#377 – Lettre extrêmement ouverte, et même trop peut-être

Très cher toi,

(Je dis toi car je ne sais pas qui tu es, désolé de ne pas t’écrire un message personnalisé pour te donner l’impression que nous sommes proches. Je te rappelle que pour que tes données, habitudes en ligne et autres éléments de ta vie privée ne fuitent pas chez des entreprises qui s’en serviraient pour les revendre à d’autres entreprises qui elles-mêmes les revendraient à d’autres entreprises et ainsi de suite jusqu’à ce qu’un fabriquant de merdouilles inutiles autant que nocives à l’écosystème de notre planète se rende compte que tu es le pigeon parfait pour sa marchandise dont personne d’autre ne voulait, je ne dispose d’aucun outil de mesures statistiques sur ce blog. Je ne sais donc pas si tu viens de France, de Belgique ou du Togo, je ne sais pas quels articles tu as lu, ni quelles pages tu as consulté, je ne sais pas si tu es venu depuis lesblogsdantan.fr ou si DuckDuckGo t’as mené à moi. Je ne sais pas qui tu es, donc. A part Feldo, évidemment, qui lit tous les articles de peur qu’un jour je l’interroge et lui dise qu’il n’est pas un bon ami s’il ne connaît pas sur le bout des doigts l’intégralité de mes œuvres, mais je le tutoie également donc tout va bien. J’aurais pu, à la rigueur, écrire très cher toi ET Feldo, mais enfin bon.)

Très cher toi, donc,

Si tu me connais un peu par ce blog, tu sais que lorsque mes articles commencent par de grandes digressions absurdes, il y a peu de chances que les paragraphes qui suivent rattrapent l’affaire d’une quelconque manière. Mais puisque ce genre d’articles constitue 90% de ce site, j’imagine que c’est ce que tu cherches en venant ici. En y réfléchissant bien, je m’en veux presque d’avoir écrit ici et là quelques articles un tant soit peu intéressants ou utiles, car ce faisant j’ai gâché l’unité de ce qui aurait pu être une grande œuvre d’art contemporain. Je suis passé à deux doigts de proposer quelque chose en ne proposant strictement rien. C’est rageant. Je fais un bien piètre artiste.

Enfin, venons en à ce à quoi je voulais en venir. C’est à dire rien mais ne t’en fais pas, je vais finir par trouver quelque chose. Laisse-moi poster une image pour gagner du temps.

Célèbre sticker de Rylsee, vu je sais plus où dans Bruxelles

Tiens voilà !

Gwlad, que tu ne connais pas si tu n’étais pas encore là durant la période montpelliérienne du site (elle photographie des animaux morts mais tu verras elle est sympa je te la présenterai un jour), m’a appris qu’aujourd’hui, à 14h41 sortait un nouveau single de Stupeflip. Je suis curieux de voir ce que le vieux Ju va nous tirer de sa cagoule cette fois-ci. Le fait que la diffusion soit planifiée à 14h41 le 13 mai, et non pas le 14, ou non le 13 mais à 13h31, me provoque déjà un léger vertige. Je n’ai pas encore écouté ce titre, puisqu’il n’est que midi, mais j’anticipe déjà l’album, en espérant qu’il y en ait un, car pour moi Stupeflip est une affaire d’albums, pas vraiment de singles.

J’espère, comme à l’écoute des trois premiers albums, être dérouté et ne pas tout apprécier tout de suite, pour me laisser avoir avec le temps. Le dernier en date, et quatrième album, était sympa sans plus. Sympa sans plus veut dire que je ne l’ai écouté qu’une à cinq fois par jour les premiers mois puis simplement une dizaine de fois par mois l’année qui a suivi, et enfin une chanson en particulier de temps en temps, les jours de nostalgie.

Là, tu vois, j’avais commencé à tartiner sur mon rapport à Stupeflip, mais je viens de tout effacer. J’espère que tu ne m’en veux pas. Ayant découvert ce « groupe » à mes 15 ans et l’écoutant toujours 20 ans plus tard, il me paraît clair que je devrais y consacrer un article à part entière, voire une série d’articles. Trop de souvenirs. Le Stup a accompagné les années les plus marrantes et les plus dures de ma vie d’ado et de jeune adulte.

En attendant que je n’écrive donc pas cette fantastique série d’articles, car je ne fais quasiment jamais ce que j’annonce, je te souhaite, très cher toi, une bien agréable journée, et je m’excuse platement de t’avoir apostrophé de la sorte sans raison valable.

Bisettes

6 réflexions sur « #377 – Lettre extrêmement ouverte, et même trop peut-être »

      1. La seule photo que Gwlad a pris durant l’expo de Tanx, c’était celle d’une aquarelle qui représente un crâne. Non, c’est pas vrai, elle a aussi pris en photo une frite ou deux.

  1. Et merci d’avoir assez insisté avec Stupeflip pour que j’écoute enfin (en même temps entre les animaux morts et les mains moites, yavait tout pour me plaire!)

  2. Le clip est super mais le son est un peu attendu, j’espère pouvoir entendre bientôt une fusion entre le style de Stupeflip et quelque chose de plus coloré, comme Musique Chienne. Mais qui ne soit pas Pop-Hip pour autant (même si je l’aime bien). Ou alors une dérive vers la musique électronique progressive française des années 70 (ce que j’écoute pendant que mes neveux écoutent Lil Peep).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.