du programme de garderie après les cours, ce qui inclu la planification des activités et jeux, arts et activités manuelles ainsi que jeux dans la cour
  • Participation active aux évènements, activités, voyages, etc. organisés par l’école
  • 30-38 heures par semaine, du lundi au vendredi

Conditions nécessaires :

  • Anglais OU tchèque courant avec de fortes compétences de communication à l’oral et à l’écrit
  • Diplôme de Licence minimum, Master dans les métiers de l’éducation préféré
  • Avoir une expérience dans l’enseignement serait un grand avantage
  • Prêt à signer un engagement de deux ans

J’ai donc envoyé un super C.V. et une belle lettre de motivation, et j’ai décroché un premier entretien après un bref échange d’e-mails.

L’école Montessori internationale de Prague : la réalité

Au cours du premier entretien, on me décrit brièvement l’école et je pose tout un tas de question, je me montre très motivé blabla bliblou… On m’évoque le fait qu’il me serait possible de me faire « employer » en tant que živnostník (auto-entrepreneur), que c’est très avantageux pour les personnes en dehors de l’Union Européenne, pour les questions de visa tout ça, mais bon on évoque le fait que moi ça va, puisque je viens d’un pays de l’Union Européenne. Vous sentez le flou ? L’entretien dure une heure, mais on est incapable de me dire exactement le salaire que je pourrais toucher ni si je dois passer une visite médicale et si oui est-ce que je dois y aller tout seul ou attendre que l’école m’y envoie.

L’entretien s’étant très bien passé, on me convie à un journée d’essai (payée, m’avait-on dit durant l’entretien) le mardi suivant. Entre-temps, quelques échanges d’e-mail supplémentaires. Je demande si je peux avoir des informations concernant la visite médicale car si je suis pris je commencerai sous moins de dix jours. Et voilà ce qu’on me répond :

« I asked about the medical checkup and it seems that if you work on zivnostensky list, you are not required to have medical examination prior to employment. »

Moi, je suis plutôt naïf, je me dis juste : oui d’accord, mais si j’y suis pas sur ta machin-list, comment je fais ? Seulement mon entourage sent l’entourloupe venir et me dit : « ils ne vont accepter de t’embaucher que comme ça, » et ajoute : « et en plus c’est illégal. Ou presque. »

Je réponds donc à l’e-mail précédent, nous sommes le dimanche soir 9h, en écrivant :

When we briefly exchanged about the employment methods during our past interview, I was under the impression that whether to be on zivnostensky list or not was a choice I had, but your last message makes me doubt about it. I would like to be sure because after having studied zivnostensky list purposes I don’t think it is legally allowed for me to work for the school under this status. I know for sure that in France it would not be allowed and would be assimilated to « disguised employment. »
Is it still possible to work for you as an employee or are you only looking for a person on zivnostensky list ?

[Traduction vite fait de la phrase en gras : après avoir étudié les buts du živnostensky list je ne pense pas qu’il me soit légalement permis de travailler pour l’école sous ce statut.]

On ne m’a pas répondu. Jamais.

Ma journée d’essai s’est très bien déroulée le mardi suivant. Lorsque je suis arrivé le matin à 10h, c’était le second jour d’école. Celui-ci avait débuté à 8h00, c’était un peu la pagaille, ce n’était pas le moment de poser des questions techniques. À 16h30, entretien post-journée d’essai. On est très content, les personnes avec qui j’ai travaillé ont dit du bien de moi. Il me manque juste à passer dans le bureau de la directrice pour prendre un rendez-vous avec elle pour un dernier entretien avant de signer le contrat si tout est bon. Cette dernière propose qu’on se voit le lendemain à 9h, parce que, me dit-elle, ils veulent remplir le poste au plus vite. J’accepte, mais j’en profite pour lui demander si c’est possible d’être employé normalement, sans travailler sur živnostensky list, elle me répond que non.

Codes du travail tchèque et français. L’un est légèrement plus volumineux que l’autre. Lequel ?

Pour comprendre le très bref échange que nous avons eu et pourquoi j’ai refusé le travail, il faut maintenant qu’on parle de :

Švarc systém, misclassification of employees as independent contractors ou salariat déguisé

  1. La loi tchèque prévoit qu’une entreprise doit favoriser des employés salariés pour mener à bien ses buts déclarés. Le truc c’est que la loi est floue, elle permet de justifier très facilement le recours à des indépendants. Par exemple, une entreprise a le droit d’avoir recours à des auto-entrepreneurs pour les tâches qui n’ont pas trait à son but principal, disons pour illustrer : le nettoyage des sols peut être effectué par un auto-entrepreneur s’il s’agit d’une entreprise de vente de papiers peints. C’est une exception parmi d’autre. Au fur et à mesure que le code est remanié le texte devient d’ailleurs de plus en plus flou. § 3 du code du travail.
  2. Les écoles, écoles maternelles et les universités agréées par le Ministère de l’éducation nationale et du sport n’ont pas le droit d’avoir recours à des travailleurs sur živnostensky list pour l’enseignement et l’éducation. (Loi encadrant le travail sur živnostensky list, partie sur l’enseignement: § 3, (3), t).)
  3. Un živnosteník doit avoir plusieurs employeurs, et non un seul employeur à temps plein, sans quoi il est suspecté d’être un salarié déguisé. Si vous lisez le tchèque (sinon faites-vous le traduire), vous pouvez lire cet article traitant des manières de reconnaître le salariat déguisé ou švarc systém, comme on dit par ici. Il existe également un article sur wikipédia à ce sujet.

