#356 – Backing Up

Hier, avant de partir au travail, j’éteins mon ordinateur. Geste écologique. Sauf que je me plante de bouton et le voilà qui redémarre. Pas le temps d’attendre, j’enfile mon uniforme de super vendeur en supermarché et je file. Quand je rentre chez moi, m’attend sur l’écran une magnifique icône de disque dur sur fond noir, accompagné de ces quelques mots seulement : NO BOOTABLE DEVICE.

Ça fait ding ding ding dans ma tête. Depuis toutes ces années, tu as bien fait des backups, hein ? Sur des disques durs externes, des clés USB, des microSD, des CD-ROM, des disquettes, hein ? Non, évidemment que non. Je relance l’ordinateur en serrant les dents. Il est lent à redémarrer, mais il redémarre. Ça fait t’es vraiment un con dans ma tête.

Aujourd’hui j’ai donc acheté un espace de stockage cloud avec système bien sécurisé de fichiers cryptés. Quand je dis acheté… Oui, on peut dire acheté. C’est un abonnement cloud à vie, payé en une seule fois. C’est un peu cher, mais c’est un investissement. Il y a des documents qu’il ne vaut mieux pas perdre et qui peuvent vous amener à dépenser largement plus de 300€ dans un futur lointain si jamais vous les égariez.

Je paye également car je ne fais pas confiance aux clouds gratuits de ces chers GAFAM pour y stocker mes données personnelles sensibles. Je vous donne l’adresse de la boîte pour laquelle j’ai opté. Au cas où ça vous intéresse : pCloud. Si on ne lit pas les petites lignes c’est une entreprise Suisse. Si on lit les petites lignes parce qu’on a de bonnes lunettes, on voit que le développement se fait en Bulgarie, et que si certains serveurs où sont stockées vos données sont au Luxembourg, d’autres sont aux États-Unis. Évidemment ça ne m’enchante pas. J’aime bien que les serveurs sur lesquels sont hébergées mes données importantes soient du même côté de l’Atlantique que moi, mais que voulez-vous que j’y fasse. N’avez qu’à monter la même boîte à Namur, avec une équipe de développement à Liège et des serveurs à Charleroi, je serai votre premier client.

Sticker vu à Ixelles

Et quoi alors ? Rien, je passe une matinée très amusante à sauvegarder tous mes documents importants de ces cinq dernières années. Bulletins de salaires, déclarations d’impôts, attestations d’assurance, tout ça tout ça voyez. La seconde étape sera de faire un backup total du blog, chose que j’aurais dû faire avant la migration du serveur, mais que voulez-vous, jusque là j’aimais vivre dangereusement. Enfin, il me faudra numériser tous mes papiers datant d’avant ces cinq dernières années. On ne sait jamais, un dégât des eaux, un incendie… c’est fragile le papier. Peut-être davantage que les ordinateurs.

Allez, laissez-vous tenter. Vous aussi, faites la sauvegarde, aujourd’hui, des fichiers qui vous sont chers. Aujourd’hui. Maintenant. Allez allez.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.