Voilà pour les précisions d’ordre technique. Maintenant, pourquoi je pense que l’école Montessori internationale de Prague n’est pas dans l’illégalité, mais joue avec la limite :

  1. On veut m’engager en tant que professeur assistant pour les classes et comme surveillant et organisateur d’activités pour la partie crèche/garderie, non comme décorateur ou comme balayeur. La loi voudrait que l’école favorise les emplois salariés pour atteindre ses objectifs principaux, et il me semble que dans une école/crèche, les tâches décrites concourent à atteindre l’objectif déclaré. Seulement il y a beaucoup de manières de justifier des contrats passés sur un autre mode, et j’imagine que l’école a la sienne.
  2. En tant que personne travaillant sur živnostensky list, on doit vendre un service. Or l’éducation et l’enseignement dans une école ne sont pas considérés comme étant un service. Coup de bol pour l’école Montessori internationale de Prague, ELLE N’EST PAS AGRÉÉE par le Ministère de l’éducation nationale et du sport ! Et donc cette loi ne s’applique pas à elle. Certaines écoles Montessori le sont, agréées, pas celle-ci.
  3. Dans l’offre d’emploi à laquelle j’ai répondu il est précisé qu’il s’agit d’un emploi à temps plein pour l’école, mais on va voir par la suite que la directrice reviendra sur cette information.

Voilà donc. Pas dans l’illégalité, mais pas loin. Et en tant qu’étranger souhaitant rester à Prague un moment et éventuellement revenir y vivre plus tard, je ne veux pas travailler à la limite de la légalité.

J’ai donc quitté le bureau de la directrice en précisant bien que le travail avait l’air très intéressant, et que je serais très heureux de travailler pour eux, mais pas avec ce type de contrats. La directrice m’a dit qu’ils faisaient TOUJOURS comme ça avec les professeurs assistants et le reste du personnel, qu’il n’y avait que les professeurs qui étaient employés normalement, et seulement après avoir travaillé deux à trois ans pour l’école sur živnostensky list.

Elle m’a également dit qu’elle connaissait les directeurs et -trices de la plupart des écoles de langue de Prague et quelle savait que, de toute façon, dans ces écoles c’était également comme ça qu’on procédait (sauf que la International Montessori School of Prague n’est pas une école de langue à ce que je sache).

Quand je lui ai dit que ce n’était pas possible de travailler à plein temps pour un seul employeur en étant sur živnostensky list, elle m’a répondu qu’en fait ce n’était pas un plein temps qui était proposé, que c’était plutôt 35h quand on faisait le calcul, et que de toute façon leurs employés ne travaillaient pas QUE pour l’école. Alors là, j’avoue que j’essaie toujours de comprendre, et j’ai du mal parce que :

  1. 35h, temps partiel, c’est pas du tout ce qui est écrit sur l’annonce ni ce qu’on m’a annoncé pendant l’entretien (à un moment on m’a donc menti, mais quand ?)
  2. après 35h de taf à l’école du lundi au vendredi, école dont on ne sait pas à quelle heure on sort car c’est en fonction de l’heure à laquelle les parents viennent chercher les enfants et que des retards sont toujours possibles (et d’expérience ils sont inévitables), après ça, donc, comment fait-on pour se trouver un autre job ? Voire pour trouver une clientèle pour des cours, préparer les cours et les donner ?

Après mûre réflexion, je pense que le truc, c’est qu’ils proposent aux profs assistants de donner des cours d’anglais aux enfants dont les parents le désirent le matin avant les cours, et à ce moment-là ce sont les parents les employeurs. Je pense que c’est comme ça qu’ils se couvrent mais je ne suis sûr de rien.

Elle me dit enfin, pour la forme je pense, qu’elle demandera à la propriétaire de l’école si elle acceptait de changer la façon de faire pour moi mais qu’elle en doutait fortement, et que du coup ce n’était pas la peine de prendre un rendez-vous pour le lendemain. Elle lisait dans mes pensées : si j’avais posé la question c’était bien parce qu’on m’avait déjà fait venir travailler toute la journée sans avoir pris le temps d’y répondre, à ma question, depuis trois jours, ce qui aurait réglé l’affaire. Alors j’allais pas me retaper le chemin pour rien.

À ce jour je n’ai toujours pas été recontacté, ni en ce qui concerne l’emploi en lui-même ni en ce qui concerne le paiement de la journée d’essai. Sur ce dernier point je dis rien, j’ai d’autres choses à foutre de ma vie que de courir après 30€.

(Im)morale de l’histoire

Maintenant, je vais vous dire ce que j’en pense, moi, personnellement, de cette façon d’employer les gens.

Lors du premier entretien d’embauche, on m’a fait comprendre qu’on cherchait quelqu’un qui puisse rester un moment (dans l’annonce il était indiqué 2 ans, ce à quoi j’étais prêt à m’engager) et que dans cette école, tous les membres du personnel formaient une petite famille, et que la personne qui me faisait passer l’entretien était donc à la recherche d’une personne qui s’intègre bien à ce cadre familial, qui puisse en devenir, donc, un nouveau membre.

Alors je vais vous dire ce que m’a semblé signifier être un membre à part entière de la famille de l’école Montessori internationale de Prague :

Si tu es professeur assistant, contrairement aux autres professeurs, on ne te paiera pas l’assurance chômage, ni l’assurance maladie, ni la retraite, ni les vacances, on pourra te licencier sans préavis et sans indemnité. Sur ton revenu de 26 000Kč (≈ 1 000€) par mois, tu déduiras environ 5 000Kč à reverser à la sécurité sociale (mais ce sera pour une version light) et aux impôts, et bien sûr tu prendras sur ton petit temps personnel pour faire la compta, entre deux cours particuliers, évidemment, puisque les membre de la famille comme toi ne sont pas employés uniquement par l’école. Si tu veux une meilleure sécurité sociale, une retraite et un chômage, tu grapilleras sur ce qu’il te reste. À la fin il te restera 300€ par mois pour vivre pour avoir bossé 40h (ou 35, on va pas chipoter) par semaine.

Tu seras membre de la famille donc, mais tu dormiras dans la niche du chien et tu mangeras les restes quand tout le monde se sera servi. Non, non, chut, ne dis rien, la famille, c’est fait pour ça.

Non, sérieusement, quand on demande aux gens de s’investir à long terme et qu’on leur propose de faire partie d’une « famille », la moindre des choses serait quand même de ne pas les faire se sentir comme une pièce rapportée. De leur montrer qu’on va les considérer comme les autres et pas qu’on va faire des économies minables sur leur dos.

J’ai d’autant plus de mal à comprendre cette apparente radinerie qu’on m’a fait savoir que les clients de l’école étaient des familles fortunées. Ben oui, à 300 000Kč (≈ 11 540€) l’année en moyenne (en comptant les repas et les activités de l’après-midi), il faut avoir un peu de thune. Alors pourquoi ne pas offrir la même sécurité à tous ses employés ? Hein ? Pourquoi ? Puisqu’on m’a assuré que l’école, pour conserver son aspect familial (encore une fois), ne souhaitait pas s’agrandir, faut l’investir dans l’humain tout ce pognon, non ? C’est pas ça qu’elle chérit, l’école Montessori, l’humain ? Ben non, ce doit être le pognon alors.

Autre chose, pour une école qui se targue d’épandre sur ses élèves une philosophie supposée aider à construire les futurs citoyens engagés et responsables qui feront la société de demain, embaucher ses professeurs assistants d’une manière qui fait qu’ils sont obligés de payer une retraite privée et non de mettre de l’argent dans la caisse nationale, c’est pas un peu moyen, non ? Et la sécurité sociale ? L’auto-entrepreneur la paie, oui, mais pas autant que si l’entreprise avait elle aussi cotisée une partie, du coup : moins de pognon pour la sécu. Et le chômage, hein ? Alors comme ça on pousse les gens à mettre de côté sur leur compte en banque perso, et pas à mettre dans le gros pot commun qui doit servir à tout le monde en cas de coup dur ? C’est pas une très belle leçon de partage ça.

Le fait qu’on n’ait pas répondu à l’e-mail dans lequel je demandais s’il fallait forcément travailler sur la živnostensky list alors que tous les autres échanges se faisaient rapidement (et qu’après la journée d’essai personne ne m’en parlait si je ne ramenais pas le sujet sur la table) m’en dit long sur le fait que certaines personnes devaient quand même se sentir le cul merdeux sur ce coup-là.

Bon allez, j’arrête ici. J’en ai plein les paluches de taper tout ça.

J’espère que ç’aura été informatif pour les futurs francophones en recherche d’un travail dans le domaine de l’enseignement à Prague ou ailleurs en République Tchèque. Si vous avez des questions, posez-les dans les commentaires, j’essaierai d’y répondre. Moi je retourne chercher du taf.

2 réflexions sur « #283 – Comment j’ai refusé le poste de professeur assistant à l’école Montessori internationale de Prague »

  1. Ah, en France on a de l’avance c’est sûr, mais le code de travail a des chances de se réduire comme peau de chagrin :p et le statut de micro-entrepreneur va de plus en plus servir de béquille pour des boîtes à salariat déguisé……….

    1. Depuis trente ans qu’on entend les politiciens dire que le code du travail est trop contraignant et que les entreprises paient trop de cotisations sociales, et depuis quinze que « toutes et tous entrepreneurs ! », on va bien finir par devoir s’y faire à la loi de la jungle des marchés…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *